Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi a enfin mis un pied dans le secteur des maladies rares ! En rachetant la biotech américaine Biovertiv pour 11,6 milliards de dollars, Sanofi s’est enfin renforcé après deux échecs de rachats. Les promesses des biotechnologies risquent toutefois de mettre du temps à se concrétiser.

Sanofi a enfin mis un pied dans le secteur des maladies rares ! En rachetant la biotech américaine Biovertiv pour 11,6 milliards de dollars, Sanofi s’est enfin renforcé après deux échecs de rachats. Les promesses des biotechnologies risquent toutefois de mettre du temps à se concrétiser.

Jusqu’à présent les patients atteints d’hémophilie n’avaient pas d’autres choix que de multiplier les transfusions sanguines pour se soigner. Ce traitement contre la première des maladies rares au monde était particulièrement éprouvant et coûteux. La révolution des biotechnologies, la science de la manipulation du vivant, a ainsi suscité de grands espoirs chez les spécialistes du secteur, et fait décoller un marché longtemps en berne. Estimé aujourd’hui à 10 milliards de dollars, le secteur de l’hémophilie connaît une croissance de 7% par an.

Bioverativ a été une des premières à développer un traitement fondé sur une thérapie innovante de la maladie. En lieu et place des transfusions traditionnelles, l’entreprise basée à Boston, ancienne division hémophilie de Biogen, a développé des protéines artificielles qui s’attaquent à la maladie. Ces deux traitements ciblent les deux formes les plus courantes de l'hémophilie, A et B. En rachetant la pépite, Sanofi s’est ainsi voulu particulièrement optimiste sur les gains escomptés. Le groupe pharmaceutique a promis un gain jusqu'à 5% du bénéfice net par action pour l'exercice 2019 grâce à ce rachat. Il a misé également sur un retour sur investissement en 3 ans. Pourtant, le deal a fait pousser quelques cris d’orfraie à certains analystes. Le rachat à 11,6 milliards valorise l’action de la biotech à 105 dollars, soit une prime de 64 % par rapport au cours de clôture lors du deal.

Sanofi acculé

Mais Sanofi avait-il le choix ? Après deux tentatives de rachats ratés, des biotechs Medivation et Actelion, soufflées respectivement par Pfizer et Johnson & Johnson, le temps pressait. Très présent sur les maladies grand public, le groupe doit absolument compenser le déclin de ses ventes de Lantus, son médicament phare contre le diabète tombé récemment dans le domaine public. Il a également dû affronter le fiasco de son vaccin contre la dengue, lancé en 2016. Cap alors a été mis sur les biotechnologies, enfin efficaces et dont les marchés croissent rapidement. D’autant que Bioverativ apporte d’autres relais de croissance potentielle. Elle prépare des traitements contre l’agglutinine froide, actuellement en Phase III, la drépanocytose et la thalassémie.

Un deal intelligent

Pour réussir ce coup, Sanofi conseillé par Lazard a eu l’intelligence d’apprendre de ses erreurs. Il a notamment misé sur Alex Denner, actionnaire activiste de Sarissa Capital - ancien protégé de Carl Icahn - qui possédait des parts dans Bioverativ. Cette stratégie lui a évité de reproduire ses maladresses, comme avec Actelion lorsqu’il a demandé dans la dernière ligne droite de modifier les termes du deal. Reste que le pari de Sanofi est risqué. Les premières technologies d'édition de gènes risquent de ne pas arriver sur le marché avant 2020-2021, dans le meilleur des cas. Il devra également se confronter à l’offensive de groupes comme Roche, qui s’apprête à lancer son propre médicament contre l'hémophilie A, Shire, leader du marché, et de Novo Nordisk, qui ont fait de l'hémophilie une priorité. Un deal intelligent, mais risqué.

Florent Detroy

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les 10 opérations les plus marquantes de 2018

L'année 2018 restera un millésime d'exception en matière de M&A et au niveau mondial. En un an, les opérations de fusions-acquisitions se sont envolées de 22,3 % en valeur pour atteindre 2 720 milliards de dollars. Nous en avons sélectionné dix, celles dont on se souviendra probablement dans quelques années.
Sommaire Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$ Delachaux : le private equity a le dernier mot ! Spotify triomphe sur le Nasdaq Unibail-Rodamco-Westfield : le retail a un nouveau leader Idex souffle le froid et le chaud EssilorLuxottica voit les choses en grand Safran décolle enfin avec Zodiac IKKS fait peau neuve Disney étend son empire
E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

Le directeur de la Caisse de retraite complémentaire du personnel navigant professionnel de l’aéronautique civile, Étienne Stofer, s’exprime sur la co...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Rallye, la maison mère de Casino a été placée en sauvegarde. Deux administrateurs ont été nommés. Dont Hélène Bourbouloux. Portrait de l’administratri...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message