Roche Bobois : une assise confortable

Fort de son introduction en Bourse réussie, l’enseigne d’ameublement haut de gamme entend partir  à la conquête de l’international. Objectif : réaliser un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros en 2021.

Fort de son introduction en Bourse réussie, l’enseigne d’ameublement haut de gamme entend partir  à la conquête de l’international. Objectif : réaliser un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros en 2021.

Malgré un environnement économique peu favorable, Roche Bobois a réussi son introduction en Bourse. Avec un prix de 20 euros par action, la capitalisation boursière de la société est d’environ 200 millions d’euros. Mais, avec seulement 12 % de flottant, le manque de liquidité du titre risque d’entraîner une forte volatilité du cours. D’autant plus que son sort dépend fortement du fonds italien TXR qui détient désormais 35 % du capital. Une sortie de ce dernier risquerait en effet d’être mal vue par les marchés financiers.

Cash machine

Un argument que Gilles Bonan, président du directoire de Roche Bobois, balaie d’un revers de main : « L’entreprise reste ­familiale. L’introduction en Bourse nous ­permet surtout de gagner en ­visibilité et en flexibilité ». Et pour cause, cette opération, qui n’avait pas pour but de lever de l’argent, n’impacte que très peu la structure du capital. Les deux familles ­historiques de l’enseigne ­d’ameublement haut de gamme, la famille Roche et la famille Chouchan, détiennent encore 54,4 % de la société. De quoi rassurer les investisseurs ­institutionnels et garantir la ­stabilité du cours à moyen terme. « Nous sommes même convaincus que dans les mois à venir notre valorisation va ­augmenter », ajoute Gilles Bonan. Les résultats ­financiers du ­premier semestre plaident déjà en sa faveur : le chiffre d’affaires a ­progressé de 2,3 % en un an.

Sans oublier que Roche Bobois est une véritable cash machine avec une trésorerie nette de 9,8 millions ­d’euros. Quant à sa marge ­d'excédent brut d'exploitation, elle reste stable à 8,4 %. « Nous avons pour ambition de le porter au-dessus de la barre des 10 % dès l’exercice 2019 », annonce Gilles Bonan. Confiant, le distributeur s'est ainsi engagé à verser un dividende représentant entre 30 % et 40 % de son résultat net. Pour y parvenir, il va concentrer la majorité de ses ­investissements dans les pays les plus rentables, comme les États-Unis, et développer le marché BtoB et e-commerce pour encore mieux absorber les coûts fixes.

« Fabless »

Roche Bobois doit sa réussite à son business model « fabless ». En sous-traitant sa production, la société a su limiter ses coûts fixes. Elle se montre néanmoins exigeante pour garantir la ­qualité de ses produits. « Tous les sites sont basés en Europe car il y a des savoir-faire et une flexibilité que l’on ne retrouve nulle part ­ailleurs », explique Gilles Bonan. Résultat, Roche Bobois se concentre sur la création et sort deux collections par an. Au total, le groupe dispose de 2 000 références dont 200 ­canapés différents. Pour cela, il travaille avec une cinquantaine de designers et s’associe avec de grands noms, comme Philippe Starck ou Jean-Paul Gaultier. Si aucun changement n'est à prévoir en termes de positionnement, Roche Bobois n’hésite pas à afficher une grande amplitude de prix. Une stratégie rendue possible grâce à une ­personnalisation poussée des ­produits vendus. Ainsi, le prix d’un même canapé, en fonction de ses finitions, peut varier du simple au double.

Tensions commerciales

Seule ombre au tableau, le groupe est très exposé aux tensions ­commerciales. 60 % de son Ebitda est ainsi réalisé aux États-Unis et au Royaume-Uni. Pas de quoi néanmoins inquiéter le groupe qui mise sur une croissance soutenue de son chiffre d’affaires avec quarante ouvertures prévues d’ici à 2021, dont neuf aux États-Unis. À cette date, Roche Bobois espère réaliser 320 millions d’euros de revenu. Un objectif ambitieux mais atteignable. D’autant plus que son introduction en Bourse lui permettrait de lever facilement de l’argent si besoin. En un mois, son action a déjà progressé de 10 %.

Vincent Paes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Depuis plus de vingt ans à la tête d’Ardian, société d’investissement numéro un en Europe, Dominique Senequier est devenue une figure incontournable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte