Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se situent parfois dans leur propre camp. La rentrée littéraire 2019 n’échappe pas à la règle.

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se situent parfois dans leur propre camp. La rentrée littéraire 2019 n’échappe pas à la règle.

Une pile de plusieurs mètres de hauteur. Voilà ce qui attend le lecteur souhaitant, en cette rentrée, feuilleter tous les ouvrages publiés par les responsables politiques. Ancien premier ministre, maire de grande ville, député en quête de notoriété, ancienne étoile montante placardisée… Il y en a pour tous les goûts.

Tradition française

Ce penchant pour l’écriture est tout sauf une mode nouvelle. « La France se caractérise par une véritable tradition de politiciens lettrés. Victor Hugo, Alphonse de Lamartine ou encore François René de Chateaubriand, plus récemment Georges Pompidou ou François Mitterrand, se définissent autant comme écrivains que comme responsables politiques », explique Christian Le Bart, professeur de sciences politiques et auteur de La politique en librairie, les stratégies de publication des professionnels de la politique, qui observe par ailleurs que « tous les présidents de la Ve République ont publié au moins un ouvrage. Exposer sa vision sur le papier est perçu comme un exercice noble. »

Au-delà de l’exercice stylistique, il s’agit également d’une figure obligée pour se crédibiliser dans un pays qui aime fustiger les technocrates tout en nourrissant une certaine affection pour les intellectuels. Peu importe le message, voir son nom associé à un livre est incontournable pour qui nourrit de l’ambition. Mais à l’heure où le combat électoral fait la part belle aux éléments de langage, petites phrases assassines, tweets et posts Facebook, plancher des heures sur un ouvrage est-il toujours rentable politiquement ?

Communication moderne

« Plus que jamais », certifie le politologue qui observe depuis quelques années « une forte augmentation de ce type de parutions ». Pour lui, la raison est simple : « Un livre est un média qui permet d’accéder aux médias. C’est un outil qui permet d’attirer l’attention, d’être invité dans les matinales et les talk-shows. »

"Le livre est un média qui permet d'accéder aux médias"

Un avis partagé par Éric Treille, chercheur associé à l’université de Rennes, qui souligne que livre traditionnel et réseaux sociaux font souvent bon ménage, « le cas d’école reste Nicolas Sarkozy qui, en août 2016, annonce simultanément sur un post Twitter la sortie de Tout pour la France et sa candidature à la primaire de la droite et du centre ».

Pour un élu, publier un livre est également un prétexte pour partir à la rencontre des militants et des électeurs à travers des séances de dédicace dans les librairies, les sections locales des partis ou encore les meetings. Si écrire est un véritable atout, encore faut-il trouver le bon angle d’attaque.

Élections, le bon filon

Pour se mettre en avant, les auteurs peuvent avoir recours à plusieurs genres. Année électorale oblige, la tendance de 2019 est au livre programme. Anne Hidalgo et Gaspard Gantzer, tous deux candidats à la mairie de Paris, ont choisi de prendre leur plus belle plume afin d’exposer leur vision pour la capitale, respectivement dans Paris à venir et Nous autres Parisiens. À Grenoble, le maire sortant, l’écologiste Éric Piolle, se lance à l’assaut des librairies avec Grandir ensemble. Les élections municipales sont également vitales pour LR qui a besoin de garder un maximum d’élus pour se renouveler et peser au Sénat. Ce qu’explique le président de la Chambre haute Gérard Larcher dans Contre-pouvoir.

"C'est dans un livre que Nicolas Sarkozy annonce sa candidature à la primaire de la droite et du centre"

Autre élection à l’agenda, celle du président de LR prévue en octobre. Si Christian Jacob fait figure de favori, deux jeunes députés comptent peser sur le scrutin. Pour séduire les militants, ils cherchent à promouvoir leurs idées tout en se livrant une course à qui sera le plus « anti-Macron ». Pour cela, quoi de mieux qu’un livre ? Guillaume Larrivé, député de l’Yonne a dégainé le premier en publiant il y a quelques mois Le coup d’État Macron. En cette rentrée littéraire, Julien Aubert, député du Vaucluse, qui se présente comme le porte-voix de la droite souverainiste, passe lui aussi à l’offensive en publiant le 11 septembre Emmanuel le faux prophète.

Règlements de compte

Un autre sous-genre semble très prisé des éditeurs : le règlement de compte. Une catharsis pour les déçus, les exclus, les rejetés qui peuvent ainsi se venger et faire part de leur ressentiment au grand public friand de révélations. Et cette rentrée est riche en la matière. Entre le député LREM dissident Matthieu Orphelin (Je ne marche plus) ou Ingrid Levavasseur, éphémère tête de liste des gilets jaunes aux européennes (Rester digne), les oreilles de certains risquent de siffler. Sans compter Valérie Trierweiler, qui, avec, On se donne des nouvelles ?, devrait une nouvelle fois s’en prendre à François Hollande. L’ambiance est également délétère chez les Insoumis. Les langues commencent à se délier après les départs de certains responsables et un score décevant aux élections européennes. C’est Djordje Kuzmanovic qui, avec Ma part de souveraineté, ouvre le bal. L’ancien responsable Défense et Affaires européennes du parti pourrait marquer le début d’une série de règlements de compte entre mélenchonistes…

Effet miroir

« De nombreux hommes et femmes politiques s’attellent également à la rédaction de biographies de personnalités historiques dans lesquelles ils s’identifient, ce que j’appelle le livre miroir », observe Éric Treille. « Et comme par hasard, les personnages historiques faisant l’objet de livres sont souvent originaires de la zone géographique sur laquelle l’élu est implanté. Ce qui est plutôt bon pour son ancrage local… », s’amuse Christian Le Bart qui cite notamment François Bayrou et le roi béarnais Henri IV, Alain Juppé et son Montesquieu qui lui aussi, fut notable bordelais modéré ou encore Jack Lang et sa biographie de François Ier. Plus récemment, Jean-François Copé a voulu renforcer son image d’élu combatif, prêt à la guerre des tranchées et ancré en Seine-et-Marne en s’attelant à la rédaction d’un ouvrage historique sur la bataille de la Marne (La bataille de la Marne). Mélanger histoire et ambition politique demande de réelles capacités littéraires.

Qui écrit ?

Heureusement, quel que soit le projet littéraire, les élus ne sont jamais seuls, ce qui évite le syndrome de la feuille blanche... Il est vrai qu’il est parfois difficile d’exercer une fonction officielle tout en trouvant le temps nécessaire à la rédaction. Si certains, à l’instar de Bruno Le Maire, s’enorgueillissent d’écrire seuls, ils semblent bien isolés. « C’est un secret de polichinelle dans le milieu de la politique, des médias et de l’édition : tout le monde sait que les élus sont aidés », souligne Éric Treille. Il considère l’écriture de livres pour politiques comme une véritable industrie « qui emploie normaliens, journalistes ou assistants parlementaires ». Selon ce lecteur assidu, fin connaisseur de la littérature politique, « il suffit parfois de lire entre les lignes des remerciements pour réaliser que la rédaction est collective, voire entièrement prise en charge par une plume fantôme ».

Ce qui rend plus facile la rédaction… et sature l’offre. Conséquence, les livres publiés connaissent une fortune diverse. Certains comme Passions de Nicolas Sarkozy (213 000 exemplaires vendus en un mois) deviennent des best-sellers. D’autres ont plus de peine à trouver leur public, à tel point qu’ils pourraient devenir des pièces de collection. Citons notamment Je ne me tairai plus de Claude Bartolone vendu à 268 exemplaires en 2014 et surtout Qu’est-ce que le parti chrétien-démocrate ? de Christine Boutin. Publié en 2010, il n’a convaincu que 58 acheteurs…

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Damien Abad, le bon élève

Damien Abad, le bon élève

Encore peu connu du grand public, Damien Abad, député de l’Ain, est le nouveau patron du groupe LR, première force d’opposition à l’Assemblée national...

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Pour rattraper son retard en matière de défense et de recherche, l’Union européenne fait confiance à Thierry Breton, nouveau commissaire européen aux...

Jean-Claude Juncker : l’heure de dire au revoir

Jean-Claude Juncker : l’heure de dire au revoir

Le 1er décembre, le président de la Commission européenne laissera son poste à Ursula von der Leyen. Dans un entretien accordé au Monde, il revient su...

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

L’édition 2019 du Forum pour la paix rebat les cartes de l’ordre international : quelles modalités de coopération économique sont-elles possibles entr...

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Présidents ou ministres ne rechignent pas à poser aux côtés d’animaux de toutes sortes. Réel amour ou stratégie de communication bien ficelée ? Il sem...

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

C’était officieux, c’est désormais officiel : Rachida Dati sera la candidate LR à la mairie de Paris. Le plus dur commence pour la maire du VIIe arron...

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Un Françoise Sagan surprenant, le dernier Stiglitz, une enquête sur le système Amazon, un roman historique et un livre politique. Voici les ouvrages q...

Rencontre avec Leïla Slimani

Rencontre avec Leïla Slimani

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Leïla Slimani a toujours été réfractaire aux injonctions. Celles des adultes, d’abord, celles de la société ensui...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message