#RencontresEconomiquesAix2018# M.Cicurel (Michel Cicurel Conseil) « Il n’y aura pas d’Amazon de la banque ou de l’assurance »

Comment les fintechs bouleversent-elle le monde financier ? Une question complexe sur laquelle de nombreux acteurs s’interrogent. Entre modèle disruptif avéré et mutation certaine de l’ensemble d’une industrie, les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence apportent quelques éléments de réflexion.

© GlassHouse

Comment les fintechs bouleversent-elle le monde financier ? Une question complexe sur laquelle de nombreux acteurs s’interrogent. Entre modèle disruptif avéré et mutation certaine de l’ensemble d’une industrie, les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence apportent quelques éléments de réflexion.

Plus rapides et plus agiles ?

Certains considèrent les fintechs comme précurseurs d’un monde qui change. Pour Kabirou Mbodje, président et fondateur de Waris, nous serions en train de parler de la quatrième révolution industrielle ». L’une des vertus offertes par les fintechs seraient de replacer le client au centre du jeu, en l’intégrant en qualité de pleine partie prenante du processus économique. Kabirou Mbodje l’assure : « les fintechs vont reprendre le rôle de base des établissements bancaires qui est celui de garder l’argent des clients, tout en se partageant la chaîne de valeur ».

Michel Cicurel, président d’UBS La Maison de gestion, ne voit pas d’un mauvais œil l’arrivée de nouveaux outils technologiques. Les principaux bienfaits de leur utilisation se matérialiseraient par davantage de fluidité opérationnelle. Selon l’ancien président du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild, « certains métiers seront avantageusement remplacés par des robots, ce qui peut réduire ou éviter l’erreur humaine. La robotisation dans le secteur financier est inévitable. Il est évident, dans une banque, que l’initiative personnelle a perdu du terrain. Cependant, les fintechs ne seraient pas la nouvelle pierre philosophale du secteur financier, notamment du fait « que les autorités ne migreront pas d’un système relativement bien régulé vers un monde entièrement digital ». Michel Cicurel ajoute qu’il « n’y aura pas d’Amazon de la banque ou de l’assurance. On constate que les banques ont des rentabilités qui varient de 5 % à 7 %, ce qui n’a rien à avoir avec Amazon… Si ce type d’acteur prend une position importante, son cours de bourse s’effondrera. Les fintechs doivent se faire financer par de grands acteurs bancaires afin que ceux-ci les accompagnent dans leur développement ».

De quels risques parle-t-on ?

Pour Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la Fédération Bancaire Française, les fintechs peuvent éventuellement venir en soutien du secteur déjà établi. La technologue serait à même « de faciliter les moyens de paiement dans des zones où ce type de service n’est pas développé, comme cela peut être le cas en Afrique ». En effet, elle estime que « se diriger vers un système de peer to peer géant poserait d’importants problèmes de sécurité financière. »

Du côté de la BRI (Banque des Règlements Internationaux) et de son directeur général adjoint, Luiz Pereira da Silva, « il y a un changement de comportement apporté par les fintechs, ce qui amène un certain nombre de risques ». Si elles concourent à accélérer les transactions à réduire leurs coûts, dès lors que les bigtechs placeront le curseur sur l’intermédiation financière, sans disposer de fonds propres significatifs, elles pourraient bien se heurter « à une crise réputationnelle aux conséquences très importantes ».

Que faut-il comprendre de cela ? Evidemment, l’Europe aura un rôle majeur à jouer grâce à son gisement de start-up et de talents, notamment face à l’accélération fulgurante de la Chine. Enfin,  Kabirou Mbodje prévoit que « l’économie de demain verra les plus rapides l’emporter sur les plus gros »…  

Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Le monde à l'heure des métamorphoses

Pas moins de 250 intervenants – politiques et chefs d’entreprises, écrivains et acteurs de la société civile, dirigeants d’institutions et universitaires… – issus de 33 pays du monde, un village de start-ups, des journalistes de tous horizons… cette année encore, les Rencontres Économiques d’Aix ont tenu leur promesse en rassemblant près de 4000 personnes autour de trois jours de débat sur l’état du monde, les défis qu’il génère et les perspectives qu’il dessine. Le thème de cette édition 20018 : Les métamorphoses du monde. Décideurs Magazine y était.
Sommaire Rencontres économiques d’Aix 2018 : l’âge des métamorphoses… Entendu aux Rencontres Économiques d’Aix #Jour1 Entendu aux Rencontres Économiques d’Aix #Jour2 Entendu aux Rencontres Économiques d’Aix #Jour3 Rencontres Économiques d’Aix 2018: la France, leader de l’Europe de demain Rencontres Économiques d'Aix 2018 : quelles seront les compétences essentielles dans le monde de demain ? Rencontres Économiques d’Aix 2018 : Vers un monde de colère ?
RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

Comment le digital peut-il répondre aux enjeux climatiques et, par exemple, participer à la protection de l’eau ? C’est le pari ambitieux du projet me...

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Skema Business School et Mines ParisTech lancent une formation certifiante en data science et IA for business

Skema Business School et Mines ParisTech lancent une formation certifiante en data science et IA for...

Skema Business School et Mines ParisTech / PLS Executive Education s’associent dans la création d’un programme de formation en ligne certifiant en dat...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte