S. Hospital (OneRagtime) : « Plus de 500 investisseurs sont déjà actifs sur l’application OneRagtime »

Respectivement fondatrice et parrain de OneRagtime, Stéphanie Hospital et Philippe Bourguignon reviennent sur les premiers mois d'activité de l'application dédiée au financement des startups technologiques.
L'équipe expérimentée de OneRagtime : Philippe Bourguignon (parrain), Stéphanie Hospital (fondatrice) et Jean-Marie Messier (cofondateur)

Respectivement fondatrice et parrain de OneRagtime, Stéphanie Hospital et Philippe Bourguignon reviennent sur les premiers mois d'activité de l'application dédiée au financement des startups technologiques.

 

Décideurs. Quel est le chemin que vous avez parcouru depuis la création de OneRagtime ?

Stéphanie Hospital. Depuis nos débuts, nous avons investi dans treize projets dont dix « closés » et trois en cours de réalisation. Nous cherchons à devenir le premier investisseur professionnel de l'entreprise. Cela nous amène à investir des tickets compris entre 700 000 et 1,5 million d'euros. Nous avons notamment accompagné +Simple.fr, un courtier en assurances pour les TPE et les indépendants. En trois clics, le client peut souscrire à son assurance santé. Récemment, d'autres fonds tels que Idinvest ou Anthemis nous ont rejoint au capital et ont contribué à une jolie levée de dix millions d'euros. Aujourd'hui, nous travaillons sur l'internationalisation de +Simple. Par ailleurs, nous soutenons Jellysmack, une plate-forme de « curation » de vidéos à caractère viral. La start-up sélectionne et diffuse sur les réseaux sociaux les vidéos qui seront vues des millions de fois. Les « posts » cumulent plus de 2,5 milliards de vues. Le dénominateur commun de nos participations est la présence de technologies au cœur de leurs activités, d’un fort potentiel de développement international sur un marché à transformer, et d’équipe exceptionnelles.

Les entrepreneurs et investisseurs ont désormais du recul sur l’utilisation de votre application mobile dédiée au financement des jeunes entreprises. Quels sont les points forts et faibles de celle-ci ?

Philippe Bourguignon. L’application mobile est fondamentale. Nous parlons tous de nouvelles technologies mais beaucoup d’acteurs innovants sont encore à la traîne en matière de sites internet ou d’applications mobiles user-friendly. Avec OneRagtime, les investisseurs ont accès à toutes les informations dont ils ont besoin : montants investis, valeur de l’entreprise, derniers rapports de gestion, etc. Surtout, c’est très simple d’utilisation car le temps de ces individus ou institutions est précieux. De l’autre côté, les startups peuvent aussi communiquer très facilement. Elles publient leurs informations de manière instantanée. Cet écosystème a trouvé son public car plus de 500 investisseurs sont déjà actifs sur OneRagtime.     

Stéphanie Hospital. L’autre force de notre modèle réside dans l’option laissée à l’investisseur de financer tout ou partie de notre portefeuille. Il choisit les sociétés dans lesquelles il souhaite mettre un ticket. Le business angel est ainsi plus impliqué dans l'accompagnement des startups. Et c'est un avantage pour nos sociétés qui peuvent alors bénéficier d'expertises extérieures. De plus, chaque investissement est autonome dont les événements de liquidité n'affectent pas l'ensemble de nos partenaires mais uniquement ceux qui sont liés à l'entreprise concernée.

Comment approchez-vous ces pépites ?

Stéphanie Hospital. Nous avons plusieurs moyens à notre disposition. D'abord, notre plateforme en ligne reçoit chaque jour deux à trois projets de recherche de financement. Ensuite, l'équipe opérationnelle de OneRagtime effectue le travail de terrain. Nos collaborateurs sont à Paris, Londres et Barcelone. C'est pour cela que nos investissements se sont limités à l'Europe jusqu'ici ; nous ne souhaitons pas intervenir dans des régions où nous ne possédons pas de pied-à-terre. Enfin, les entrepreneurs et investisseurs avec lesquels nous travaillons nous recommandent de jeunes sociétés en croissance. Quand vous bénéficiez du soutien de professionnels tels que Philippe Bourguignon, Jean-Marie Messier, Patrick Sayer ou Philippe Carle, vous avez une certaine crédibilité. Pour résumer, le « sourcing » de notre dealflow est bien diversifié et c'est ce qui nous a permis de regarder 3 000 dossiers l'an dernier.

Et les gros dossiers « Tech » de la place ?

Stéphanie Hospital. Non, nous n'aimons pas ces dossiers. On préfère que les entrepreneurs nous choisissent plutôt qu'ils nous mettent en compétition.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

C. Goarant (Apparius) : "On constate une véritable convergence vers les belles cibles"

C. Goarant (Apparius) : "On constate une véritable convergence vers les belles cibles"

Apparius Corporate Finance conseille sur le long terme les entreprises pour lesquelles cette boutique structure les processus de fusion et acquisition...

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Alan, une nouvelle licorne française est née

Alan, une nouvelle licorne française est née

L’ascension fulgurante d’Alan se poursuit par un nouveau tour de table de 185 millions d’euros, mené par Coatue Management, Dragoneer et Exor aux côté...

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Brut poursuit sa révolution médiatique avec BrutX

Véritable phénomène de société, le média Brut diffusé sur les réseaux sociaux, qui totalise près de 20 milliards de vues en 2020, débarque à présent s...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Hausse spectaculaire des liquidations judicaires au mois de mars, du jamais vu depuis 20 ans

Hausse spectaculaire des liquidations judicaires au mois de mars, du jamais vu depuis 20 ans

Alors que 2020 avait vu les défaillances d’entreprises reculer de près de 40 % malgré la crise sanitaire, le premier trimestre annonce un revirement d...

Warren Buffett : l'alchimiste

Warren Buffett : l'alchimiste

Maître à penser de nombreux gérants d’actifs, Warren Buffett a élaboré une méthodologie d’investissement d’une grande efficacité. À tel point qu’il es...

J. Revault (Factofrance) : "Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait celui d’anticiper"

J. Revault (Factofrance) : "Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait ce...

L’affacturage fait office de véritable bulle d’oxygène pour les entreprises, particulièrement en période de crise. Acteur de référence en France, Fact...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte