Saint-Gobain en huit dates clés

Le spécialiste des matériaux pour l’habitat, Saint-Gobain, fête cette année son 350e anniversaire. Rythmée par l'innovation, la longue histoire entrepreneuriale de ce géant industriel résumée en huit dates clés.

Le spécialiste des matériaux pour l’habitat, Saint-Gobain, fête cette année son 350e anniversaire. Rythmée par l'innovation, la longue histoire entrepreneuriale de ce géant industriel résumée en huit dates clés.

En 2015, le doyen du CAC 40 tenait à marquer les esprits. Un nouveau logo, un timbre inédit en partenariat avec La Poste, une exposition numérique, quatre pavillons éphémères baptisés « Sensations futures » installés à Shanghai, Sao Paolo, Philadelphie et Paris… Saint-Gobain fête ses 350 printemps en grande pompe. « Nous avons tenu à partager cet événement, annonce fièrement son P-DG Pierre-André de Chalendar à l’occasion de l’arrivée des pavillons à Paris, le 15 octobre. Nous sommes l’une des plus vieilles sociétés industrielles du monde, peu d’entreprises peuvent en dire autant ! » Créé sous le règne de Louis XIV, le groupe spécialiste des matériaux de construction a traversé l’histoire de France et accompagné les grandes révolutions économiques du pays. Ayant réalisé un chiffre d’affaires de quarante et un milliards d’euros en 2014, l'industriel français mise aujourd'hui sur l’habitat durable. Retour sur cette épopée entrepreneuriale française en huit dates clés.

 

Octobre 1665

Fondation de la Manufacture royale

C’est une lettre patente signée par le Roi-Soleil qui donne naissance à la Manufacture royale des glaces de miroirs à l’automne 1665. Ce document accorde à un dénommé Nicolas du Noyer, proche de Colbert, le monopole de la fabrication de miroirs dans le royaume et l’exonère de toutes charges fiscales. Sis à Paris, l’atelier réalise son premier chef-d’œuvre avec la galerie des Glaces du château de Versailles en 1684.

 

1692-1695

Un procédé révolutionnaire

En 1692, un jeune concurrent de la Manufacture, la compagnie Thévart, s’installe dans le village de Saint-Gobain, en Picardie. Ce lieu est choisi pour sa discrétion. Cette miroiterie a en effet mis au point un procédé de fabrication de glaces sur table qui dépasse en efficacité et en fiabilité les techniques des maîtres verriers vénitiens, alors considérés comme les meilleurs d’Europe. En 1695, le successeur de Colbert ordonne la fusion des deux sociétés.

 

1858

Le début de l’internationalisation

Après un XVIIIe siècle florissant, Saint-Gobain, malgré la perte de ses privilèges pendant la Révolution française, profite de la révolution industrielle. L’entreprise se développe dans le secteur de la chimie et commence à s’internationaliser en s'installant d'abord en Allemagne en 1858. Les implantation hors de l'Hexagone se succèdent : l’Italie (1888), la Belgique (1898), les Pays-Bas (1904) et l’Espagne (1905). À la veille de la Première Guerre mondiale, Saint-Gobain est devenu l’un des plus grands groupes français.

 

Années 1920

Premiers pas dans l’automobile

Dans l’entre-deux-guerres, l'entreprise met au point le verre trempé. Grâce à sa résistance, il trouve des usages dans l’architecture et dans l’automobile. C’est le début des pare-brise Securit, aujourd’hui fabriqués par la filiale Sekurit.

 

1968-1970

De Danone à Pont-à-Mousson

Décembre 1968, Saint-Gobain est fragilisé par des problèmes récurrents de trésorerie. BSN, un autre fabricant de verre dirigé par Antoine Riboud, en profite pour lancer une offre publique d’échange. Le P-DG de l’époque, Arnaud de Vogüe, ne se laisse pas déstabilisé. Cet ancien résistant fait orchestrer par Publicis une vaste campagne de communication pour redorer le blason de son entreprise. Sa cible : les actionnaires qui seraient tentés de céder leurs parts. Dans le même temps, il demande en secret à des banques étrangères de racheter les titres et de faire monter leur cours au-dessus de l’offre. Résultat : Antoine Riboud échoue et réoriente son groupe vers l’agro-alimentaire, donnant ainsi naissance à Danone. Toujours fragile, Saint-Gobain fusionne avec Pont-à-Mousson en 1970. Cette entreprise lorraine fabriquant des tuyaux de fonte est à l’origine du pont représenté sur le logo du spécialiste de l’habitat.

 

1982-1986

La nationalisation

Si l’entreprise a bien été créée à l’instigation de Colbert, Saint-Gobain n’a jamais été une entreprise publique avant les années 1980. À la suite de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, le groupe est nationalisé comme d’autres sociétés industrielles et financières telles que Pechiney, Paribas, Suez et Thomson. En 1986, sa privatisation donne l’occasion aux salariés d’entrer massivement au capital. Aujourd’hui, ils en détiennent encore plus de 8 %.

 

1996

La diversification dans la distribution

Alors qu’il fait ses premiers pas en Chine et en Europe de l’Est, Saint-Gobain acquiert Poliet. Outre la production de mortier, la cible apporte des activités de distribution : Point P et Lapeyre. Ces pépites dont le groupe a accéléré le développement représentent aujourd'hui 45 % de son chiffre d’affaires.

 

2007

Leader de l’habitat durable

Deux ans après la plus grande acquisition de son histoire (BPB pour 5,9 milliards d’euros), Saint-Gobain décide de recentrer sa stratégie autour de l’habitat durable. Pierre-André de Chalendar vient d’arriver à la direction générale du géant des matériaux : c’est lui qui orchestre ce virage menant à la cession de Verallia, la filiale de conditionnement en verre, et à l’acquisition du suisse Sika en 2015.

 

Après 350 ans d’existence, Saint-Gobain a donc de quoi être optimiste. Comme l’a déclaré son P-DG : « Nous voulons trouver dans notre histoire les raisons de croire en l’avenir. »  

 

JHF

 

Image ©Saint-Gobain, Ph. Manuel Bougot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte