Renaud Dutreil (ancien ministre) : « Une fois de plus une fiscalité trop lourde nuisait à nos intérêts »

Renaud Dutreil (ancien ministre) : « Une fois de plus une fiscalité trop lourde nuisait à nos intérêts »

 

 

Décideurs. Afin de favoriser la transmission d’entreprise, vous créez en 2003 un dispositif qui porte aujourd’hui votre nom, le « Pacte Dutreil ». Quels étaient les objectifs de cette réforme?

Renaud Dutreil.  À l’époque, la fiscalité sur la transmission d’entreprise était confiscatoire et se traduisait par le transfert de belles entreprises patrimoniales à des entreprises étrangères. Il apparaissait clairement que le produit de cette lourde taxation était illusoire en comparaison des dommages causés par le transfert à l’étranger des centres de décision liés au changement de propriétaire. Délocalisation d’emplois, démembrement d’entreprises, disparition des fonctions les plus créatrices de valeur, perte de lien avec le territoire, etc. Une fois de plus, une fiscalité trop lourde se traduisait par une atteinte directe à nos intérêts nationaux. J’ai voulu mettre un coup d’arrêt à cette étreinte destructrice, au moment où toute une génération d’entrepreneurs s’apprêtait à passer la main.

 

Décideurs. Ce dispositif est encore aujourd’hui l’un des outils juridiques et fiscaux les plus performants en matière de transmission d’entreprise. Vous attendiez-vous à une telle réussite?

R.D. Oui, parce que j’ai élaboré cette mesure avec des esprits avertis, par exemple maître Monassier ou Yvon Gattaz, qui savaient de quoi ils parlaient, en dialoguant avec des entreprises emblématiques de cette problématique fiscale, comme dans la vallée de l’Arve, cette ruche savoyarde de PME industrielles, plutôt qu’en suivant les recommandations de stratèges budgétaires ou politiques qui n’avaient jamais mis le pied dans une usine plus de cinq minutes. Au lieu de proposer vingt-cinq mesurettes sur la transmission d’entreprise, satisfaisant vingt-cinq lobbies, j’en proposais une seule! Imaginez le choc! Francis Mer m’a appuyé. Il a compris la logique. Je lui en sais gré. J’ai aussi été très heureux de voir que François Hollande, contre l’avis du PS, avait conservé cet outil. Il faut cependant être vigilant. Beaucoup en France, par pure idéologie ou famine budgétaire, songent à un retour en arrière.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family Business

Agiles et ambitieuses, les entreprises familiales incarnent le meilleur de l’entrepreneuriat. En matière de rentabilité, elles offrent des ratios de performance de 1 % à 2 %. Comment expliquer une telle réussite ?
Sommaire Exporter son activité Franck Julien (Atalian) : « Des relais de croissance quand le marché français sature » Unir pour mieux régner Bertile Burel (Wonderbox) : « Pour accompagner la croissance, nous avions besoin d’un profil plus senior » Séduire la nouvelle génération Thomas Derichebourg (Derichebourg Environnement) : « Nous avons vécu la transformation d’une société familiale en multinationale Fanny Dombre-Coste (députée) : « 185 000 entreprises devraient chaque année faire l’objet d’une cession » Sortir gagnant de la cession de son entreprise Jean-Louis Louvel (Groupe PGS) : « Il est primordial de préparer les employés »
Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Le fabricant haut-savoyard de connecteurs Nicomatic est un exemple concret d'entreprise libérée en France. Olivier Nicollin, actuel PDG de cette entre...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message