Retour à la vie civile : mission accomplie

La carrière d’un officier ne s’arrête pas à la fin de sa vie militaire. Mais passer de l’armée au monde de l’entreprise ne se fait pas sans quelques efforts… des deux côtés de la barrière. Focus sur ces transitions professionnelles hors norme et riches d’enseignement.

La carrière d’un officier ne s’arrête pas à la fin de sa vie militaire. Mais passer de l’armée au monde de l’entreprise ne se fait pas sans quelques efforts… des deux côtés de la barrière. Focus sur ces transitions professionnelles hors norme et riches d’enseignement.

Convaincre un officier quatre étoiles de surfer LinkedIn, lui apprendre à manier les codes de l’entreprise et l’inciter à envisager autre chose qu’un poste d’encadrement dans un groupe de défense, tels sont les objectifs de la Mirvog, ou « Mission retour à la vie civile des officiers généraux ». Cet organisme du ministère des armées fondé en 2005 reçoit chaque année les dossiers d’une centaine d’hommes et de femmes parvenus au terme de leur carrière militaire, du colonel aux gradés quatre étoiles et tous corps d’armée confondus. Dirigé par le général Pierre Ferran, il suit chaque étape de leur transition professionnelle.

En civil

Deux ans avant la fin de leur carrière, le service contacte les intéressés et leur propose de suivre le plan d’accompagnement qu’il a conçu et confié à la société Version originale, spécialisée dans l’outplacement individuel. Nathalie Vierne, directrice associée de ce cabinet jusqu’ici habitué aux costumes sur mesure des dirigeants d’entreprise, se souvient de la manière dont le projet lui est parvenu. « Nous ne répondons que rarement aux appels d’offres. Celui-ci est arrivé par notre réseau, des cadres de direction de la Défense nous en ont parlé, raconte-t-elle. Lorsque j’ai pris connaissance du dossier technique, j’ai tout de suite été convaincue que nous serions pertinents. » Les consultants conçoivent alors un programme qui mêle un coaching personnalisé et des échanges en groupe. Leur approche convainc. Au-delà du suivi de ce parcours, les anciens militaires sont incités à se rendre régulièrement dans les locaux de Version originale. S’habituer à venir travailler en civil, discuter avec des dirigeants du privé et se familiariser avec leur univers… Cette dynamique est essentielle pour le général Pierre Ferran qui explique que la majorité des gradés redoutent le « monde d’en face ».

Alignement

Hiérarchique et autoritaire, strict voire intransigeant… Le statut d’officier supérieur appelle un certain nombre d’idées reçues. Mais les clichés sont battus en brèche : les profils qu’ils accompagnent se révèlent beaucoup moins « normés » que prévu. « Ils s’avèrent souvent plus ouverts que de nombreux cadres de direction de la vie civile ! » s’étonne Nathalie Vierne. « C’est très vrai, confirme le général Ferran. Beaucoup se décrivent même comme des rebelles. Cela peut surprendre les civils, mais il faut comprendre que ces personnes recherchent avant tout une grande autonomie, qu’ils obtiennent dans l’armée. » Les employeurs potentiels, de leur côté, ont parfois besoin d’être rassurés, souligne Brigitte Jedrzejewski, dirigeante de Version originale. « Ils redoutent que l’officier soit dans le commandement » explique-t-elle. Mais, là encore, les inquiétudes sont levées. Les haut gradés manient au contraire avec aisance les principes du management collaboratif. Leadership moderne, engagement, respect… Leur savoir-être entre en résonance avec les attentes des recruteurs, qui font aujourd’hui la part belle aux soft skills. Et l’alignement de leurs compétences avec les enjeux des entreprises ne s’arrête pas là. « On ne mesure pas le nombre de transformations qu’a vécu la Défense française, précise Nathalie Vierne. L’expérience acquise par les officiers, qui ont appris à faire jouer les dimensions humaine et organisationnelle, s’avère très intéressante. »

Ouverture

Convaincus de la richesse de leur profil, leurs coachs les incitent à élargir le champ de leurs recherches. « Ils ont tendance à s’orienter vers des postes un peu attendus… Chef de la sécurité par exemple, relève le général Ferran, qui note que, « statistiquement, cela crée plutôt des malheureux ». L’accompagnement personnalisé prend alors tout son sens. « Toute la dynamique que nous mettons en place poursuit l’objectif de les conduire à innover, souligne Brigitte Jedrzejewski. Notre message principal est "osez !" » Reçu cinq sur cinq par cet ancien officier ayant accepté il y a quelques semaines un poste de direction de business unit pour un géant du e-commerce.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Siegler (AmazingContent) : "Transformer les cadres dirigeants en ambassadeurs"

E. Siegler (AmazingContent) : "Transformer les cadres dirigeants en ambassadeurs"

Grâce à une veille personnalisée, AmazingContent permet aux entreprises et aux dirigeants de développer leur influence sociale en seulement quelques m...

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Homme de terrain et de vision, Carlos Tavares ne craint ni les coups à encaisser ni les paris à risquer. L’actuel patron de PSA l’a prouvé en passant,...

La QVT comme priorité

La QVT comme priorité

Ils négocient, mettent tout en œuvre pour s’assurer du bien-être de leurs collaborateurs. Portraits de DRH innovant en matière de qualité de vie au tr...

D. Chevalet (Verisure) : « La prime de cooptation offerte au collaborateur sera supérieure si une femme est recrutée »

D. Chevalet (Verisure) : « La prime de cooptation offerte au collaborateur sera supérieure si une fe...

Arrivée à la tête de la direction des ressources humaines de Verisure il y a trois ans, Delphine Chevalet a mis en place une politique diversité visan...

N. Bruneteaux (Velux) : "L’intéressement au quadrimestre est un outil managérial et social"

N. Bruneteaux (Velux) : "L’intéressement au quadrimestre est un outil managérial et social"

Le groupe Velux est certainement plus connu pour la fenêtre de toit associée à son nom que pour sa politique de rémunération. Nicolas Bruneteaux, dire...

J.P. Charlez (ANDRH) : "Redonnons de l'utilité et de l'estime aux seniors"

J.P. Charlez (ANDRH) : "Redonnons de l'utilité et de l'estime aux seniors"

Si les DRH jugent la réforme des retraites de bon sens, ils s’inquiètent des conséquences qu’elle aura au sein de leur entreprise, notamment sur l’all...

Institut de l'engagement, l'entreprise de la seconde chance

Institut de l'engagement, l'entreprise de la seconde chance

A des jeunes en difficulté sélectionnés et accompagnés dans leur projet, l’association fondée par Martin Hirsch propose une intégration dans le monde...

C. Cosme (OIT France) : " L'OIT opte pour une vision universelle de la protection sociale"

C. Cosme (OIT France) : " L'OIT opte pour une vision universelle de la protection sociale"

À l’occasion de son centenaire, l’Organisation internationale du travail (OIT) réaffirme son engagement en faveur de la protection sociale universelle...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message