S. Breuzard (Norsys) : "Notre objectif, être en contribution nette et positive en 2025"

Sylvain Breuzard, président fondateur de Norsys, président de Greenpeace France et fondateur du réseau Étincelle revient sur la création de son entreprise et sur son engagement pour la protection de l’environnement.

Sylvain Breuzard, président fondateur de Norsys, président de Greenpeace France et fondateur du réseau Étincelle revient sur la création de son entreprise et sur son engagement pour la protection de l’environnement.

Décideurs. Quel était votre objectif lors de la création de  Norsys ?   

Sylvain  Breuzard. Après avoir été salarié dans deux entreprises, j’ai voulu lancer mon propre projet : mon objectif était d’exercer mon métier de commercialisation de prestations informatiques, tout en restant en cohérence avec mes valeurs. En effet, au préalable, j’ai travaillé dans plusieurs entreprises, notamment chez IBM, et je ne me retrouvais pas dans leur état d’esprit. Plus précisément, mon souhait à travers Norsys était de créer des logiciels autour des nouvelles technologies de l’époque en ne se focalisant pas seulement sur l'aspect technique et en mettant les relations humaines au cœur de nos prestations. Je pense qu'au-delà de la technicité, c’est la qualité humaine qui fait la différence et qui nous permet de concevoir des logiciels avec bienveillance.  

Comment conciliez-vous votre engagement associatif avec Greenpeace France, votre engagement social avec le réseau Étincelle et votre rôle de PDG pour Norsys ?   

Lorsque l’on travaille dans un domaine, nous rencontrons et côtoyons principalement des personnes qui exercent le même métier. Je ressentais donc le besoin d’exercer avec des collaborateurs qui pensent et vivent différemment et font des choix de vie pour défendre la planète : c’est la raison pour laquelle je me suis engagé avec Greenpeace et le réseau Étincelle. Le fait de côtoyer la vie associative m’a considérablement enrichi. Par ailleurs, en 2003 j’ai créé la fondation Norsys qui s'est engagée dans plusieurs causes, notamment pour les jeunes étudiants faisant face à des discriminations dans leur recherche de stage ou d’emploi ; nous les faisions travailler sur leur projet et la façon d’appréhender un entretien, l’objectif étant qu’ils soient brillants pour compenser les préjugés. Mais je voulais aller encore plus loin et je me suis donc orienté vers les jeunes en rupture scolaire avec le réseau Étincelle. Concernant Greenpeace, il y a des moments forts où je dois me focaliser sur mon rôle de président du Conseil d’administration et d’autres où ma présence n’est pas nécessaire. L’important est de tenir compte des temps forts de chaque responsabilité pour les concilier.

En quoi consiste la permaentreprise ?   

De 2002 à 2004 j’ai présidé le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD), un mouvement créé en 1938 regroupant quelques milliers d’entreprises avec pour objet de mettre une économie au service des hommes. Au même moment, la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), originaire des États-Unis, arrivait en France. J'ai souhaité développer une dynamique que j’appelais à l’époque la recherche d’une performance globale économique, sociale et environnementale et j’ai poussé cette démarche avec Norsys. Finalement, en 2019, je me suis rendu compte que vingt ans après, toute cette RSE appliquée par des entreprises n’a pas empêché le monde de se dégrader, tant environnementalement que socialement. Les entreprises sont les mieux placées pour faire évoluer le monde différemment : une remise en question était donc nécessaire pour faire avancer les choses. J’ai eu l’intuition que les principes de la permaculture pouvaient inspirer un modèle de développement en entreprise. En partant de ce point, j’ai expérimenté un certain nombre de choses au sein de Norsys avec un collectif chargé de vérifier que ce n’était pas une mauvaise idée. Pendant une année, nous avons creusé le sujet : le constat est que nous faisions déjà un certain nombre de choses se raccrochant à ces principes de permaculture. Finalement, nous avons compris qu’il y avait un concept très intéressant à développer sur la base de la permaculture : en 2020, j’ai donc formalisé le modèle de développement de permaentreprise.  

De quelle façon  contribuez-vous  à préserver l’environnement  à travers  Norsys  ?  

Une centaine de collaborateurs au sein de  Norsys, que l’on a appelé la communauté des  GreenMakers, a accepté  de s’engager pour préserver l’environnement. Par ailleurs, nous avons entrepris des projets simples comme la transformation de nos abonnements pour soutenir l’utilisation d’énergies renouvelables : nous avons fait ça avec  Enercoop, une  coopérative qui produit de l’énergie renouvelable, que ce soit solaire, éolienne ou hydraulique.  Aujourd’hui, notre objectif est de tout faire pour diminuer nos émissions de CO2. Depuis 2007, nous effectuons des bilans carbone et nous nous sommes aperçus que plus de 50 % des émissions sont émises lors des trajets des collaborateurs lorsqu'ils se rendent sur leur lieu de travail. Nous avons donc réduit les déplacements et début janvier 2020, avec un collectif, nous avons fait voter des solutions, notamment celle de ne plus prendre l’avion  s’il  est possible de se déplacer d’une autre façon en moins de six heures.   

Pour le reste des émissions, nous avons cherché à les compenser et l’objectif était que tous les collaborateurs de Norsys aient un rôle là dedans : pour cela, nous avons développé un logiciel leur permettant de voir en temps réel leurs émissions professionnelles. Ensuite, par l’intermédiaire d’une association, nous leur avons permis de planter eux-mêmes des bouts de forêts. Notre objectif est qu’en 2025, nous soyons en contribution nette et positive, autrement dit nous voulons compenser plus de carbone que nous en émettons.  

Propos recueillis par Clémentine  Locastro

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 15 juin 2021

La veille urbaine du 15 juin 2021

BE REAL Investment Management s'empare d'une résidence étudiante à Marseille, ICF Habitat Sud-Est Méditerranée acquiert 74 logements auprès de CDC Hab...

A. Gaudillère (Enerlis) : "La notion de réglementation paraît indispensable"

A. Gaudillère (Enerlis) : "La notion de réglementation paraît indispensable"

Les problématiques environnementales se faisant de plus en plus vives et pressantes, l’exécutif français continue de légiférer sur le sujet : décret t...

E. François (SMA) : "Nos bâtiments sont de moins en moins adaptés aux évolutions de société"

E. François (SMA) : "Nos bâtiments sont de moins en moins adaptés aux évolutions de société"

Emmanuel François, président de la Smart Building Alliance, nous donne son approche concernant l’évolution des bâtiments suite à la crise, tant du poi...

La veille urbaine du 11 juin 2021

La veille urbaine du 11 juin 2021

Argan poursuit ses investissements dans l’Orléanais avec la livraison d’un nouvel entrepôt de 22 000 m², IDEC remet les clés à AREFIM d’un entrepôt de...

La veille urbaine du 10 juin 2021

La veille urbaine du 10 juin 2021

Gecina pré-commercialise l’immeuble “Biopark” à Paris 13, Serris Reim acquiert un ensemble de 5 345 m² à Aurillac pour 2,5 M€, Cogedim prend 10 engage...

Télétravail : nier l'évidence ne la corrigera pas

Télétravail : nier l'évidence ne la corrigera pas

La réduction de l'empreinte immobilière des entreprises semble convaincre une majorité de dirigeants de l'intérêt du télétravail. Anciennement réfract...

La veille urbaine du 9 juin 2021

La veille urbaine du 9 juin 2021

Eurazeo signe une promesse de vente avec l'AESN pour l’immeuble “Côté Jardin” à Courbevoie, GSE construit le nouveau centre européen de distribution d...

La logistique regagne la ville

La logistique regagne la ville

La crise sanitaire a mis en évidence la nécessité de la logistique dans l’économie française et, par voie de conséquence, de la logistique urbaine dan...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte