La donnée, sujet de coordination entre régulateurs

L’Autorité de la Concurrence, l’AMF, l’Arafer, l’Arcep, la Cnil, la CRE et le CSA ont publié une note commune sur la « régulation par la donnée ». Les datas viennent compléter leurs outils traditionnels.

© Arcep

Les représentants de l’Autorité de la Concurrence, de l’AMF, de l’Arafer, de l’Arcep, de la Cnil, de la CRE et du CSA, lors de leur réunion du 24 juin sur la régulation des données.

L’Autorité de la Concurrence, l’AMF, l’Arafer, l’Arcep, la Cnil, la CRE et le CSA ont publié une note commune sur la « régulation par la donnée ». Les datas viennent compléter leurs outils traditionnels.

Les régulateurs s’appuient de plus en plus sur la collecte, l’exploitation et la publication des données. Celles-ci leur permettent de mieux superviser les opérateurs et d’accompagner les utilisateurs. Elles sont devenues un outil complémentaire et indispensable pour les autorités françaises, qui ont décidé d’une approche commune sur le sujet. En effet, les sept régulateurs (Autorité de la concurrence, AMF, Arcep, Cnil, CRE et CSA) se sont réunis le 24 juin et ont publié ce lundi une note sur la « régulation par la donnée ».

Défis et perspectives

« Le développement de la régulation par la donnée engendre, pour les régulateurs, de nouveaux besoins en termes de compétence, d’échange de données ou encore d’appropriation des nouvelles technologies », font valoir les superviseurs. Sur le volet technique, ils doivent mieux analyser les données, les algorithmes, mais aussi être capables de stocker et de gérer de gros volumes de datas. Par exemple, l’Arcep conduit actuellement des travaux de modernisation de ses outils cartographiques et le CSA s’est progressivement doté ces deux dernières années de compétences en matière d’analyses quantitatives.

En outre, l’accès à des outils performants est indispensable pour permettre aux régulateurs d’exploiter pleinement le potentiel des données. « Le partage d’outils ou de briques technologiques communes, voire le co-développement d’outils communs pourrait être encouragé », écrivent-ils. Ils souhaitent aussi favoriser l’exploitation des nouvelles technologies de pointe, notamment le big data et l’intelligence artificielle. Par exemple, un centre d’excellence data-sciences/intelligence artificielle a été créé en 2018 au sein de l’AMF.

Plus généralement, des mutualisations entre autorités ont été instituées, comme des formations ou des référents déontologues collectifs. « Des échanges bisannuels entre autorités, comme celui du 24 juin qui s'est déroulé dans les locaux de l’Arcep, permettent d’assurer le pilotage de leurs travaux communs et plus largement de partager sur des sujets d’intérêts communs, poursuivent les régulateurs. Les autorités présentes se sont montrées favorables à l’idée de mettre en partage leurs programmes d’études afin d’accroître les synergies. »

Changement de paradigme

Les auteurs de la note précisent qu’en fournissant aux utilisateurs et aux acteurs relais (institutions publiques, associations, société civile, comparateurs, etc.) une information précise et individualisée, ces derniers deviennent détenteurs d’un véritable contre-pouvoir. Ce qui inclut un changement de culture au sein de l’État, qui ne garantit pas seul l’intérêt général.

Olivia Vignaud

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dentons s’associe avec un cabinet leader en Uruguay

Dentons s’associe avec un cabinet leader en Uruguay

Le cabinet d’avocats international a achevé le lancement d’une fusion de cabinets d’avocats avec Jiménez de Aréchaga, Viana & Brause.

J. Barré (Barré & Associés) : "Nous discutons d’un rapprochement avec d’autres cabinets ou études"

J. Barré (Barré & Associés) : "Nous discutons d’un rapprochement avec d’autres cabinets ou études"

« Coup de tonnerre » dans le monde des avocats spécialisés en fiscalité patrimoniale. Jérôme Barré et Laurent Gabaud, avocats associés chez Franklin,...

Le juriste de transition : un atout en temps de crise

Le juriste de transition : un atout en temps de crise

À l’instar des ressources humaines, des directions financières ou générales, les départements juridiques font parfois appel à des managers de transiti...

Le défaut de legal privilege des juristes mis en exergue par le confinement ?

Le défaut de legal privilege des juristes mis en exergue par le confinement ?

Cybersécurité, protection des secrets de l’entreprise, des données personnelles mais aussi des avis juridiques sont des sujets imbriqués qui ont été p...

C. Mayer-Lévi (France Invest) : "Le risk return de la dette privée devrait s’améliorer"

C. Mayer-Lévi (France Invest) : "Le risk return de la dette privée devrait s’améliorer"

En quête de rendements dans un environnement de taux très bas, de nombreux investisseurs se sont positionnés ces dernières années sur la dette privée....

Belgique : création du cabinet Harvest

Belgique : création du cabinet Harvest

Après respectivement 25, 15 et 10 ans de pratique dans des cabinets d’affaires internationaux, Didier Grégoire, Adrien Lanotte et Guillaume Beauthier...

Xavier Rollet (Racine) : "Une transmission réussie doit être préparée en amont"

Xavier Rollet (Racine) : "Une transmission réussie doit être préparée en amont"

Différentes possibilités s’offrent à un entrepreneur lors de la transmission de son entreprise. Xavier Rollet, Co-Managing Partner du cabinet Racine r...

Troisième associée chez Huc-Morel Labrousse

Troisième associée chez Huc-Morel Labrousse

Julie Fréal-Saison est la nouvelle associée du cabinet de pénalistes Huc-Morel Labrousse Avocats.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message