Ronald van Tuijl (Inta) : « Il faut des stratégies pour lutter face à la contrefaçon à l’échelle globale »

L’International Trademark Association (Inta) a élu à sa tête pour l’année 2016 Ronald van Tuijl. Face à lui, de nombreux défis en matière de propriété intellectuelle se dressent : la contrefaçon et les emballages neutres en tête. L’association internationale des détenteurs de marques basée à New York, concentre ses efforts sur la croissance et la globalisation de l’activité de ses membres.

L’International Trademark Association (Inta) a élu à sa tête pour l’année 2016 Ronald van Tuijl. Face à lui, de nombreux défis en matière de propriété intellectuelle se dressent : la contrefaçon et les emballages neutres en tête. L’association internationale des détenteurs de marques basée à New York, concentre ses efforts sur la croissance et la globalisation de l’activité de ses membres.

Décideurs. Quels sont les principaux défis liés à la propriété intellectuelle aujourd’hui ?

Ronald van Tuijl. Parlons d’abord de la contrefaçon. Ce problème n’est pas nouveau mais au vu de l’ampleur et des risques inhérents à ce phénomène, il est nécessaire de l’aborder encore et toujours. L’Inta a développé des stratégies pour lutter face à la contrefaçon à l’échelle globale. Nous réalisons des efforts continuels pour comprendre le rôle des départements de propriété intellectuelle des multinationales afin d’harmoniser les solutions à mettre en place contre ce fléau. Nous avons aussi noué un partenariat avec le Bascap (Business Action to Stop Counterfeiting and Piracy) pour co-organiser davantage d’ateliers concrets visant les propriétaires de droits.

Le second défi majeur auquel nous devons faire face est celui des emballages neutres. Je crois fermement que le paquet neutre est davantage un problème lié à l’univers des marques plutôt qu’à l’industrie du tabac. D’autres secteurs pourraient être touchés à l’avenir. Dans le but d’éviter cela, l’Inta travaille avec les gouvernements pour ne pas laisser des textes de loi violer les traités mondiaux.

 

Décideurs. L’Inta poursuit sa croissance à l’international. Le bureau de Singapour vient d’ouvrir ses portes, qu’en est-il de l’Amérique latine ?

R. van T. Plusieurs raisons nous ont incités à ouvrir ce bureau à Singapour. Le pays est régulièrement classé parmi les plus compétitifs pour y faire des affaires et il dispose également des meilleures lois en Asie quant à la protection de la propriété intellectuelle. En outre, cette cité-État est au cœur du continent qui soulève de nombreuses difficultés pour nos membres. Il est temps d’affronter les problèmes de cette région en matière de préservation des marques.

Pour l’Amérique latine, nous avons déjà mené de nombreuses actions dans cette région par le passé. En 2015, nous avons notamment organisé une rencontre de grands dirigeants à Panama City. C’était la première fois qu’un tel événement organisé par l’Inta se déroulait hors des États-Unis. Nous comptons sur nos délégations au Brésil et en Argentine, et l’ouverture d’un bureau sur le continent est à l’étude pour soutenir nos activités sur place.

 

Décideurs. Pouvez-vous décrire le groupe de travail que vous avez lancé pour réfléchir au rôle des spécialistes de la propriété intellectuelle au sein des entreprises ?

R. van T. Comme les lois concernant la propriété intellectuelle ne cessent d’évoluer, il est essentiel de s’assurer que les professionnels des marques soient bien familiers des textes les plus récents. Au moment de monter ce groupe de travail, il fallait fixer les rôles des praticiens en interne, le positionnement de leurs équipes ainsi que les aider à poursuivre leurs projets. Aujourd’hui, ce groupe de travail réunit des acteurs du monde entier aux parcours les plus divers. Nos membres réguliers et nos membres associés comme les cabinets d’avocats s’y retrouvent pour échanger.

 

Décideurs. Votre expérience de la propriété intellectuelle s’étend des nouvelles technologies aux biens de consommation et au tabac. Comment parvenez-vous à maîtriser les évolutions de ces différentes industries ?

R. van T. J’ai eu la chance de travailler en tant que conseiller juridique interne au sein de nombreuses multinationales dans des secteurs variés. J’assiste à de nombreux ateliers et participe à autant de programmes de formation ou séminaires que possible, même s’ils ne sont pas directement reliés à mon travail quotidien. Je lis énormément, surtout lorsqu’il s’agit de nouveautés en matière de propriété intellectuelle et de jurisprudence. Je reste aussi attentif aux nouvelles tendances grâce aux discussions que je peux partager avec mes pairs.

 

Décideurs. Quel conseil donneriez-vous aux nouveaux spécialistes de ces questions en entreprise ?

R. van T. Soyez curieux. Soyez proactif. Si vous saisissez toutes les opportunités et que vous posez les questions pertinentes, votre travail devient bien plus intéressant. 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier La régulation à travers ses décideurs

Tout au long de l’année, Décideurs Magazine part à la rencontre des décideurs publics. Au cœur de la régulation des activités économiques, ils réagissent à l’actualité des acteurs qu’ils régulent, présentent leur organisation et analysent leur action. Ce dossier spécial les réunit afin de mesurer leur pouvoir et décrypter leurs interventions.
Sommaire Svein Andresen (FSB) : « La crise financière a eu un coût significatif pour l’économie mondiale » Alexis Mourre (CCI) : « Nous exerçons un contrôle vigilant sur les arbitres » Marie Hélène Tric (AMF) : « Certains estiment que leur cas est si particulier que la réglementation ne s’applique pas à eux » Didier Coiffard (CSN) : « Le métier de notaire n’est pas une fonction commerciale » Pascal Saint-Amans (OCDE) : « Le projet BEPS était un impératif politique » Jean Messinesi (tribunal de commerce de Paris) : « Donner l’image d’une justice moderne » Jean-Yves Fagon (Délégué ministériel à l’innovation en santé) : « L’innovation isolée existe de moins en moins » Stéphane Martin (ARPP) : « La pire des sanctions est l’atteinte à la réputation » Charles Coppolani (Arjel) : « Nous jouons un jeu usant avec les sites illégaux »
Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Puisqu’aucun présidentiable ne se dégage au PS et chez EELV, la maire de Paris semble de plus en plus décidée à se lancer dans la course. Une initiati...

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Le départ du Royaume-Uni renforce le poids du moteur franco-allemand et devrait permettre à l'UE de sortir plus forte de la crise sanitaire estime Syl...

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Retour au multilatéralisme, changement de pied en matière de politique environnementale, priorité toujours accordée à la zone Asie-Pacifique au détrim...

Républicains : touchés mais pas coulés

Républicains : touchés mais pas coulés

Malgré la victoire de Joe Biden, tout n’est pas noir pour les républicains. Donald Trump laisse un héritage sur lequel son parti pourra bâtir des fond...

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

Journaliste et auteur, Alexandre Mendel a sillonné pendant plusieurs mois l’Amérique qui vote Trump. Il se penche sur l’avenir de l’ancien président e...

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte