Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se pose plus que jamais.

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se pose plus que jamais.

À l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises a actualisé son étude sur les réseaux féminins en entreprise. Présents en France depuis le début des années 2000, ces derniers connaissent un regain d’intérêt et d’attractivité. On en dénombre, aujourd’hui, entre 300 et 500 dans l’Hexagone, notamment au sein de la plupart des grandes entreprises (réseau MixCity de BNP Paribas, Énergies de femmes d’EDF, Twice de Total, etc.). Dédiés à un secteur d’activité, une profession ou une entreprise, ces réseaux ont le même objectif : aider les femmes à acquérir l’égalité professionnelle et à évoluer dans leur carrière.

Un intérêt spécifique

Il est pour cela nécessaire de briser le plafond de verre, phénomène identifié dans les années 1970 et qui touche la carrière des femmes au moment où celles-ci tentent de quitter les postes dits "opérationnels" pour des postes plus stratégiques. Emmanuelle Gagliardi, cofondatrice de l’agence CONNECTING WoMEN, indique qu’en France, 40% de femmes cadres sont dénombrées contre 20% de femmes cadres supérieurs. Preuve que les femmes se retrouvent bloquées par un obstacle invisible lorsqu’il s’agit d’évoluer vers de plus grandes responsabilités et de gravir les échelons de leur entreprise.

Il existe entre 300 et 500 réseaux féminins en entreprise

Des causes communes

L’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises décline les actions des réseaux féminins en plusieurs axes : développement personnel, partage des compétences "métier" et managériales, sensibilisation à la mixité, réseautage, organisation du travail ou encore articulation entre vie professionnelle et vie personnelle, féminisation des instances dirigeantes, égalité professionnelle et salariale et lutte contre les violences faites aux femmes. L’obligation des entreprises de plus de 50 salariés à calculer et publier, chaque année, la note globale de leur index d’égalité femmes-hommes explique également cette explosion des réseaux féminins en entreprise.

Des modes d’action identifiés

Les réseaux féminins ont des objectifs concrets : aider les femmes à s’emparer de postes stratégiques et briser le fameux plafond de verre. Emmanuelle Gagliardi précise que "ce n’est pas parce qu’il y a de nombreuses femmes dans un secteur, notamment dans le luxe, l’hygiène ou la beauté, qu’il n’y a pas de plafond de verre". Elle est à l’origine de l’identification d’une trilogie d’action : le networking et le branding, le mentoring et le coaching. Le networking se veut être l’adjuvant des femmes afin de les aider à avancer plus vite dans leur carrière et le branding leur apprend à construire et mettre au point leur propre identité de marque. Le but du mentoring est d’inspirer les femmes et de les motiver. Quant au coaching, il s’agit de les aider à prendre confiance en leurs compétences, ambitions et capacités.

Des résultats concrets ?

Emmanuelle Gagliardi indique que les réseaux féminins en entreprise ont permis, par exemple, d’aider les collaborateurs à trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, à déployer le télétravail (bien avant la crise sanitaire) et impulsé la création de nombreuses crèches d’entreprise. "Aujourd’hui encore, les femmes n’acceptent pas systématiquement les postes à responsabilité qui peuvent leur être proposés. Elles ont peur de sacrifier leur vie personnelle et cela doit cesser. Ce n’est pas une crainte que les hommes connaissent", explique la CEO de CONNECTING WoMEN. Elle ajoute que le prochain défi des réseaux féminins est d’accompagner les femmes dans leur quête de sens au travail : "Un vrai questionnement se présente aux femmes à l’âge où elles se retrouvent confrontées au plafond de verre. Finalement, cet obstacle est, pour elles, l’occasion de se poser et de réfléchir à ce qu’elles veulent vraiment. Qu’est-ce qui a suffisamment de sens pour qu’elles acceptent une plus grande charge de travail et davantage de responsabilités ? Certainement pas un plus grand bureau ou une voiture de fonction…"

Clémence Galland

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Union européenne : vers un salaire minimum ?

Union européenne : vers un salaire minimum ?

Juin 2022, les États membres de l’Union européenne viennent de trouver un accord concernant l’uniformisation d’un salaire minimum. Toutefois, cette no...

Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Dossier spécial : ces directeurs formation qui innovent

Bras droits des directions des ressources humaines, au premier plan pour accompagner l’évolution des métiers, les directeurs de la formation se sont i...

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Patrick Benammar (groupe Renault), fédérateur de communautés

Arrivé chez Renault en 2018, Patrick Benammar y dirige les activités de formation et de développement des compétences et anime une large communauté d’...

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet (Engie), générateur d’esprits agiles

Vincent Gailhaguet a accompagné la transformation de différentes sociétés telles Scor, Vivendi, EDF, Le Monde dans des postes RH avant de rejoindre GD...

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Franck Gaillard (Alstom), du classroom training au digital

Global learning director chez Alstom depuis cinq ans et chez Alstom depuis treize, les projets en digital learning de Franck Gaillard ont retenu l’att...

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Ilhem Alleaume (L'Oréal), apprenante continue

Arrivée chez L’Oréal en avril 2020, Ilhem Alleaume est convaincue que la flamme de l’apprentissage doit être entretenue. Forte de 23 années d’expérien...

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Bérengère Vuaillat (Canal +), de l’IT au L&D

Learning & development manager au sein de Canal+, Bérengère Vuaillat a été sélectionnée par la rédaction de Décideurs RH pour figurer parmi les st...

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Jean-Roch Houllier (Safran), créateur de passerelles

Après une quinzaine d’années passées dans la conduite de projets, Jean-Roch Houllier a rejoint le département formation de Thales. En 2020, il intègre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message