S. Engster (Chamberlan) : "Le tarif de nos paires de souliers sur mesure est très compétitif"

Depuis 2015, Chamberlan Paris propose des souliers sur mesure livrés dans des délais raisonnables et à des prix défiant ceux de la concurrence. Une offre nouvelle notamment permise par des développements technologiques. Sa cofondatrice, Sophie Engster, revient sur son parcours.

Depuis 2015, Chamberlan Paris propose des souliers sur mesure livrés dans des délais raisonnables et à des prix défiant ceux de la concurrence. Une offre nouvelle notamment permise par des développements technologiques. Sa cofondatrice, Sophie Engster, revient sur son parcours.

Décideurs. Comment l’idée de créer Chamberlan vous est-elle venue ?

Sophie Engster. J’ai travaillé pendant dix ans chez LVMH notamment pour les parfums Givenchy et Christian Dior. Alors que j’étais CRM chez Dior, j’ai fait la rencontre à la crèche de mon fils de Franck Le Franc. Perchée sur des talons inconfortables, il me fait la remarque du manque d’adaptation de ces chaussures à l’heure où l’on innove de manière incroyable dans d’autres secteurs. Il me propose de développer une application sur smartphone pour prendre les mesures des pieds et créer des souliers sur mesure. Après une réflexion de quelques mois et une étude de marché, nous avons décidé de quitter nos postes respectifs et de monter Chamberlan.

À quoi le marché des chaussures sur mesure ressemble-t-il ?

Il ne reste plus beaucoup de bottiers qui fabriquent des chaussures sur mesure en France. Et ceux-ci sont pris d’assaut. Vous ne trouvez pas une paire en dessous de 2 000 euros et les délais d’attente vont de un à trois ans. J’ai rencontré des sous-traitants qui étaient plus que sceptiques quand je leur ai dit vouloir créer des souliers sur mesure, en poussant le concept jusqu’à proposer des pieds droits différents des pieds gauches. Comme il n’existait pas sur le marché de solutions similaires à celle que nous voulions développer, nous avons sillonné la France afin de trouver un centre de recherche pour notre application ainsi qu’un atelier. Nous sommes désormais basés en Dordogne, où la région nous a aidés à nous installer. Nous avons également bénéficié de l’aide d’un bottier qui travaillait pour une maison renommée et qui a pu former nos équipes.

"Grâce à notre application smartphone, nous sommes en mesure d’extraire les dimensions des pieds de nos clientes"

En quoi la technologie vous aide-t-elle ?

Grâce à notre application smartphone, nous sommes en mesure d’extraire les dimensions des pieds de nos clientes. Nous ajustons ainsi nos formes en 3D ainsi que nos patronages afin de les adapter à la morphologie de leurs pieds. Ensuite, le modèle est envoyé sur notre table de découpe numérique, les tiges sont piquées puis montées par nos artisans. La combinaison de leur savoir-faire et le recours à des machines industrielles de précision nous permettent de réaliser et de livrer plus rapidement nos paires de souliers qu’un bottier traditionnel. Le tarif de nos paires sur mesure est très compétitif. 

Pourquoi avoir développé dans un second temps le prêt-à-porter personnalisé ?

Beaucoup de clientes ayant trouvé nos modèles standards très confortables, nous nous sommes lancés il y a un an et demi sur le prêt-à-porter personnalisé. Les acheteuses peuvent choisir la forme de leur talon, la hauteur, la couleur du soulier, sa matière, etc. Les personnes qui se tournent vers le sur-mesure ont souvent des particularités aux pieds, comme des pieds très fins. Nous distinguons deux types de clientèle : les futures mariées qui cherchent des chaussures élégantes et confortables et qui nous rachètent ensuite des modèles. Et les dirigeantes qui ont l’habitude de porter des paires de luxe mais en ont assez d’avoir mal aux pieds et sont sensibles au made in France. 

Vous avez ouvert une boutique à Paris fin novembre 2019. Racontez-nous. 

Oui. Notre boutique se situe à côté de la place Vendôme. C’est un endroit où nous voulions allier l’art et l’artisanat. La Covid ayant bouleversé le calendrier, nous nous sommes réinventés et en avons fait un showroom où retrouver d’autres jeunes marques françaises, comme Le Rouge français. Mais depuis quelques temps nous avons pu reprendre d’autres activités comme des vernissages.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte