S.Yon-Courtin (LREM) : "Les Français sont pro-européens"

Stéphanie Yon-Courtin vient d’être élue députée européenne LREM. Elle s’exprime sur les principaux enseignements à tirer du scrutin du 26 mai.

Stéphanie Yon-Courtin vient d’être élue députée européenne LREM. Elle s’exprime sur les principaux enseignements à tirer du scrutin du 26 mai.

Décideurs : Avec 50,2% de participation, les Français se sont plus déplacés que lors des scrutins européens précédents. Quel regard portez-vous sur cette mobilisation qui a échappé aux sondeurs ?

Stéphanie Yon-Courtin : Je me réjouis de voir nos concitoyens se déplacer. Cela permet à toutes les opinions de s’exprimer, tout en donnant tort aux personnes qui estiment que les Français se désintéressent des enjeux européens. Ce taux de participation est le plus haut depuis 1994 et la tendance est la même dans tous les pays de l’Union européenne. Quelque chose se passe et les citoyens reprennent leur destin en main. Contrairement à ce que pensent certains pessimistes, les électeurs estiment que la politique, ça sert encore à quelque chose.

En revanche, les sondeurs avaient prévu la première place du RN. Est-ce un échec pour la majorité ?

Non. Politiquement, nous sortons renforcés, ce qui n’est pas le cas du RN qui ne pèsera pas en Europe, contrairement à nous. En revanche, à quelques jours des commémorations du débarquement, le symbole est cruel de voir un parti d’extrême droite à cette place.

Si l’on prend du recul, on constate que le RN fait un pourcentage de voix moins élevé qu’en 2014 et perd même un siège. Il n’y a pas eu de vague populiste. Et les partis d’extrême droite ont des résultats globalement décevants. A terme, ce ne sera pas gagnant pour eux de se contenter de surfer sur les peurs. Face au contexte international et national actuel, je trouve même que le RN s’en sort mal. Nous ne sommes pas loin derrière et aurons le même nombre de députés. Alors que ce type de scrutin est dangereux pour le parti au pouvoir, nous gardons notre socle du premier tour de la présidentielle de 2017.

Sur le terrain, quel accueil ont reçu les représentants LREM durant cette campagne ?

Plutôt bon, les Français sont pro-européens et notre liste qui représente des euro-spécialistes attachés à l’Europe des territoires a été bien reçue. Nous étions là pour parler d’Europe, les Français aussi. Mais la défense d’une Union européenne forte est caricaturée depuis 40 ans et nous a peut-être porté préjudice. Le temps nous donnera raison, d’autant plus que nous ferons nos preuves au Parlement européen où défendrons concrètement les intérêts français.

LR et le PS, les deux principaux partis traditionnels sont balayés. Pour quelles raisons ?

Je pense que l’électorat pro-européen, qui peut voter PS ou LR, a remarqué qu’il existait une distorsion entre les déclarations sur l’importance de l’UE et la réalité. La réalité est la suivante : ces deux partis envoient au Parlement des recasés, des élus qui s’intéressent avant tout au jeu politique national et qui sont souvent abstentionnistes. Ce qui a pu finir par lasser les électeurs qui estiment que l’Europe est une question trop importante pour la prendre à la légère. Notre liste au contraire, s’est engagée à faire preuve d’assiduité et à ne pas cumuler de mandats.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Extrême droite et Russie, les affinités électives

Extrême droite et Russie, les affinités électives

En soutenant ouvertement la droite populiste du Vieux Continent, Vladimir Poutine agit dans l’intérêt de la Russie. De quoi trembler ? Pas vraiment pu...

Brexit : accord conclu ?

Brexit : accord conclu ?

La nouvelle fait l'effet d'une bombe. En fin de matinée Jean-Claude Juncker a annoncé qu'un accord sur le Brexit aurait été trouvé. Reste à l'adopter.

A.Basbous (politologue) : "L'Europe se retrouve humiliée sur le plan international"

A.Basbous (politologue) : "L'Europe se retrouve humiliée sur le plan international"

Alors que le retrait soudain des troupes américaines en Syrie rebat les cartes au Moyen-Orient, déstabilisant les alliés de l’Otan et replaçant la Rus...

Esther Duflo, économiste de terrain

Esther Duflo, économiste de terrain

Il y a environ vingt-cinq ans, Esther Duflo s’engageait dans la voie de la recherche économique parce qu’elle y voyait un moyen efficace de lutter con...

La Conférence des bâtonniers entre dans le capital de Juri’Predis

La Conférence des bâtonniers entre dans le capital de Juri’Predis

L’association réunissant les bâtonniers des ordres d’avocats en France s’allie au moteur de recherche juridique intelligent, Juri’Predis pour offrir a...

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Si l’Union européenne est une puissance commerciale de premier ordre, de nombreux chantiers restent à mener en matière de défense et de recherche. L’u...

Christian Jacob nouveau patron de LR

Christian Jacob nouveau patron de LR

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale a remporté, sans surprise, l’élection du chef de parti. Son score de 62% devrait lui donner la légit...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message