Rémunération : réconcilier les collaborateurs avec leur salaire

Différentes études convergent. Les salariés sont majoritairement mécontents de leur rémunération, quel qu’en soit le montant. Une situation irrémédiable ?

Différentes études convergent. Les salariés sont majoritairement mécontents de leur rémunération, quel qu’en soit le montant. Une situation irrémédiable ?

L’économiste Mickaël Mangot, auteur de l’ouvrage Le Boulot qui cache la forêt, est catégorique :

« La corrélation entre le salaire et la satisfaction au travail est faible, tout comme la corrélation entre le salaire et la satisfaction de… sa rémunération ! ». Plusieurs enquêtes d’opinion démontrent que les salariés sont dans l’ensemble insatisfaits de leur rémunération, même lorsqu’ils sont payés au niveau du marché, ou au-dessus.

Au risque de donner du grain à moudre au cliché du gaulois râleur, elles confirment que les Français le sont encore plus que les autres. Ainsi, une étude réalisée par le cabinet Korn Ferry en 2017 révèle que 36 % d’entre eux souscrivent à l’affirmation « je pense être payé de façon juste pour le travail que j’effectue », contre 50 % à l’échelle mondiale. Et seuls 28 % adhèrent à la phrase « je pense que mon salaire est juste comparé à celui d’autres personnes ­effectuant un travail comparable dans d’autres entreprises » … contre 43 % dans le  reste du monde.

La « rémunération globale »

Pour rémédier à cette situation, il est conseillé de mettre l’accent sur la transparence et la clarté de la politique de rémunération. La satisfaction des collaborateurs étant déconnectée de leur niveau réel de salaire, les entreprises peuvent également développer une approche plus large en mettant en avant les points suivants : qualité de vie au travail, aide à la parentalité, avantages sociaux complémentaires… L’objectif est de valoriser ces éléments non monétaires pour faire d’eux de véritables composantes de la rémunération. Il s’agit d’une tendance de fond que les directeurs des rémunérations et avantages sociaux – les « comp & ben » – appellent la « rémunération globale ».

Revaloriser la performance

L’étude du cabinet Korn Ferry révèle également que 34 % seulement des salariés considèrent qu’il existe un lien clair entre leur performance et leur salaire.  Mais il est possible de changer la donne. Directeur des ressources humaines de Manutan, spécialiste des équipements de bureaux, Édouard Michel s’est vu confier la tâche de refondre la politique de rémunération de l’entreprise, qui emploie 2 200 personnes. Il part du constat que de nombreux salariés : ceux des call centers, des services logistiques ou bien les fonctions supports, n’ont aucun système de rémunération variable, ce qui crée une inégalité de traitement au sein de l’entreprise. La décision est alors prise de lancer un vaste chantier destiné à aboutir à un mécanisme permettant à chacun de percevoir une prime. Comment faire puisque les collaborateurs ne se voient pas assigner d’objectifs individuels ? En reliant la prime à l’atteinte d’objectifs collectifs. Une partie du variable a donc été conditionnée aux résultats du groupe, une autre partie à un indicateur de satisfaction clients de l’entité à laquelle appartient le collaborateur. En reliant la prime versée à chacun à l’atteinte d’objectifs collectifs, le dispositif a également pour bénéfice de renforcer la cohésion du groupe.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une nouvelle associée chez Procadres International

Une nouvelle associée chez Procadres International

Société de management de transition présente en France, en Europe et en Afrique, Procadres International accueille Nathalie de Larminat Bougnoux en qu...

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

La start-up française compte équiper 10% des salariés utilisant des notes de frais à l’horizon 2021. Pour atteindre ce but, elle peut compter sur le s...

Apprentissage : le pari du gouvernement

Apprentissage : le pari du gouvernement

Pour lutter contre le chômage des jeunes qui ne descend pas sous la barre des 20% depuis 2009, le gouvernement mise sur l’offre d’apprentissage. C’est...

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Gestion des carrières, marque employeur, valeurs, conditions de travail… La DRH d’Amazon explique la stratégie du groupe pour recruter les meilleurs…...

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

Le dialogue social est au cours de la refondation du droit du travail. Il s’agit toutefois d’un pari dont la réussite dépend non seulement d’une monté...

Une alternative au MBA arrive à Paris

Une alternative au MBA arrive à Paris

Vous êtes contraints par le temps, mais désirez passer à un niveau de leadership supérieur sans sacrifier la qualité de votre apprentissage ? Voici un...

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

À l’été 2017, Philippe Ginestet, dirigeant de Gifi, annonçait qu’il souhaitait reprendre l’enseigne Tati « pour sauver 1 500 emplois ». Mais aussi pou...

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Le 24 décembre 2018, le Président de la République promulguait la loi « portant mesures d'urgence économiques et sociales », visant à renouer avec le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message