S. de Frouville (Comgest) : "Sans surprise, les sociétés ne sont pas égales face au virus"

Fidèle à sa philosophie d’investissement entièrement tournée vers les sociétés aux perspectives de croissance durable, Comgest traverse la crise sans turbulence. Convaincu par l’approche qualité, Sébastien de Frouville détaille sa vision du marché et de la reprise et revient sur la politique de la société de gestion en matière d’ISR.

Fidèle à sa philosophie d’investissement entièrement tournée vers les sociétés aux perspectives de croissance durable, Comgest traverse la crise sans turbulence. Convaincu par l’approche qualité, Sébastien de Frouville détaille sa vision du marché et de la reprise et revient sur la politique de la société de gestion en matière d’ISR.

Décideurs. La crise sanitaire de 2020 a-t-elle bouleversé votre activité ?

Sébastien de Frouville. Nous avons dû nous adapter et nous avons découvert que notre métier est très ‘télé travaillable’, du moins à court terme. A ce jour et en ce qui concerne uniquement la collecte, l’année 2020 ressemble à l’année 2019 : nos actifs sous gestions sont désormais mieux répartis entre nos différents fonds. Nous avons également continué à renforcer certaines équipes notamment Europe et ESG.

Avez-vous procédé à des adaptations dans votre méthodologie d’investissement ?

La réponse courte est non ! La star chez Comgest, c’est la méthode, soit notre approche qualité / croissance. C’est le mandat qui nous est confié par les investisseurs et cette philosophie d’investissement ne doit pas et ne peut pas changer. Nous investissons dans une niche : les sociétés capables de croitre sur longue période. Une fois identifiées, nous les gardons en moyenne cinq ans en portefeuille, voire bien plus pour certaines. Si la croissance bénéficiaire est au rendez-vous, le passage du temps via les intérêts composés viennent généralement rogner des multiples de valorisation qui facialement peuvent apparaitre élevés.

"Dans l’ensemble, cette pandémie accélère les grandes tendances en cours "

Depuis quelques années, les valeurs de croissance ont réalisé des performances boursières exceptionnelles. N’y a-t-il pas un risque de bulle ?

C’est une hypothèse valable puisqu’il peut y avoir des bulles partout, y compris sur ce pan de la cote, mais nous ne pensons pas que ce soit encore le cas. Au cours des dix dernières années, le style croissance a certes bien fonctionné. Il y a plusieurs explications à cela, la principale à nos yeux est le rythme de croissance des bénéfices : certaines sociétés ont continué à connaitre un développement rentable à un moment où la croissance se raréfiait. En tenant compte de cet écart de croissance bénéficiaire, l’appréciation relative du style croissance est nettement plus mesurée, les taux très bas ayant inflaté tous les actifs.

La reprise en « K » est-elle la plus probable ?

L’approche qualité nous amène à investir dans des sociétés que nous jugeons moins sensibles aux facteurs externes, cela évite de se poser ces questions difficiles. Avant la pandémie, cette lettre résumait bien cette dichotomie entre les sociétés qui bénéficient de ‘méga trends’ et/ou gagnent des parts de marché et les autres qui font bien souvent du sur-place et qui éventuellement risquent la disruption. La pandémie a tendance à accélérer cet état de fait.

Quelle est votre politique en matière d’ISR ?

Lorsque vous conservez les titres en moyenne 5 ans et parfois bien davantage, l’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance est indispensable autrement la croissance ne peut pas être durable. La recherche ESG est davantage formalisée depuis une dizaine d’année. L’équipe compte quatre analystes ESG un cinquième est en cours de recrutement. Concrètement, nous excluons certains secteurs comme le tabac, nous intégrons ces critères dans notre modèle de valorisation à cinq ans. Enfin nous nous engageons en proposant à certaines sociétés des pistes d’améliorations. Sur ce dernier point, nous pouvons aller jusqu’à faire de l’activisme comme lors de l’AG 2019 d’Essilux ou nous avons proposé la nomination de deux administrateurs indépendants. Pour résumer, qualité rime avec long terme. Par conséquent qualité rime également avec ESG. Nos fonds Comgest Monde, Renaissance Europe et Magellan ont obtenu au début de l’année la label ESG LuxFlag.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte