Registre général : nouvelle plateforme de dématérialisation des registres sociaux

La start-up Registre général lance un service numérique de tenue des registres sociaux par le biais de la blockchain.
De gauche à droite : Louis Dufeu, Clément Fontaine, Antoine Micaud, Pierre Lasvigne, Franz Vasseur, Christophe Lemée, Thomas Saint-Aubin, Maud Gilet, Jérémy Lachaud, Mark Kepeneghian

La start-up Registre général lance un service numérique de tenue des registres sociaux par le biais de la blockchain.

Depuis la fin de l’année 2018 et l'entrée en vigueur du décret 2018-1226, les avocats d’affaires peuvent ranger leurs crayons : il est désormais possible pour les sociétés non cotées d’inscrire les titres financiers et les mini bons en utilisant des dispositifs d'enregistrement électronique partagé. La start-up Registre général a saisi cette opportunité législative en développant une plateforme de tenue des registres légaux par le biais de la technologie blockchain. Cette application en mode SaaS digitalise trois types de registres. Le premier dédié aux mouvements de titres sécurise les participations des associés et propose des cessions d’actions en ligne, avec exécution automatique du contrat (« smart contract »). Un second registre numérique permet l’inscription et l’authentification des procès-verbaux des assemblées et des décisions. Enfin, le registre unique du personnel proposé par la start-up répertorie les entrées et sorties des employés de façon dématérialisée.

La solution Registre général est née de la collaboration de plusieurs acteurs de la legaltech : Franz Vasseur, avocat d’affaires, Clément Fontaine, doctorant, Jean-René Tancrède, Thomas Saint-Aubin, Pierre Lasvigne et Maud Gilet de Seraphin Legal, Christophe Lemée de Deep Block, Antoine Micaud d’Easy Quorum et Mark Kepeneghian de Kriptown.

R.G.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paris Pro Bono Day : Passage à la vitesse supérieure

Paris Pro Bono Day : Passage à la vitesse supérieure

Dans le cadre de l’European Pro Bono Week, le cabinet Reed Smith organisait son premier Pro Bono Day le 6 novembre dernier. L’occasion de réunir le te...

Sarah Lenoir, l’anticipatrice

Sarah Lenoir, l’anticipatrice

Counsel au sein du cabinet Osborne Clarke, Sarah Lenoir est l'une des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionnée pour incarner la r...

Laure Hosni, coach des restructurations

Laure Hosni, coach des restructurations

Counsel au sein du cabinet August Debouzy, Laure Hosni est l'une des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionnée pour incarner la re...

Matthias Pujos, avocat martial

Matthias Pujos, avocat martial

Fondateur du cabinet Pujos Avocats, Matthias Pujos est l'un des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour incarner la relève.

Olivier Dorgans, architecte du droit

Olivier Dorgans, architecte du droit

Counsel au sein du cabinet Hughes Hubbard & Reed, Olivier Dorgans est l'un des 30 avocat.e.s du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour i...

Dossier. Avocats d'affaires, la relève 2020

Dossier. Avocats d'affaires, la relève 2020

Ils ont prêté serment, ils l’ont juré. Tous devenus avocats entre 2002 et 2013 – ce qui représente une moyenne d’exercice de dix ans –, ils constituen...

Vladimir Rostan d’Ancezune, le goût du risque

Vladimir Rostan d’Ancezune, le goût du risque

Associé de Dac Beachcroft France, Vladimir Rostan d'Ancezune est l'un des 30 avocats du barreau d'affaires édition 2019 sélectionné pour incarner la r...

Anne-Sophie Noury, logique, patience et persévérance

Anne-Sophie Noury, logique, patience et persévérance

Cette associée chez Weil Gotshal exerce aux côtés de Jean-Dominique Daudier de Cassini en restructuring. Décideurs mise sur elle : elle fait partie de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message