Ronan Vaspart : "Le Mipim n’est plus seulement un animateur de la communauté immobilière"

Ronan Vaspart : "Le Mipim n’est plus seulement un animateur de la communauté immobilière"
Ronan Vaspart (©D.R.)

La trentième édition du Mipim a réuni 26 800 participants. Une affluence qui s’explique en partie par la capacité du salon à évoluer pour répondre aux attentes des acteurs immobiliers. La mouture 2020 devrait répondre aux mêmes canons. Entretien avec Ronan Vaspart, directeur du Mipim.

Décideurs. Quel bilan tirez-vous de cette 30e édition du Mipim ? 

Ronan Vaspart. Nous voulions initier une nouvelle dynamique et nous avons réussi. Nous avons placé cette trentième édition sous le thème « engaging the future » à travers trois piliers fondamentaux, à savoir l’environnement, le social et le sociétal. Notre communauté a adhéré à ce positionnement. D’autre part, nous avons renforcé notre internationalisation. Plus de cent pays différents ont été représentés pendant ces quatre jours. Enfin, nous avons accueilli 26 800 participants représentant toute la chaîne de valeur de l’immobilier. Parmi eux, près de 600 personnalités politiques venues du monde entier dont des maires de grandes villes françaises et étrangères ainsi que des membres de différents gouvernements, dont Julien Denormandie, ont fait le déplacement à Cannes. Le Mipim est clairement devenu un événement incontournable pour l’immobilier mais aussi pour la ville.

Quels ont été les temps forts ? 

La venue de Ban Ki-moon en keynote d’ouverture a constitué le premier temps fort. L’ancien secrétaire général des Nations unies a mis en perspective la problématique environnementale et a questionné l’industrie immobilière mondiale dans son rapport avec les générations futures. Cette édition 2019 a également été l’occasion d’intégrer les moins de 40 ans dans les débats sur le futur de la fabrique de la ville grâce au ‘Young Leaders Summit’. Ainsi, le Mipim n’est plus seulement un animateur, c’est aussi un acteur de la communauté immobilière. Enfin, nous avons fédéré l’industrie autour de spectacles et d’expériences. L’accent a été mis sur le networking culturel avec notamment un concert de l’opéra Helikon de Moscou. Cette dimension expérientielle inédite a contribué à la satisfaction des participants.

Quelles sont les grandes tendances qui vous ont marqué ? 

La dimension environnementale a particulièrement retenu mon attention. L’industrie immobilière l’a bien prise en compte dans les projets neufs. Le label BBCA fait par exemple partie intégrante des critères de sélection présentés par la Solideo lors du lancement des consultations des promoteurs au Mipim pour la construction du village olympique. A contrario, des progrès restent à faire dans la réhabilitation de l’existant. L’autre grande tendance qui m’a marqué concerne l’évolution de l’industrie immobilière. Au cours des trente dernières années, les flux financiers se sont totalement internationalisés. Nous avons constaté que ce mouvement n’est pas près de s’arrêter, et donc l’industrie immobilière est désormais complètement globale.

Quels sont les axes de développement du salon ? 

Nous voulons continuer à fédérer et à réunir les plus jeunes générations sur les cinq Mipim organisés dans le monde. Ce sera particulièrement prégnant au Mipim PropTech puisque les start-ups sont souvent dirigées par de jeunes acteurs. En parallèle, nous voulons travailler sur la dimension politique du salon. Plus de 500 leaders publics viennent chaque année mais ils ont une approche très locale, éventuellement nationale. Or le Mipim est une plateforme internationale. Nous réfléchissons donc au moyen de fédérer les politiques entre eux autour des problématiques de l’immobilier et de la ville. Enfin, nous souhaitons intensifier la présence de l’Afrique et rendre la clientèle américaine plus visible.

Quelles sont vos ambitions pour 2020 ?

Nous voulons continuer à améliorer notre qualité d’exécution et l’expérience des participants. Nous souhaitons également accentuer la coopération entre les générations tout en continuant à attirer des décideurs jeunes et moins jeunes. Par conséquent, nous ambitionnons d’accueillir encore plus de participants en 2020 et de nouveaux pays. Enfin, nous mettrons à nouveau l’accent sur la dimension sociétale l’année prochaine.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Cette interview est extraite du hors-série contenant les entretiens réalisés par Décideurs lors du Mipim 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message