Résilience : la prise de conscience des entreprises

La résilience est un concept scientifique introduit en psychologie entre les années 1930 et 1945. Désormais, c’est auprès des entreprises qu’il est appelé à s’appliquer

La résilience est un concept scientifique introduit en psychologie entre les années 1930 et 1945. Désormais, c’est auprès des entreprises qu’il est appelé à s’appliquer

En science physique, la résilience est l’aptitude d’un corps à maintenir sa structure originelle peu importe les pressions de son milieu. En psychologie, c’est la capacité d’un être humain à vivre, à réussir et à se développer en dépit de l’adversité ou d’un événement traumatique, tel qu’un dommage, une perte ou encore un accident. Boris Cyrulnik, neuropsychiatre français, développe le concept au début des années 2000 en observant des enfants qui, malgré des conditions familiales et sociales extrêmement difficiles, sont parvenus à s’épanouir, aussi bien professionnellement que dans leur vie personnelle. Pour l’auteur, être résilient, c’est pouvoir renaître de ses souffrances.

Un concept stratégique

Difficile donc, au premier abord, d’imaginer la manière dont une notion psychologique comme la résilience pourrait s’appliquer au monde des entreprises. Et pourtant, les sociétés elles aussi doivent faire face à des événements traumatiques. Selon Brigitte Bouquot, présidente de l’Amrae, « plusieurs facteurs tels que les catastrophes naturelles, le cyber-risque ou encore les risques de conformité peuvent faire prendre conscience à l’entreprise que la résilience est nécessaire ». La résilience permet aux firmes de protéger leurs actifs et de s’assurer un avantage concurrentiel, quels que soient les bouleversements à l’horizon. Elle permet de veiller à ce que les chocs et tensions n’entraînent pas de pertes à long terme dans un contexte économique en perpétuel mouvement. Tout peut arriver, il faut donc apprendre à rebondir, peu importent les difficultés.

Le rôle central du risk manager

Pour créer des structures résilientes, décideurs et praticiens doivent s’appuyer sur des pratiques leur étant familières. C’est le cas de la gestion des risques. Pour survivre à une crise, il est nécessaire de l’anticiper. Il est plus aisé de franchir ou de contourner un obstacle lorsque l’on est averti de sa présence. Or, détecter les risques et gérer les crises sont les missions des risk managers. Ces professionnels du danger en entreprise sont les plus à même de comprendre les menaces diverses et variées susceptibles d’impacter les opérations à venir. C’est à eux que reviendra le plus souvent la tâche de construire un plan de continuité visant à préparer la réponse de l’entreprise en cas de problème majeur. Cela passera essentiellement, mais pas exclusivement, par l’adoption de mécanismes d’apprentissage, de formation de prévention, de sensibilisation et d’application de bonnes pratiques.

Maeva Kpadonou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Risk Management & Assurance 2020

Retrouvez notre dossier issu du Guide-annuaire Risk Management & Assurance 2020
Sommaire
Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte