Remise en question des environnements applicatifs : les écueils de la modernisation de l'entreprise

Compagnie  américaine  créée  en  2005,  Rimini  Street  a  bouleversé l’industrie  des  logiciels  d’entreprises  –  jusqu’alors  entièrement détenue  par  les  éditeurs  majeurs.  En  aval  des  applicatifs  Oracle, SAP,  Salesforce  et  des  bases de  données  IBM,  Microsoft  et Open  Source,  ce  fournisseur  de  services  logiciels  tiers  innove  en améliorant  la  prestation  des  services  informatiques  en  entreprise. Et  ce,  à  moindre  coût.  Emmanuelle  Hose,  vice-présidente  du  groupe et  directrice  générale  de  la  région  EMEA de  Rimini  Street,  présente ces  postulats  de  transformation  digitale  facilitée,  où  l’entreprise reprend  la  main  sur  son  environnement  applicatif.
Emmanuelle Hose, vice-présidente du groupe et directrice générale de la région EMEA de Rimini Street

Compagnie américaine créée en 2005, Rimini Street a bouleversé l’industrie des logiciels d’entreprises – jusqu’alors entièrement détenue par les éditeurs majeurs. En aval des applicatifs Oracle, SAP, Salesforce et des bases de données IBM, Microsoft et Open Source, ce fournisseur de services logiciels tiers innove en améliorant la prestation des services informatiques en entreprise. Et  ce, à moindre coût. Emmanuelle Hose, vice-présidente du groupe et directrice générale de la région EMEA de Rimini Street, présente ces postulats de transformation digitale facilitée, où l’entreprise reprend la main sur son environnement applicatif.

DÉCIDEURS.  Dans un contexte où la numérisation est de plus en plus en demande, comment les solutions de support de Rimini Street répondent-elles à la croissance des entreprises ?

Emmanuelle Hose.  Depuis sa création, Rimini Street revendique un accompagnement des entreprises dans l’optimisation de leurs logiciels d’entreprise. Par son service unifié autour de la maintenance, du support et de gestion des logiciels d’entreprise, Rimini Street a bouleversé le marché du support logiciel "traditionnel". Auparavant, ces prestations informatiques revenaient à un mix d’éditeurs, d’intégrateurs et bien souvent aux équipes internes, alors que nous nous positionnons en interlocuteur unique. Ponctuellement, nos clients peuvent joindre nos experts produits et métiers à toute heure du jour ou de la nuit, grâce à notre plateforme AI.  Sur le long terme, notre réactivité et notre expertise se vérifient à travers notre engagement de support des logiciels pendant quinze ans ; un pari de taille, à l’aune de la rapidité d’évolution et des enjeux de sécurisation du marché. Enfin, parce qu’il est entièrement personnalisable, notre service s’inscrit au plus près du client et de ses besoins. En outre, grâce à un coût bien en deçà de celui du marché, nos offres optimisent l’extraction de valeur des logiciels de l’entreprise. Ainsi, non seulement les fonds, mais également l’activité des équipes peuvent être redirigés vers plus d’innovation, d’avantages compétitifs et de croissance de l’entreprise.

Qu’est-ce qui distingue Rimini Street en termes de culture d’entreprise et de vision ?

Notre volonté de proximité avec les clients sous-tend notre succès. Ce qui, dans une industrie dont les principaux acteurs flirtent avec le quasi-monopole, a disrupté le marché. Par opposition aux éditeurs de logiciels, qui, historiquement se permettaient d’"imposer" les  nouvelles versions  de leurs produits aux entreprises comme prérequis pour les maintenir sous support complet, nous adaptons nos solutions, support et prestations. 

"Nos clients peuvent joindre nos experts produits et métiers à toute heure du jour ou de la nuit, grâce à   notre plateforme IA"

Ces partenariats s’inscrivent non seulement dans l’évolution du marché, mais également dans celle de nos clients. Selon leur propre "roadmap", ils choisissent, ou non, de conserver leurs systèmes existants, de les étendre, d’y inclure de nouvelles configurations, de les intégrer avec des applicatifs très innovants ou encore d’éditer leur propre logiciel pour répondre de façon ciblée aux problématiques de l’entreprise. Fort d’une meilleure posture dans leurs négociations avec les éditeurs, ils peuvent plus sereinement se recentrer sur les enjeux de leur cœur de métier.

Sur le marché des services de support logiciels tiers pour les entreprises, vous rencontrez peu de résistance. Quel potentiel inexploité décelez-vous sur les marchés de l’EMEA ?

En 2019, Gartner déclarait que "Le marché du support logiciel tiers passera de 351 millions de dollars en 2019 à 1,05 milliard de dollars en 2023, soit une augmentation de 200 %". Dans ces projections, la région EMEA ne sera pas en reste. Plutôt qu’une adoption obligatoire de mises à jour ou de nouveaux produits, toute entreprise peut désormais envisager notre approche de services unifiés. Grâce à nos services personnalisés et unifiés de support, de maintenance et de gestion des logiciels d’entreprise, nous prônons un passage adapté au rythme et aux besoins de chaque entreprise, vers un environnement informatique de pointe. En matière de pénétration des marchés, cependant, la barrière de la langue, mais également le choc des cultures, sont autant de paramètres dont nous prenons la mesure. Si nous avons amorcé des réflexions sur    l’Espagne, l’Italie, le Benelux, ou encore l’Afrique, nous nous y intéressons également en termes de secteurs. Dans le secteur public, par exemple, nous continuerons à assister les entités gouvernementales et les opérateurs publics, dans la réduction de leurs dettes informatiques et la capitalisation d’investissements antérieurs. Tout cela dans une optique de réallocation des budgets au profit d’une transformation digitale du secteur.

En tant que pionnier, puis leader sur votre marché, quels obstacles avez-vous dû surmonter afin de croître et surtout de prospérer ?

En l’occurrence, notre facteur de disruption joue en notre défaveur. Pour Rimini Street, le premier obstacle consistait à faire connaître notre offre de prestataire tiers de support aux applicatifs établis, tels qu’Oracle, SAP, Salesforce. C’est pourquoi, il a fallu, et il nous faut éduquer le marché. D’une part, notre business model peine à être réconcilié avec les postes établis de l’industrie. Rimini Street reprend deux positionnements de fournisseurs informatiques distincts : celui des éditeurs de logiciels ainsi que celui des prestataires de services des systèmes numériques. Et pourtant, nous ne sommes ni éditeur, ni SI, d’où la difficulté à inscrire Rimini "dans une case". D’autre part, particulièrement lorsqu’on aborde des enjeux stratégiques, la méconnaissance entraîne la méfiance. En raison de l’excellence à moindre coût que nous postulons, les entreprises s’attendent à des risques plus élevés. Alors qu’il n’en est rien.

"Une fois l’environnement applicatif optimisé à moindre coût, le pouvoir d’achat de l’entreprise augmente   en conséquence"

Enfin, notamment pour les logiciels d’entreprise où Rimini Street propose un service de support tiers, la multiplicité de choix que nous introduisons atténue la mainmise que les éditeurs de logiciels exerçaient sur le marché. Dans la relation commerciale, ce glissement du pouvoir de décision en faveur du client, n’est pas sans leur échapper. La "réaction" des éditeurs peut devenir un sujet d’inquiétude pour les directions informatiques. D’aucunes tendraient à penser qu’adopter nos logiciels tiers affecterait la relation qu’elles ont avec les éditeurs. Force est de constater cependant, que le modèle défendu par    Rimini   Street s’affirme dans la durée. Une fois l’environnement applicatif optimisé à moindre coût, le pouvoir d’achat de l’entreprise augmente en conséquence. Un détail qui tend à fluidifier les rapports entre clients et fournisseurs. Alors que notre réactivité, expertise et force de proposition permettent de résoudre des tickets informatiques, ces mêmes qualités ont vocation à assister l’entreprise entière dans la modernisation de ses environnements applicatifs.  Dans la continuité de nos efforts, notre approche de support unifié reste la pierre angulaire de notre business model, dans lequel notre proximité client guide des transformations digitales sur mesure.

Propos recueillis par Alexandra Bui

Forte  de  plus  de  25  ans d’expérience  au sein  d’entreprises mondiales de logiciels, Emmanuelle Hose  évolue dans le secteur des technologies  de  l’information,  des  opérations de vente, de service et de développement de logiciels d’entreprise. C’est d’abord en tant que Senior Account Executive pour l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Océanie qu’elle intègre Rimini Street en 2014, avant  de  devenir  directrice des équipes en Australie et Nouvelle-Zélande. De retour en France pour mener à bien la croissance de Rimini  Street en  Europe,  Moyen-Orient  et Afrique, elle est désormais en charge de la région EMEA.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Transformation digitale et Systèmes d'information 2021

Retrouvez l'intégralité de notre édition 2021 dédiée à la transformation digitale et les SI : interviews, portraits, classements et chroniques d'experts.
Sommaire
Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

L'agence de communication Antigel sort du rang des entreprises engagées en Pays de Loire

L'agence de communication Antigel sort du rang des entreprises engagées en Pays de Loire

Basée à Nantes et Paris, Antigel, une agence de communication novatrice, qui s’appuie sur une culture collaborative de ses talents avec ses clients, a...

Tek Fog, l’appli indienne qui manipule l’opinion

Tek Fog, l’appli indienne qui manipule l’opinion

L’affaire Tek Fog est un scandale qui fait trembler le gouvernement de Narendra Modi et prouve à quel point, la tech peut servir à manipuler les foule...

Claire Calmejane : la figure de l’innovation de la Société générale

Claire Calmejane : la figure de l’innovation de la Société générale

Directrice de l'innovation de la Société générale, cette figure féminine de l’écosystème IT a développé une solide expérience dans les domaines des no...

P. Lemaire (Servier) : "La valorisation des actifs est particulièrement volatile dans l’univers pharmaceutique"

P. Lemaire (Servier) : "La valorisation des actifs est particulièrement volatile dans l’univers phar...

Le groupe Servier poursuit sa montée en puissance dans le cadre de la recherche contre le cancer. Après avoir acquis la branche oncologie du laboratoi...

Luc Barnaud (BPCE) : de la data à l'échelle industrielle

Luc Barnaud (BPCE) : de la data à l'échelle industrielle

CDO du groupe BPCE, ce polytechnicien passé par Telecom ParisTech, a occupé pendant 17 ans différents postes au sein du groupe Orange, avant de se lan...

Pejman Gohari (Bpifrance) : un animateur de la data au service de l'avenir

Pejman Gohari (Bpifrance) : un animateur de la data au service de l'avenir

Arrivé en 2018 au sein de la Banque publique d'investissement en tant que Chief Data & Analytics Officer, Pejman Gohari dispose d’une solide expér...

Robert Auffray (Schneider Digital) écrit le digital dans un langage unique

Robert Auffray (Schneider Digital) écrit le digital dans un langage unique

Senior Vice-président de Schneider Digital, entité transversale du groupe créée pour garantir des fondements digitaux communs à l’ensemble des métiers...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte