RGPD : derniers réglages

Le cadre juridique français relatif à la protection des données a été stabilisé le 30 mai par la publication d’un décret. La Cnil avait rendu un avis en amont.
RGPD

Le cadre juridique français relatif à la protection des données a été stabilisé le 30 mai par la publication d’un décret. La Cnil avait rendu un avis en amont.

Le décret d’application de la loi informatique et libertés a été publié le 30 mai. Entré en vigueur au 1er juin, il vient stabiliser le cadre juridique français relatif à la protection des données. « Aujourd’hui, la Cnil a tous les outils pour assurer l’application effective du RGPD et de loi ’informatique et libertés’ modifiée et vérifier la conformité des traitements mis en œuvre par les responsables de traitement et leurs sous-traitants » résume François-Xavier Boulin, avocat fondateur du cabinet effective IP.

Pour rappel, l’adaptation du droit français au nouveau cadre européen s’est faite en plusieurs étapes. La loi du 20 juin 2018 a modifié la loi informatique et libertés de 1978 et transposé en droit français la directive « police-justice ». S’en est suivi son décret d’application en août puis la réécriture et la mise en cohérence de cette loi, par ordonnance du 12 décembre 2018.

« Tout comme l’ordonnance du 12 décembre 2018, le décret du 29 mai 2019 a pour objets principaux d’améliorer la lisibilité du cadre juridique national et de mettre en cohérence les dispositions réglementaires avec le droit européen et les mesures législatives nationales prises pour son application », fait valoir la Cnil.

Le 9 mai, cette dernière a émis un avis sur le projet de décret. La Cnil a ainsi énoncé quelques observations notamment à destination des personnes concernées comme aux organismes traitant des données, qui doivent disposer de règles claires, lisibles et cohérentes avec le RGPD. Elle a également souhaité préciser l'encadrement de certaines de ses procédures, notamment en matière de contrôle, de mise en demeure ou de sanction.

Concrètement, la Cnil a défini plusieurs points d’amélioration, notamment sur les droits des personnes concernées par la loi, sur les transferts de données vers les États n’appartenant pas à l’Union européenne ou encore sur les dispositions régissant les traitements des données relatives aux personnes décédées.

« Le décret est une nouveauté dans la continuité ; il n’introduit pas de changements significatifs mais vient préciser un certain nombre de points techniques », fait valoir François-Xavier Boulin. Le texte apporte notamment des précisions en matière de données de santé, pour lesquelles certaines règles ou procédures semblaient encore incomplètes ou floues. Par exemple, « s’agissant de l’information des personnes accueillies dans les établissements ou centres exerçant des activités de prévention, de diagnostic ou de soins, il était auparavant nécessaire d’informer individuellement les personnes dès lors que les données étaient utilisées dans le cadre de traitement de données de santé ; le décret prévoit désormais qu’il est nécessaire d’informer individuellement uniquement les personnes dont les données vont être utilisées dans le cadre de traitement de données personnelles dans le domaine de la santé fondés sur l’ ‘intérêt public’ », indique François-Xavier Boulin.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P. Baussant (Baussant Conseil) : " Il faut avoir conscience de sa valeur "

P. Baussant (Baussant Conseil) : " Il faut avoir conscience de sa valeur "

L'augmentation du pouvoir économique des femmes a été considérable ces dernières années. Elles sont de plus en plus influentes en matière d’économie e...

Décideurs Juridiques en pause estivale

Décideurs Juridiques en pause estivale

La rédaction de Décideurs Juridiques souhaite à ses lecteurs un bel été et de bonnes vacances. Retrouvez votre rendez-vous quotidien le 2 septembre pr...

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite entre les avocats

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite...

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les ré...

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Après avoir annoncé sa volonté de s’installer à Dublin en avril dernier, Taylor Wessing nomme deux nouveaux associés pour mener cette expansion : Adam...

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Accusé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’avoir commis un manquement d’initié, Régis Lebrun s’engage à verser 225 000 euros au Trésor publi...

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Après la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) signée en février dernier par le groupe Bolloré avec le Parquet national financier pour des fai...

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Le cabinet d’avocats spécialistes du contentieux des affaires Laude Esquier Champey vient de fêter ses 13 ans d’existence. Passée la phase de lancemen...

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Doublant les effectifs de son bureau de Bruxelles, Laurius attire un groupe de trois associés : Christina Trappeniers, Damien Stas de Richelle et Caro...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte