RN : la soupe à la grimace

Le parti de Marine Le Pen voulait frapper un grand coup en remportant au moins une région et en s’imposant comme principale force d’opposition dans la majorité des conseils régionaux. Mais le RN s’est pris les pieds dans le tapis. Autopsie d’une contre-performance.
Malgré la claque électorale, Marine Le Pen a donné "rendez-vous au Français, dès demain, pour construire tous ensemble l'alternance dont la France a besoin".

Le parti de Marine Le Pen voulait frapper un grand coup en remportant au moins une région et en s’imposant comme principale force d’opposition dans la majorité des conseils régionaux. Mais le RN s’est pris les pieds dans le tapis. Autopsie d’une contre-performance.

C’est un grand classique de la vie politique. À l’issue d’une élection, les responsables d’un parti défait sont adeptes de la méthode Coué : dans les médias, ils assènent sans trop y croire le classique "malgré de mauvais scores, il y a des raisons d’espérer". Le Rassemblement national ne s’est même pas donné cette peine.

La Bérézina en chiffres

Avant le premier tour, le mouvement lepéniste nourrissait de réelles ambitions de victoires dans certaines régions, notamment Paca et, dans une moindre mesure, la Bourgogne Franche-Comté. Dans le pire des cas, il espérait égaler les bons résultats du cru 2015 et devenir la principale force d’opposition dans la majorité des régions. Le retour à la réalité est rude. Que ce soit au premier ou au second tour, tous les candidats RN sans exception ont fait moins bien que lors du dernier scrutin. Dans les Hauts-de-France, Sébastien Chenu a récolté 24,4% des voix au premier tour, loin des 40,6% de Marine Le Pen. Du côté de la région Grand Est, le mouvement de droite populiste est passé de 36% à 21% tandis qu’il a divisé son score par deux en Auvergne Rhône-Alpes (25,5% en 2015, 12,3% en 2021). Pourtant implanté en Normandie, Nicolas Bay est passé de 27,7% à 19,9%.

Dans les régions de gauche, le RN est également en recul. Jean-Paul Garraud, figure de proue de la dédiabolisation du parti, n’a séduit que 22,6% du corps électoral contre 31,8% en 2015. Jeunes inconnus (Edwige Diaz en Nouvelle-Aquitaine ou Aleksandar Nikolic en Centre Val-de-Loire), ex-LR tels que Jean-Paul Garraud ou Thierry Mariani, députés comme Sébastien Chenu, jeune pousse ambitieuse comme Jordan Bardella en Ile-de-France, transfuge de la gauche à l’instar d’Andréa Kotarac en Auvergne Rhône-Alpes : l’état-major frontiste présentait une large diversité de candidats. Tous ont été déçus.

À qui la faute ?

Si le RN a connu un véritable accident industriel, la cause est pour le moment difficile à cerner. Certes, l’abstention a pénalisé les partis populistes. Mais si les électeurs traditionnels du RN ont pour beaucoup déserté les urnes, il a peut-être une part de responsabilité. Est-il devenu partie intégrante du "système" tant honni ? Ses tentatives de dédiabolisation ont-elles rebuté les électeurs traditionnels sans attirer des déçus de LR ? Sa rhétorique du "tous pourris" a-t-elle incité la base à ne pas aller voter ? Impossible de répondre clairement à la question, faute d’études précises.

Malgré l'échec, le RN ne compte pas changer de stratégie

Pour le moment, le RN ne semble pas remettre en question sa stratégie. À l’instar de LREM, il mise tout sur la présidentielle de 2022 et espère mettre Emmanuel Macron en difficulté sur les deux tours même si les chances de voir Marine Le Pen à l’Élysée sont infimes. Cette dernière n’a pas jeté l’éponge en déclarant le soir du second tour : "Je suis plus que jamais déterminée à mettre toute mon énergie et ma volonté à réhabiliter la politique, à lui rendre son utilité au service des Français." Une manière de dire qu’il faudra compter sur elle et qu’elle n’a pas l’intention de céder son "fonds de commerce" à un autre prétendant. Message probablement reçu cinq sur cinq du côté des partisans de la "droite hors les murs" qui poussent Éric Zemmour à se lancer dans l’arène politique.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Marine Le Pen n'est pas la seule à tenter d'amadouer les électeurs en instrumentalisant de charmantes boules de poils. Boris, le matou de Gérald Darma...

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou Éric Zemmour draguent sans vergogne les amateurs de jeux-vidéo. Une stratégie qui permet en réalité de s’adress...

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Déjouant tous les pronostics, le RN fait son entrée en force à l’Assemblée nationale tandis que Reconquête n’a placé aucun candidat au second tour. Ér...

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Une majorité sortante qui boit la tasse, un RN qui ne se voyait pas si haut, une Nupes principale force d’opposition, LR qui perd des sièges mais gagn...

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Beaucoup de députés ont-ils été élus au premier tour ? Est-ce plus que d’habitude ? Combien de ministres ont-ils été contraints à la démission après u...

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

En duel avec une candidate EELV, le délégué général de la République en marche va tenter de conserver son siège dans une circonscription traditionnell...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Le déclin de l'empire Les Républicains

Le déclin de l'empire Les Républicains

Les législatives se succèdent et la droite voit son influence inexorablement réduite à l’Assemblée nationale. Seul moyen de peser : jouer le rôle de p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message