Romaric Gomart (PaintUp) : « Nous préférons nous autofinancer »

Un robot capable de peindre des façades de grande envergure avec une précision remarquable : tel est le concept de PaintUp, start-up multi-primée qui a aussi su séduire de grands industriels. Rencontre avec son fondateur Romaric Gomart.

© DR

Romaric Gomart, fondateur, PaintUp

Un robot capable de peindre des façades de grande envergure avec une précision remarquable : tel est le concept de PaintUp, start-up multi-primée qui a aussi su séduire de grands industriels. Rencontre avec son fondateur Romaric Gomart.

Décideurs. Quel est le concept de Paint Up ?

Romaric Gomart. Il s’agit d’un robot guidé par un système laser, capable d’intervenir sur des façades de grande dimension. Commandé depuis un ordinateur au sol, le robot peut permettre de faire apparaître des fresques, des publicités, mais aussi de décaper, peindre, déposer de la matière comme une imprimante 3D ou même percer des trous sur la façade. La vraie difficulté a été pour nous de conserver une grande précision depuis la numérisation des surfaces jusqu’à l’intervention à des hauteurs pouvant atteindre trente mètres.

Comment le projet a-t-il été financé ?

J’ai participé à un premier concours, Lyon Start-Up, que je n’ai pas remporté. Mais cela m’a permis de travailler mon discours et, en 2016, PaintUp a remporté le grand prix des Jeunes entrepreneurs de l'année, organisé par Campus Création. Cela m’a permis d’obtenir un financement de 10 000 euros, complété par une bourse Inovizi de la région Rhône-Alpes, la bourse French Tech « Emergence » de Bpifrance, puis une bourse de l’espace numérique entreprise, soit un total de 50 000 euros. PaintUp a également réussi à obtenir des contrats avec des entreprises d’envergure comme LafargeHolcim puis les Aéroports de Lyon, qui nous ont permis de financer le projet, qui coûte surtout cher en matériel.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

Nous réalisons des tests pour aller de plus en plus haut. En 2017, nous sommes aller jusqu’à vingt-cinq mètres de hauteur afin de tester la précision de notre algorithme et de mesurer le comportement oscillatoire du système. Notre robot est aujourd’hui totalement opérationnel et capable de se relocaliser à un centimètre près. Nous sommes prêts à prendre de gros chantiers tests.

Une levée de fonds en perspective ?

Pour le moment, nous préférons nous autofinancer. Nous avons un chiffre d’affaires en croissance qui nous permet de gagner en maturité sur notre produit. Nous envisageons la levée de fonds pour une prochaine phase d’accélération.

Propos recueillis par Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Le millésime 2019 de Patrimonia fut l'occasion d'échanger à la fois sur l'avenir du métier de CGP et sur la pertinence des choix d'allocation à opérer...

Fintech : une régulation à ne pas manquer

Fintech : une régulation à ne pas manquer

L’avalanche de règles qui s’est abattue sur les banques depuis la crise de 2008 avait pour but de sécuriser les échanges financiers et de protéger les...

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

À l’occasion de son troisième anniversaire, Yomoni présentait ses résultats dans le cadre privilégié de la joaillerie Courbet.

Robert Ophèle  (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Robert Ophèle (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Le régulateur a-t-il un rôle d’accompagnateur ou de contrôleur ? En matière d’innovation, l’Autorité des marchés financiers (AMF) se positionne ouvert...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message