S. Gruzinski (EHESS) : "La globalisation est une domination absolue"

Historien des mondes latino-américains (EHESS, Université de Princeton), Serge Gruzinski remet en perspective la mondialisation dont la logique remonte à la Renaissance, tout comme la puissance de la Chine. Entretien.

Historien des mondes latino-américains (EHESS, Université de Princeton), Serge Gruzinski remet en perspective la mondialisation dont la logique remonte à la Renaissance, tout comme la puissance de la Chine. Entretien.

Le concept de mondialisation, tel qu’on le définit aujourd’hui, s’applique-t-il à ce que l’on en connaît à la Renaissance avec la découverte du Nouveau Monde ?

Il faut distinguer la « mondialisation » de la « globalisation ». La mondialisation consiste à mettre en relation des continents, des civilisations, des cultures. La globalisation, quant à elle, tient à la diffusion planétaire d’éléments s’imposant au reste du monde sans aucune interaction réelle avec le milieu local. C’est une domination absolue. Aujourd’hui, on vit quelque chose de similaire avec le digital. Où que l’on soit dans le monde, on utilise tous des ordinateurs et des logiciels avec des algorithmes que l’on n’a pas créés. Ces technologies se diffusent et entrent en contact avec les milieux locaux, impulsent des transformations et uniformisent les usages.

Au XVIe siècle, la mondialisation produit de nombreux métissages, mais les domaines clés ne sont pas touchés. Tout ce qui est relatif à un certain espace du pouvoir est protégé et reste européen. Ainsi, le droit européen ne sera jamais contaminé par des traditions juridiques japonaises ou indiennes. Aujourd’hui, le droit appliqué partout dans le monde, celui des institutions internationales, est un droit européen.

Indirectement, cette mondialisation renforçait la position dominante de la Chine…

Effectivement, dès le XVIe siècle, les Européens reconnaissent à la Chine la place de première puissance économique du monde. Pékin est déjà une ville immense, peuplée de 500 000 habitants. Des journaux sont diffusés dans toutes les petites villes de province. Finalement, la Chine n’a connu qu’une seule éclipse, de 1850 à Mao Zedong. Depuis, elle a repris sa place de très grande puissance.

"La Chine n’a connu qu’une seule éclipse, de 1850 à Mao Zedong"


Avec la conquête du Nouveau Monde, on a découvert d’importants gisements d’argent. Quand on retrace aujourd’hui les circuits du commerce de ce minerai sur une carte, on sait que celui-ci allait d’Amérique vers la Chine. Le grand gagnant de ce système colonial est l’empire du Milieu. Jusqu’au début du XIXe siècle, celui-ci n’achète rien à l’Occident. En revanche, il lui vend des produits de luxe, des porcelaines, des soieries, etc.

Une mondialisation dominée par les grandes puissances du Sud, notamment la Chine et l’Inde, est-elle aujourd’hui possible ?

L’Europe voulue par le Traité de Rome (1957) ne fonctionne pas. Elle n’a jamais vraiment pris forme ni sur le plan des mentalités ni sur le plan d’une référence politique commune. La Chine, elle, a toutes les chances pour devenir ce référent international. L’Europe a dominé la planète pendant 500 ans. Dorénavant, l’Asie mènera le jeu, mais ce passage de relais s’accompagne d’une absence de prise de conscience de la part des populations, sauf pour des élites globalisées qui sont parfaitement informées.

Sous quelles conditions ce monde dominé par la Chine se mettra-t-il en place ?

Ce nouvel ordre est déjà installé, mais il est invisible, sans conquistadors. Prenons l’exemple du Brésil. Le discours de la gauche brésilienne est arc-bouté sur Trump et les États-Unis, alors que c’est la Chine qui domine le pays. À Belém, l’un de ses principaux ports, non loin de l’Amazonie, on mesure concrètement l’emprise économique chinoise à l’omniprésence de ses produits de grande consommation dans tous les points de vente, à ses prises de participations massives dans les infrastructures stratégiques et les ressources minières. La domination est aussi culturelle. Pour apprendre le chinois à l’institut Confucius de Belém, il faut dorénavant s’inscrire sur une liste d’attente pendant plusieurs années. La relation de pouvoir s’est inversée. Aujourd’hui, on cherche à attirer les investissements chinois pour dynamiser le secteur des affaires, l’attitude de l’Occident n’est plus défensive.  

Propos recueillis par Nicolas Bauche

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail d'Alibaba et des partenariats avec les marques. Elle revie...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur dédié au supercalcul"

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur déd...

Spécialiste du semi-conducteur depuis plus de 25 ans, après avoir travaillé notamment chez STMicroelectronics et Atos, Philippe Notton a fondé SiPearl...

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

En juin, le quinquagénaire issu du groupe en prendra la direction générale, tandis que l’actuel PDG, Benoît Potier, est appelé à conserver la présiden...

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se...

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message