Safran décolle enfin avec Zodiac

La patience de Safran a fini par payer. Huit ans auront été nécessaires pour que l’OPA amicale engagée sur Zodiac Aerospace aboutisse. Outre les questions de financement, le principal défi du groupe aéronautique aura été de convaincre les vendeurs et le fonds activiste TCI, l’un de ses actionnaires minoritaires.

La patience de Safran a fini par payer. Huit ans auront été nécessaires pour que l’OPA amicale engagée sur Zodiac Aerospace aboutisse. Outre les questions de financement, le principal défi du groupe aéronautique aura été de convaincre les vendeurs et le fonds activiste TCI, l’un de ses actionnaires minoritaires.

La durée de leurs fiançailles reste exceptionnelle. Plus de huit années se sont écoulées entre la première déclaration d’intérêt et la conclusion favorable d’une OPA « entre amis ». La logique industrielle du rapprochement est imparable entre Safran, troisième acteur aéronautique mondial, et Zodiac Aérospace, fabricant de sièges aéronautiques. Car, sous la houlette de Philippe Petitcolin, un ingénieur de formation arrivé aux commandes du groupe en 2015, Safran ne cesse de croître en diversifiant une activité longtemps portée par la construction de moteurs d’avions.

Les fondamentaux sont bons : sous l’ère Petitcolin, la capitalisation boursière à doublé pour atteindre plus de 40 milliards d’euros. Le marché soutient un management ayant su insuffler à son groupe une vision stratégique mixant efficacement planification et opportunisme.

Zodiac Aerospace, une mariée compliquée

Sur le papier, l’opération est tentante : plus de 20 milliards d’euros de chiffre d'affaires combiné, 200 millions d'euros de synergies annuelles envisagées. Premier écueil, l’absence de volonté de rapprochement des actionnaires familiaux de Zodiac. Cependant, après deux années particulièrement compliquées – avertissements sur résultats à la chaîne, dégringolade continue des revenus et de la marge, pertes de clients -, ceux-ci finissent cependant par en accepter les contours.  Menées dans la confidentialité la plus complète, les négociations aboutissent à une première structure particulièrement complexe pour répondre aux contraintes des cédants.

Actionnaire de Safran à hauteur de 4,7 %, le fonds anglais TCI s’y oppose, remettant en question la logique de l’opération et la volonté d’un acquéreur en pleine santé de s’exposer en reprenant un groupe alors aux abois.

Finalement, l’accord annoncé en mai 2017 se simplifie – tout en continuant d’innover – avec une offre publique d’achat en numéraire, non plafonnée, à 25 euros par titre, et d’une offre d’échange subsidiaire plafonnée, avec des actions de préférence Safran (incessibles pendant 3 ans pour la première fois en France). Au final, Zodiac aura déboursé au total 8,7 milliards d’euros. Safran s’est par ailleurs assuré de l’engagement des principaux actionnaires institutionnels (FFP, FFP Invest et le FSP) et des actionnaires familiaux, garantissant ainsi l’apport d’environ 27 % du capital de Zodiac.

Au soir du 2 mars 2018, fin de la période d'apport des titres à l'OPA, Safran et Zodiac se disent oui. Le nouvel ensemble devient alors le numéro deux mondial des équipements pour aéronefs et le numéro trois du secteur aéronautique hors avionneurs. Le groupe français change d’envergure et peut faire jeu égal avec ses principaux concurrents UTC et GE Aviation.

Pour le conseil d’administration de Safran 

  • Conseil financier & fairness opinion : Goldman Sachs
  • Conseil juridique : Darrois Villey Maillot Brochier

 

Pour Zodiac Aerospace 

  • Conseils financiers : BNP Paribas, HSBC France, Rothschild & Cie
  • Conseil juridique : Bredin Prat

 

Pour le Conseil de surveillance de Zodiac Aerospace 

  • Conseil financier : Citigroup
  • Conseil juridique : Orrick Rambaud Martel
  • Expert indépendant : Finexsi

 

Financement : prêt-relais garanti de 4 Mds d'euros

Conseils juridiques : Linklaters (pour Bank of America Merrill Lynch), Herbert Smith Freehills (pour Safran)

Alexis Valero

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les 10 opérations les plus marquantes de 2018

L'année 2018 restera un millésime d'exception en matière de M&A et au niveau mondial. En un an, les opérations de fusions-acquisitions se sont envolées de 22,3 % en valeur pour atteindre 2 720 milliards de dollars. Nous en avons sélectionné dix, celles dont on se souviendra probablement dans quelques années.
Sommaire Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$ Delachaux : le private equity a le dernier mot ! Spotify triomphe sur le Nasdaq Unibail-Rodamco-Westfield : le retail a un nouveau leader Idex souffle le froid et le chaud EssilorLuxottica voit les choses en grand Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang IKKS fait peau neuve Disney étend son empire
La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Depuis plus de vingt ans à la tête d’Ardian, société d’investissement numéro un en Europe, Dominique Senequier est devenue une figure incontournable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte