Samantha Jérusalmy (Elaia Partners) : "La tech est le nouveau gold standard"

Samantha Jérusalmy (Elaia Partners) : "La tech est le nouveau gold standard"

© Géraldine Aresteanu

Malgré une année 2020 marquée par la crise sanitaire, Elaia Partners, fonds d’investissement spécialisé dans la tech et la deep-tech a réalisé l’une de ses meilleures années. Samantha Jérusalmy, qui a rejoint le fonds en 2008 avant d’en devenir Partner six ans plus tard, revient sur la stratégie du GP et les conséquences de la pandémie.

Partner chez Elaia Partners depuis plus de 7 ans, comment définiriez-vous la stratégie de votre fonds ?  

Samantha Jérusalmy. La stratégie d’investissement d’Elaia est constante depuis sa création en 2002. Nous ciblons les startups early-stage, depuis le seed jusqu’à la série B, qui développent des modèles de rupture et des technologies avancées. Nous concentrons notre attention sur les modèles B2B à ambition internationale avec des tickets allant de quelques centaines de milliers d’euros jusqu’à quelques millions en primo investissement. Notre business unit historique de "Digital Venture" ainsi que celle, plus récente, de "Deep Tech Seed" nous ont permis de doubler la taille de l’équipe.  Elles sont très complémentaires l’une de l’autre et partagent un ADN commun ainsi qu’un sous-jacent tech et deep tech, très ancrée dans la culture d’Elaia. 

Nous avons toujours été clairs sur notre volonté de faire de la tech B2B. Grâce à notre connaissance des sujets tech, nous comprenons réellement les enjeux et pouvons les rassurer pour les accompagner au mieux dans leur développement.  

Y a-t-il des différences de dynamiques au sein de vos activités ? 

Sur les fonds digitaux, sur lesquels j’interviens, nous recevons près de 3000 dossiers par an et réalisons six à 8 investissements avec des tickets d’1,5 à 2 millions en entrée, jusqu’à dix millions. Il s’agit de montants un peu plus élevés que sur le segment "Deep Tech Seed". Nous avons donc une logique de portefeuille différente quand bien même les modes d’investissements se recoupent.  

Comment l’année 2020 a-t-elle affectée vos relations en tant que partenaire financier ?  

Il a fallu s’adapter pour continuer à investir et désinvestir en s’ajustant aux mesures sanitaires qui nous ont poussés à mener à bien ces opérations à distance. Avec un bilan satisfaisant, puisque nous avons réalisé treize investissements et quatre sorties sur l’année 2020. Nous avons investi massivement et désinvestit tout autant. 

Nous avons évidemment été très précautionneux dans nos opérations lors de la survenue de la crise sanitaire, même par rapport à nos investissements, en adaptant nos décisions d’investissements et de refinancement. Aujourd’hui, avec le recul, nous constatons que notre portefeuille dispose d’actifs très résilients – le sous-jacent tech notamment – mais que nous ne pouvions pas anticiper en amont. Ce secteur de la tech, qui peut être considérée comme le nouveau "gold standard" intéresse désormais de nombreux acteurs du private equity comme en témoigne les discussions que nous avons pu avoir avec divers fonds sur le sujet et comme en attestent nos dernières sorties.  

Bien entendu, quelques secteurs très dépendants ont subi la crise plus que d’autres – à l’image de ceux qui ciblent le retail physique – et ont dû pivoter. Nous avons donc revu tous les business plans en nous positionnant comme le sparring partner de nos startups en portefeuille, en co-pilote.  

Quels sont les leviers financiers pour accompagner au mieux la croissance de vos participations dans cette période de relance ?  

Nous avons poursuivi les soutiens financiers mais pas autant que nous le pensions, car la plupart de ces sociétés sont intelligemment gérées et financées. Les dispositifs mis en place par l’État, soulignons-le, ont eu des effets bénéfiques sur le court terme notamment avec les fonds de solidarité, les prêts garantis par l’État ou encore le dispositif d’activité partielle. Notre rôle aujourd’hui est donc d’accompagner, de conseiller et de financer en plus des aides de l’État.  

Comment anticipez-vous l’année 2021 chez Elaia ?  

Pour continuer à investir activement dans nos start-ups, nous réalisons des levées de fonds sur nos deux véhicules. Nous chassons activement sur cinq secteurs prioritaires avec la transformation digitale – et déjà quelques belles opérations réalisées telles que Easyrecrue –, le digital life science, pour lequel nous sommes accompagnés d’entrepreneurs du monde de la medtech, notamment Franck Lescure en tant que partner ou encore Sacha Loiseau en tant que venture partner. Il y a également le cloud infrastructure et la cyber sécurité avec des success stories telles que la sortie de Volterra, rachetée par F5 Network pour plus de 500 millions d’euros très récemment, le cloud infra avec de nombreux investissements comme Traefik Labs ou OpenIo vendue à OVH et enfin la FinTech et la RetailTech. Le succès de Mirakl nous a donné naturellement envie de poursuivre. Nous anticipons donc une reprise plutôt active, tant en levées de fonds qu’en investissements. 

Propos recueillis par David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capital-investissement 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Capital-investissement 2021
Sommaire
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message