Family business : rêver plus grand

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Les valeurs qu’elles véhiculent leur permettent également de jouir d’une excellente réputation auprès des consommateurs.

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Les valeurs qu’elles véhiculent leur permettent également de jouir d’une excellente réputation auprès des consommateurs.

S’ouvrir

Des qualités qui font de ces structures des acteurs clés de l’emploi d’où l’importance de les accompagner dans leur croissance. Pourtant, de nombreux blocages persistent. En France, peu d’entreprises familiales réussissent ainsi à accéder au statut d’entreprise à taille intermédiaire (ETI). Cette catégorie ne compte dans l’Haxagone que 4 600 sociétés, contre 12 000 en Allemagne et 10 500 en Angleterre. Or, ce sont elles les plus créatrices de croissance et d’emplois. Pour franchir ce cap, elles doivent relever deux défis de taille : la transmission et le financement. Pour l’heure, seuls 14 % des sociétés françaises parviennent à être transmises à un membre de la famille. Pour comparaison, la proportion atteint 70 % en Italie et 51 % en Allemagne. Si le pacte Dutreil a permis de doubler ce seuil, il faut encore aller plus loin dans la simplification et la réduction de la fiscalité. Les participants de notre table ronde en sont convaincus.

 

Du côté du financement, les entreprises familiales sont encore trop dépendantes de l’autofinancement. En France, 28 % d’entre elles n’ont recours qu’à cette solution. Si, pour certaines, il s’agit d’un choix, pour la majorité cela se traduit par un manque de moyens. 58 % sont ainsi à la recherche de modes externes de financement. Et l’endettement bancaire demeure encore trop souvent l’unique alternative. Mais les choses changent : les fonds d’investissement et les Bourses s’intéressent de plus en plus aux entreprises familiales. À elles désormais de répondre à l’appel et de comprendre qu’ouvrir son capital n’est pas synonyme de perte de contrôle même si cela nécessite en amont des réflexions importantes sur leur mode de gouvernance et sur leur actionnariat : l’arrivée de nouveaux managers et investisseurs ne doit en effet pas remettre en cause leurs points forts.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family business : la performance dans les gènes

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Quels sont les secrets de cette réussite ?
Sommaire « Anticiper les questions de gouvernance : une étape clé d’une transmission réussie » Vision à long terme et engagement quotidien « L’alignement entre la sphère privée et publique est la certitude d’une cohérence » Quand les valeurs créent de la valeur « Donner de l’importance à la tradition familiale permet de pérenniser un modèle » S'ouvrir sans périr « Des négociations souvent plus ardues » « Des prises de décision plus rapides » Les multiples chemins de la transmission
Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Le départ du Royaume-Uni renforce le poids du moteur franco-allemand et devrait permettre à l'UE de sortir plus forte de la crise sanitaire estime Syl...

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Retour au multilatéralisme, changement de pied en matière de politique environnementale, priorité toujours accordée à la zone Asie-Pacifique au détrim...

Républicains : touchés mais pas coulés

Républicains : touchés mais pas coulés

Malgré la victoire de Joe Biden, tout n’est pas noir pour les républicains. Donald Trump laisse un héritage sur lequel son parti pourra bâtir des fond...

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

Journaliste et auteur, Alexandre Mendel a sillonné pendant plusieurs mois l’Amérique qui vote Trump. Il se penche sur l’avenir de l’ancien président e...

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte