Responsabilité pénale des dirigeants en France : l'influence du modèle américain

Responsabilité pénale des dirigeants en France : l'influence du modèle américain

Les États-Unis ont pendant longtemps utilisé un système répressif contraire à notre culture pénale française. La loi Sapin 2 a changé la donne et interroge : quelle limite sera posée à l’avenir au glissement progressif du modèle américain sur la justice française ?

Dans les années 2000, la société Alcatel-Lucent, poursuivie pour corruption aux États-Unis, s’est vue condamnée à une amende de 137 millions de dollars par le Department of Justice (DoJ) et la Securities and Exchance Commission (SEC). Aux côtés de l’ancien responsable d’Alcatel au Costa Rica, Edgar Valverde, l’ancien directeur de la branche Amérique latine d’Alcatel CIT était également visé par la justice. Ce dernier a alors choisi de plaider coupable. Un autre cadre d’Alcatel-Lucent et un dirigeant de la filiale Alcatel-Standard ont quant à eux été mis hors de cause. Ce cas illustre la culture pénale américaine : lorsqu’une personne morale est poursuivie, un maximum de dirigeants sont également mis en cause, qu’ils soient américains ou non.

La fin d’une menace

Le texte fondateur de la lutte anticorruption américaine est le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), une loi instituée à la suite du Watergate. En vertu de ce texte, le ministère de la Justice poursuit toute personne ayant un lien avec les États-Unis et se livrant à des pratiques de corruption à l’étranger. En 2014, Alstom a par exemple été condamné à une amende de 772 millions de dollars pour des faits de corruption de 2002 à 2011 en Indonésie, en Égypte, en Arabie saoudite, à Taïwan et aux Bahamas. L’un de ses anciens cadres français, Frédéric Pierucci, a été incarcéré plus d’un an et condamné à 20 000 dollars d’amende par la cour fédérale de New Haven. Longtemps, les États-Unis ont représenté une menace pour les entreprises françaises, européennes et leurs dirigeants. Technip, Total, Alstom, Alcatel, BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale… Autant de sociétés poursuivies ou condamnées par la justice américaine. Les dangers de l’extraterritorialité de la législation américaine avaient d’ailleurs fait l’objet d’un rapport d’information en 2016.

"Si l’autorité judiciaire locale démontre qu’elle est active en poursuivant ses entreprises contrevenantes aux standards internationaux de lutte contre la fraude et la corruption, le DoJ n’agira pas"

Grâce à la loi Sapin 2, la France a adopté les meilleurs standards internationaux en matière de lutte contre la corruption. Avec la création du PNF et de l’AFA, elle montre qu’elle détient enfin les moyens nécessaires pour enquêter, instruire les dossiers et condamner. Et cela change semble-t-il la donne quant à l’action des autorités de poursuite américaines à l’égard des entreprises françaises. « Si l’autorité judiciaire locale démontre qu’elle est active en poursuivant ses entreprises contrevenantes aux standards internationaux de lutte contre la fraude et la corrution, le DoJ n’agira pas », indique Stephen L. Dreyfuss, avocat américain associé chez Hellring Lindeman Goldstein & Siegal. Pour ce pénaliste très attaché à la culture française, le nouvel arsenal juridique français rendrait dorénavant inutile l’intervention des autorités américaines de poursuite, qui se cantonneraient à la coopération internationale.

Des modèles convergents

Mais, au-delà d’avoir incité la France à se doter d’outils juridiques efficaces dans cette lutte, le modèle américain a fait basculer la culture judiciaire française. La création de la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) par la loi Sapin 2 a en effet introduit la négociation dans sa procédure pénale au bénéfice des personnes morales. Dans le système américain cependant, le deferred prosecution agreement est également ouvert aux personnes physiques. Ainsi, le dirigeant peut négocier l’abandon des poursuites en matière de délinquance économique ou de pratiques commerciales illicites en échange de la reconnaissance des faits commis et du règlement d’une forte amende. Bien que nombreux soient les acteurs de la chaîne judiciaire française à plaider pour l’ouverture de la CJIP aux personnes physiques, la politique pénale de l’Hexagone semble en rester éloignée.

La CJIP a tout de même ouvert la porte au dialogue entre les avocats et le parquet, et même entre les avocats et les enquêteurs. Et c’est là que l’expérience outre-­Atlantique devient une vraie source d’inspiration, notamment pour les avocats de la défense : « Il est toujours souhaitable de coopérer en premier, ce qui nous permet de nous défendre et d’apporter des preuves contre les autres pour diminuer la condamnation », illustre Stephen L. Dreyfuss. De là à faire totalement tomber le caractère inquisitoire de notre système judiciaire ?

Pascale D’Amore et Romane Gagnant

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Responsabilité pénale du dirigeant : anticiper, négocier, se défendre

Lorsque des faits de fraude financière, fiscale ou de corruption sont découverts, l'entreprise est sous le coup d'une menace de condamnation pénale. Les dirigeants ne sont pas pour autant épargnés, comme le rappelle les toutes récentes condamnations dans le dossier France Télécom. Procureurs et avocats confient ensemble les clés de l'anticipation, les éventuelles hypothèses de négociation et les éléments de défense pour les patrons, quelques soit leur niveau de responsabilité.
Sommaire JF. Bohnert (PNF) : "Notre intervention ne doit pas s’apparenter à une double sanction" Le dirigeant délaissé de la justice négociée Délégation de pouvoirs : le risque d'un effet boomerang ? Le compliance officer, intouchable ? Se préparer à un interrogatoire : le coaching de dirigeants
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message