Résidentiel : demande active, offre chétive

Résidentiel : demande active, offre chétive
Source : CaseyMartin / Shutterstock.com

Dans un contexte incertain qui a vu bureaux et commerces souffrir conjoncturellement des différents confinements, le résidentiel s’est distingué en enregistrant une progression des montants engagés sur le segment de l’ordre de 40 % en 2020. Retour sur les performances d’une classe d’actifs vaccinée contre le Covid-19.

Sur le segment du résidentiel en France en 2020, ce sont 5,5 milliards d’euros qui ont été engagés selon Immostat contre 3,9 milliards en 2019. Une progression spectaculaire compte tenu des circonstances particulières qui ont affecté l’immobilier ces derniers mois, et qui n’est d’ailleurs pas que le résultat de ces circonstances particulières. Stéphane Imowicz, président-directeur général d’Ikory, rappelle que le phénomène est plus ancien : "Le marché du résidentiel connaît depuis quatre ans un regain d’intérêt par comparaison au bureau, qui a subi une forte augmentation des valeurs vénales, et donc une compression de ses taux de rendement. Les profits tirés du résidentiel se sont donc révélés comparativement attractifs". Un intérêt qui perdure et à qui la crise donne malgré tout raison. 

Les institutionnels au rendez-vous

Ce succès s’explique également par une certaine aversion au risque : lors du premier confinement et de la mise en place presque généralisée du télétravail, le segment des bureaux, qui reste largement majoritaire en matière d’investissement, a suscité quelques anxiétés, dans l’attente du dénouement de la crise sanitaire. Celui des commerces, en souffrance structurelle depuis quelques années, et en tourment conjoncturel depuis le début de la pandémie, a également échoué à rassurer les investisseurs. C’est tout naturellement que les investisseurs, en recherche de sérénité, se sont tournés vers le résidentiel comme l’observe Jérôme Le Breton, notaire associé chez Le Breton Notaires : "Le résidentiel a également bénéficié des capitaux qui ne savaient pas où se loger, compte tenu de la confusion autour des bureaux et des commerces. Le logement s’affranchit de la vacance et profite de versements réguliers et garantis". Des arguments persuasifs dans un environnement aléatoire.  

Les fonds étrangers s’imposent

La révolution du résidentiel s’est également matérialisée par les investissements de fonds internationaux en France. Eux qui ne s’embarrassaient pas d'opérations inférieures à 100 millions d’euros, s’engagent à présent sur des volumes plus faibles, sous réserve qu’ils induisent d’autres opérations par la suite. À ce sujet, Jérôme Le Breton anticipe des bouleversements plus profonds : "L’ingérence des fonds internationaux va bousculer l’industrie, notamment en matière de production". Illustration de cette nouvelle aspiration, l’acquisition en Vefa de plus de 500 logements par Hines auprès de Kaufman & Broad. Un investissement sans précédent que Xavier Musseau, président d’Hines France, justifie : "Notre intérêt pour le résidentiel était antérieur à la crise sanitaire. Il répond à un souhait global du groupe Hines de diversifier ses lignes de produits pour répondre aux attentes de ses clients que sont les grands fonds souverains et fonds de pension". Il s’agissait, en outre, du premier portefeuille d’envergure à être présenté à des investisseurs privés sur un marché traditionnellement occupé par des acteurs publics.

L'offre peine à suivre

Malgré ces perspectives souriantes, les volumes investis sur le segment ne comptent que pour 10 % des investissements immobiliers en France contre 40 % en moyenne en Europe. Une marge de manœuvre inouïe si la classe d’actifs n’était pas soumise à des contraintes de production conditionnées, depuis de nombreuses années, par les permis de construire. En dépit d’une demande au rendez-vous, la Fédération des promoteurs Immobiliers (FPI) déplore une baisse des délivrances de permis de construire d’environ 15 % au premier trimestre 2021 par rapport au premier trimestre 2020, pourtant affecté par le premier confinement. Alexandra François-Cluzac, présidente de la FPI, s’inquiète d’ailleurs d’une "chute vertigineuse de la construction neuve avec près de 25 % de baisse d’octroi de permis de construire sur douze mois dans le collectif. C’est toute une filière qui est en difficulté alors qu’elle pourrait être un formidable vecteur de croissance économique, de progrès social et de développement durable". Aux pouvoirs publics donc de favoriser la production de logements neufs, pour que l’offre réponde, enfin, à la demande.

Alban Castres

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message