Rupture déclarée pour TechnipFMC

Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapétroliers, Technip et FMC, se solde par un divorce.
Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapétroliers, Technip et FMC, se solde par un divorce.

Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapétroliers, Technip et FMC, se solde par un divorce.

Machine arrière toute pour TechnipFMC ? Alors qu’il y a trois ans le français Technip et l’américain FMC fusionnaient et donnaient naissance à TechnipFMC, un projet de scission a été approuvé à l’unanimité par le conseil d’administration du groupe. Un revirement salué par le marché qui s’accompagne d’un véritable rebond en Bourse. L’opération permet la création de deux sociétés leaders de leurs secteurs, indépendantes et cotées. La première, RemainCo, conserve l’activité sous-marine de TechnipFMC, sera basée à Houston et comptera environ 22 000 salariés. La seconde, SpinCo, continuera avec les projets industriels à cycles longs, avec 15 000 employés dont 3 000 basés à Paris et un siège social aux Pays-Bas. Cette séparation devrait permettre de retrouver flexibilité et croissance pour chaque entreprise, ce qui n’est pourtant pas sans alarmer les salariés qui redoutent l’affaiblissement des deux nouvelles entités et le passage sous contrôle américain. Le coup de maître de la société texane est de sortir du jeu tout en récupérant des technologies de Technip sans verser d’argent en contrepartie.

Ironie du sort

À l’époque, la fusion se réalisait entre partenaires considérés comme « égaux ». Technip avait un chiffre d’affaires deux fois supérieur à celui de FMC, mais le groupe Texan compensait avec une rentabilité plus élevée. Alors que le moteur pour le PDG français, Thierry Pilenko, était d’éviter l’absorption par un groupe plus puissant, l’emprise de la PME américaine sur le Français ne s’est pas fait attendre. Au grand dam des salariés, le Texan à progressivement englouti son homologue avec une direction 100 % américaine et une gestion depuis Houston. Cette réalité fait basculer les deux sociétés. La stratégie portée sur le M&A amorce la dégringolade du groupe, une perte de valeur de 40 % en Bourse et une perte nette de 1,9 milliard d’euros en 2018. Des résultats à l’origine de la scission, qui devrait être finalisée dans le courant du premier semestre 2020. Celle-ci sera-t-elle synonyme de renaissance pour les deux groupes ?

Inès Giauffret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Scabal, un tailleur de haute tenue

Scabal, un tailleur de haute tenue

Véritable institution dans le monde de l’habillement pour l’homme, Scabal appose sa griffe sur les plus belles étoffes de sa création et marque de son...

Sébastien Ribeiro rejoint Amiral Gestion

Sébastien Ribeiro rejoint Amiral Gestion

Gérant spécialisé sur les petites capitalisations françaises, Sébastien Ribeiro vient d’être recruté par Amiral gestion.

P. Setbon (Ostrum AM) : "Le mouvement de concentration dans la gestion d’actifs ne fait que commencer"

P. Setbon (Ostrum AM) : "Le mouvement de concentration dans la gestion d’actifs ne fait que commence...

Récemment arrivé à la direction générale d’Ostrum AM, Philippe Setbon a reçu la rédaction de Décideurs Magazine pour évoquer la stratégie de développe...

Luca de Meo, le renouveau de Renault ?

Luca de Meo, le renouveau de Renault ?

Fin connaisseur des marchés et des produits, « homme de la bagnole » et leader charismatique, Luca de Meo, ex-patron de Seat pressenti pour succéder à...

La culture de l’éthique gagne du terrain en entreprise

La culture de l’éthique gagne du terrain en entreprise

Le Cercle d’éthique des affaires, en partenariat avec le groupe La Poste, a dévoilé le 10 janvier dernier les résultats de son huitième Baromètre sur...

F. Smith (AFTPM) : "Le terme de tierce partie marketeur n’est pas toujours utilisé à bon escient"

F. Smith (AFTPM) : "Le terme de tierce partie marketeur n’est pas toujours utilisé à bon escient"

L’association française des tierces parties marketeurs (AFTPM) est animée par quelques acteurs bien établis : Alfi Partners, Investeam, Amadé Global P...

Fusion entre Altaprofits et Cosevad

Fusion entre Altaprofits et Cosevad

La société de courtage d'assurance et de conseil en gestion de patrimoine, Cosevad, filiale de Generali France et Altaprofits, acteur du courtage sur...

P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique"

P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique"

Porté par le ministère de la Transition écologique et solidaire, le label Greenfin, lancé en Juin 2019 a pour objectif de garantir la qualité verte de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message