Retour en grâce de la perle : Schmittgall augmente son capital

Pour suivre les tendances du marché et profiter d’une reprise post-restructuration, Schmittgall accueille 30 nouveaux actionnaires à l’occasion d’une augmentation de capital. Retour sur les tenants et aboutissants de l’opération.

Pour suivre les tendances du marché et profiter d’une reprise post-restructuration, Schmittgall accueille 30 nouveaux actionnaires à l’occasion d’une augmentation de capital. Retour sur les tenants et aboutissants de l’opération.

Force est de constater que le luxe à la française connaît un essor sans précédent. Cela est particulièrement vrai pour les marques se positionnant sur la gamme du luxe accessible et démocratisé. L’émergence de nouvelles classes de consommateurs, comme celle des générations Y et Z dans les pays développés ou des « nouveaux riches » des pays asiatiques, pousse ce marché, très traditionnel jusqu’ici, à s’adapter à ces nouveaux segments. Le groupe Schmittgall, né de la fusion en 2013 des marques Schmittgall et ThienPo, a bien compris ces enjeux et a su profiter de la pertinence du positionnement de sa marque Pacôma Paris ainsi que d’un retour en grâce de la perle dans le monde de la mode.

L’entreprise a pourtant souffert d’une consommation française en berne, notamment à cause de la crise des « gilets jaunes ». La restructuration qui s’en est suivie a permis au groupe d’obtenir un résultat positif au premier semestre 2019. Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaire et le résultat  en forte hausse par rapport à l’année précédente, respectivement +67 % et +71 %.

Même si ces chiffres sont de bon augure pour la reprise de l’activité, l’entreprise sera obligée de s’exporter auprès du vivier de consommateurs chinois avec l’ouverture de  deux boutiques à Canton et Shanghai et une association avec les acteurs locaux franchisés. D’autant que 75 % des perles produites dans le monde sont chinoises. Un changement de modèle forcé par les bouleversements du secteur. Pour réussir cette transformation, le géant français de la perle de culture a annoncé augmenter son capital de 11,2 % sous la forme de 30 000 actions de valeur nominale de 4 euros au prix unitaire de 8 euros.  Le 16 janvier, le groupe présente l’opération comme un succès. Celle-ci a pris la forme d’une cession de 23 328 titres, dont l’intégralité du produit a été utilisé pour souscrire à une augmentation de capital.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte