Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, administratrice de plusieurs start-up, elle évoque l’état d’esprit d’innovation avec lequel elle entend accompagner le développement du job board.

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, administratrice de plusieurs start-up, elle évoque l’état d’esprit d’innovation avec lequel elle entend accompagner le développement du job board.

Décideurs. Vous venez de prendre la direction générale de Monster France et Europe du Sud. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?

Ruth Cernes. Je suis une spécialiste de l’hypercroissance. J’ai accompagné plusieurs structures dans ce passage délicat. Passé ses premières années, une jeune entreprise traverse toujours une phase où pour continuer à se développer, il lui faut se réinventer, réimaginer ses business models et s’enrichir de personnes aux profils différents de ceux qui sont déjà dans l’organisation… Il s’agit d’une étape passionnante, mais qui exige un accompagnement attentif. Par ailleurs, la culture d’entreprise particulière de Monster m’a beaucoup plu.

Comment décririez-vous cette culture d’entreprise ?

L’approche long terme y est très marquée. Les collaborateurs travaillent souvent chez Monster depuis longtemps, la mobilité interne est encouragée et très développée. Et puis – sujet qui me tient particulièrement à cœur – la parité y est une réalité. Nous sommes quasiment 50% d’hommes et 50% de femmes !

Vous évoquez la nécessité de se réinventer. Comment Monster entend-il le faire ?

Quand Monster est arrivé en France, dans le début des années 1990, il était le premier job board. Aujourd’hui, ce marché a énormément évolué, au gré de l’évolution des relations de travail et des méthodes de recrutement. Mais Monster reste un acteur très solidement installé. Nous menons plusieurs chantiers de front pour accentuer ses éléments différenciants. Je ne peux pas encore dévoiler d’informations précises mais nous allons à court terme enrichir nos technologies pour améliorer la connexion entre les profils et l’entreprise et soigner l’expérience du candidat sur le site. Nous misons également sur l’aspect conseil.

C’est-à-dire ?

Les prestations d’accompagnement ont été approfondies, comme notamment la possibilité de créer une marque employeur spécifique destinées à toucher un métier donné. Nous mettons également l’accent sur la diffusion de contenus. Le site de Monster est une mine d’informations. On peut par exemple y trouver des illustrations de ce qui constitue le quotidien d’un data scientist dans une entreprise du secteur privé. Cela permet aux candidats de mieux se connaître eux-mêmes. Tout cela poursuit un objectif clair : constituer un pont entre des candidats motivés et des entreprises qui sont précises et transparentes sur leurs besoins.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

Avec près de 1 500 collaborateurs et cinq sites industriels, le groupe Aoste fait la fierté de la région Rhône-Alpes où il est historiquement implanté...

Le nouveau défi d’Antoine Morgaut (Robert Walters)

Le nouveau défi d’Antoine Morgaut (Robert Walters)

Antoine Morgaut, CEO Europe du cabinet international de recrutement Robert Walters depuis 2007, prend les rennes des directions Europe, Moyen-Orient,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message