Réglementation construction 2020 : au revoir thermique

Véritable évangile de la filière, la réglementation de construction des bâtiments neufs, dite thermique, pointe le bout de son nez dans une sixième mouture dont le maître mot est cette fois-ci carbone.

Véritable évangile de la filière, la réglementation de construction des bâtiments neufs, dite thermique, pointe le bout de son nez dans une sixième mouture dont le maître mot est cette fois-ci carbone.

En place depuis maintenant sept ans, la réglementation thermique (RT 2012), va rendre son tablier pour une nouvelle mouture. Exit le vocable thermique employé depuis 1974 : le futur évangile de la filière prendra le nom de Réglementation environnementale 2020. Là où son prédécesseur fit la part belle aux économies d'énergies à travers les bâtiments basse consommation (BBC) et à énergie positive (Bepos), la nouvelle venue aura pour enjeu majeur de diminuer significativement les émissions carbone du bâtiment, à travers une transformation des techniques de production, des filières industrielles et des solutions énergétiques.

Objectif principal : la décarbonation

Comme anticipé à travers le label expérimental E+C- lancé en 2016, le gouvernement vise trois grands objectifs pour la future RE2020 : réduire l'empreinte carbone des bâtiments, poursuivre l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments performance énergétique et « garantir la fraîcheur pendant les étés caniculaires ». Les simulations sont d'ores et déjà lancées et tiennent compte des évolutions réglementaires évoquées ci-dessus. Le recours aux matériaux biosourcés qui stockent le carbone, aux modes constructifs peu émissifs, ou aux énergies décarbonées, devrait également être encouragé. En matière d'efficacité énergétique, le « Bbio », indicateur de besoin climatique, sera renforcé, assure aussi le gouvernement.

Retour en force de l'électrique

La RT 2012 l'avait enterré, mais le chauffage électrique signe son retour. Dans un communiqué du 14 janvier 2020, le ministère de la Cohésion des territoires a confirmé que le coefficient d'énergie primaire affecté à l'électricité serait ramené de 2,58 à 2,3 dans la RE2020, tandis que le contenu carbone du chauffage électrique sera ramené à 79g/kWh, contre 210 dans l'expérimentation E+C-. Vilipendé par la filière électrique depuis son instauration car faisant la part belle au gaz, le fameux coefficient d'énergie primaire risque à nouveau de se retrouver sous le feu des critiques, dénonçant cette fois-ci un soutien étatique à l'électricité, et par extension au nucléaire. 1 700 experts techniciens et architectes ont d'ores et déjà signé une pétition pour dénoncer ce point.

Une concertation pas terminée

Cependant, tout n'est pas encore prêt pour l'application de la RE2020. Si la large concertation, menée en 2019 en copilotage avec le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE) s'est achevée, les ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Ville et du Logement lancent désormais une phase de simulations qui permettra d’éclairer les choix d’indicateurs et de niveaux de performance pertinents. S'en suivra une nouvelle phase de concertation, au printemps 2020, afin d'analyser « avec précision les effets de la RE2020 sur les matériaux, les modes constructifs et les filières du bâtiment », permettant « d’arrêter l’ensemble des paramètres et objectifs de la future réglementation en vue d’une publication des textes réglementaires d’ici l’automne 2020 ». Rendez-vous au 1er janvier 2021 pour l'entrée en vigueur de la réglementation. Gage que celle-ci sera moins chaotique pour les acteurs de la filière que la RT2012 en son temps.

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 30 septembre 2020

La veille urbaine du 30 septembre 2020

Fifth Wall qui lance son fonds dédié aux proptechs en Europe, Rita-Rose Gagné nommée CEO d’Hammerson… Décideurs vous propose une synthèse des actualit...

Les énergies renouvelables absorbent le choc

Les énergies renouvelables absorbent le choc

Incapables de se fournir en pièces détachées et composants divers, des chantiers solaires et éoliens ont été considérablement ralentis partout dans le...

J. Moreno : "Le SIEC 2020 permettra aux enseignes et aux foncières de renouer le dialogue"

J. Moreno : "Le SIEC 2020 permettra aux enseignes et aux foncières de renouer le dialogue"

Le Siec a récemment confirmé la tenue de son édition 2020 les 14 et 15 octobre prochains dans le Pavillon 4 du Parc des Expositions de la Porte de Ver...

La veille urbaine du 29 septembre 2020

La veille urbaine du 29 septembre 2020

BNP Paribas REIM qui signe une plateforme logistique de 23 000 m² à Carquefou, Pierre-Yves Guice nommé directeur général de l’établissement public Par...

Géo-ingénierie, l’ingénierie du désastre ?

Géo-ingénierie, l’ingénierie du désastre ?

Déployer des technologies à l’échelle planétaire pour modifier la composition de notre atmosphère ou la météo, afin d’empêcher un cataclysme climatiqu...

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

La veille urbaine du 28 septembre 2020

La veille urbaine du 28 septembre 2020

Sofidy qui acquiert un immeuble de 20 500 m² à Amsterdam, CDC Habitat qui crée une foncière dédiée à l’immobilier médico-social, le budget "vert" du g...

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par éle...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message