Retour en grâce de la perle : Schmittgall augmente son capital

Pour suivre les tendances du marché et profiter d’une reprise post-restructuration, Schmittgall accueille 30 nouveaux actionnaires à l’occasion d’une augmentation de capital. Retour sur les tenants et aboutissants de l’opération.

Pour suivre les tendances du marché et profiter d’une reprise post-restructuration, Schmittgall accueille 30 nouveaux actionnaires à l’occasion d’une augmentation de capital. Retour sur les tenants et aboutissants de l’opération.

Force est de constater que le luxe à la française connaît un essor sans précédent. Cela est particulièrement vrai pour les marques se positionnant sur la gamme du luxe accessible et démocratisé. L’émergence de nouvelles classes de consommateurs, comme celle des générations Y et Z dans les pays développés ou des « nouveaux riches » des pays asiatiques, pousse ce marché, très traditionnel jusqu’ici, à s’adapter à ces nouveaux segments. Le groupe Schmittgall, né de la fusion en 2013 des marques Schmittgall et ThienPo, a bien compris ces enjeux et a su profiter de la pertinence du positionnement de sa marque Pacôma Paris ainsi que d’un retour en grâce de la perle dans le monde de la mode.

L’entreprise a pourtant souffert d’une consommation française en berne, notamment à cause de la crise des « gilets jaunes ». La restructuration qui s’en est suivie a permis au groupe d’obtenir un résultat positif au premier semestre 2019. Au troisième trimestre 2019, le chiffre d’affaire et le résultat  en forte hausse par rapport à l’année précédente, respectivement +67 % et +71 %.

Même si ces chiffres sont de bon augure pour la reprise de l’activité, l’entreprise sera obligée de s’exporter auprès du vivier de consommateurs chinois avec l’ouverture de  deux boutiques à Canton et Shanghai et une association avec les acteurs locaux franchisés. D’autant que 75 % des perles produites dans le monde sont chinoises. Un changement de modèle forcé par les bouleversements du secteur. Pour réussir cette transformation, le géant français de la perle de culture a annoncé augmenter son capital de 11,2 % sous la forme de 30 000 actions de valeur nominale de 4 euros au prix unitaire de 8 euros.  Le 16 janvier, le groupe présente l’opération comme un succès. Celle-ci a pris la forme d’une cession de 23 328 titres, dont l’intégralité du produit a été utilisé pour souscrire à une augmentation de capital.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte