Family business : rêver plus grand

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Les valeurs qu’elles véhiculent leur permettent également de jouir d’une excellente réputation auprès des consommateurs.

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Les valeurs qu’elles véhiculent leur permettent également de jouir d’une excellente réputation auprès des consommateurs.

S’ouvrir

Des qualités qui font de ces structures des acteurs clés de l’emploi d’où l’importance de les accompagner dans leur croissance. Pourtant, de nombreux blocages persistent. En France, peu d’entreprises familiales réussissent ainsi à accéder au statut d’entreprise à taille intermédiaire (ETI). Cette catégorie ne compte dans l’Haxagone que 4 600 sociétés, contre 12 000 en Allemagne et 10 500 en Angleterre. Or, ce sont elles les plus créatrices de croissance et d’emplois. Pour franchir ce cap, elles doivent relever deux défis de taille : la transmission et le financement. Pour l’heure, seuls 14 % des sociétés françaises parviennent à être transmises à un membre de la famille. Pour comparaison, la proportion atteint 70 % en Italie et 51 % en Allemagne. Si le pacte Dutreil a permis de doubler ce seuil, il faut encore aller plus loin dans la simplification et la réduction de la fiscalité. Les participants de notre table ronde en sont convaincus.

 

Du côté du financement, les entreprises familiales sont encore trop dépendantes de l’autofinancement. En France, 28 % d’entre elles n’ont recours qu’à cette solution. Si, pour certaines, il s’agit d’un choix, pour la majorité cela se traduit par un manque de moyens. 58 % sont ainsi à la recherche de modes externes de financement. Et l’endettement bancaire demeure encore trop souvent l’unique alternative. Mais les choses changent : les fonds d’investissement et les Bourses s’intéressent de plus en plus aux entreprises familiales. À elles désormais de répondre à l’appel et de comprendre qu’ouvrir son capital n’est pas synonyme de perte de contrôle même si cela nécessite en amont des réflexions importantes sur leur mode de gouvernance et sur leur actionnariat : l’arrivée de nouveaux managers et investisseurs ne doit en effet pas remettre en cause leurs points forts.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family business : la performance dans les gènes

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Quels sont les secrets de cette réussite ?
Sommaire « Anticiper les questions de gouvernance : une étape clé d’une transmission réussie » Vision à long terme et engagement quotidien « L’alignement entre la sphère privée et publique est la certitude d’une cohérence » Quand les valeurs créent de la valeur « Donner de l’importance à la tradition familiale permet de pérenniser un modèle » S'ouvrir sans périr « Des négociations souvent plus ardues » « Des prises de décision plus rapides » Les multiples chemins de la transmission
Alerte verte, les trolls "anti-woke" passent à l’offensive

Alerte verte, les trolls "anti-woke" passent à l’offensive

Sur les réseaux sociaux, les comptes anonymes parodiant la pensée woke incarnée principalement par EELV connaissent un franc succès. Pour les personna...

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence la dépendance sanitaire de la France et de l’Union européenne en matière de production et d’approvisionnemen...

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Qui est vraiment l’ancien premier ministre ? Un Iznogood qui veut être calife à la place du calife ou un homme fidèle au président ? Le journaliste Tu...

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Controversé depuis le début, l’immense chantier de transformation de la gare du Nord de Paris a finalement été annulé hier soir par la SNCF qui invoqu...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte