Réforme des retraites : soyez actif !

La réforme des retraites est au centre de toutes les discussions, toutes les interrogations des épargnants. Que contient-elle ? Quelles seront ces conséquences ? Comment bien l’anticiper ?
Stéphane Legendre, Associé fondateur d’Élysée Consulting, y apporte éclairage bienvenu.
Stéphane Legendre

La réforme des retraites est au centre de toutes les discussions, toutes les interrogations des épargnants. Que contient-elle ? Quelles seront ces conséquences ? Comment bien l’anticiper ? Stéphane Legendre, Associé fondateur d’Élysée Consulting, y apporte éclairage bienvenu.

Décideurs. Pouvez-vous, tout d’abord, nous présenter Élysée Consulting ? Comment intervenez-vous auprès de vos clients ?

Stéphane Legendre. Élysée Consulting est un cabinet de gestion de patrimoine indépendant fondé il y a près de vingt ans et disposant d'une expérience reconnue sur le plan national. Nous accompagnons notre clientèle dans les domaines fondamentaux de la gestion de patrimoine, à savoir : le conseil en allocation d’actifs indépendant et adapté à la conjoncture des marchés financiers, l’optimisation de la fiscalité globale (impôt sur le revenu, IFI…), le conseil en investissement immobilier en veillant à sélectionner les biens immobiliers selon un process interne rigoureux et en parfaite indépendance auprès de nos différents partenaires, la protection de la famille, ou encore l’élaboration d’une stratégie successorale adéquate et optimisée fiscalement, mais également sur un thème de plus en plus récurrent, car anxiogène pour nos clients, à savoir la préparation de revenus complémentaires en vue de la retraite.

La réforme des retraites est au centre de l’actualité. Quel est son objectif ?

Le système actuel du régime des retraites en France est un système dit « par répartition » (modèle européen) ; contrairement au modèle américain dit « par capitalisation ».

Ce dernier consiste en le cumul d’un capital par des travailleurs tout au long de leur vie et destiné à financer leur retraite. Alors que le modèle français, de retraite par répartition, repose sur des cotisations prélevées des revenus des travailleurs dans le but d’alimenter les caisses de retraite. Le montant total de ces mêmes cotisations sera reversé aux ayants droit de la période en cours. Tenant compte de tous les moyens mis en œuvre afin de préparer les retraites des ayants droit, ces mêmes pensions versées sont jugées insuffisantes. C’est la raison pour laquelle différentes solutions sont mises en place en vue d’optimiser les rentes et d’avoir des compléments de retraite plus importants.

"La réforme permettra une harmonisation des régimes et des caisses de retraite et donc la fermeture des régimes spéciaux"

Quelles sont les spécificités du système actuel ?

Le système actuel de la retraite est fondé sur 42 régimes existants, appelés caisses ou régimes de retraite, avec des règles de calcul des cotisations et des pensions souvent bien différentes selon une logique d’affiliation professionnelle.

Ainsi, selon qu’une personne est salariée, fonctionnaire, artisan, commerçant, ou relevant d’une profession libérale ou bien même d’un statut particulier, la caisse est différente. De plus, avec l’augmentation de la mobilité professionnelle et des changements de statut, une même personne peut être affiliée à plusieurs régimes de retraite cumulatifs. Ces régimes appliquent des règles différentes en matière de cotisation, de décompte des droits et de calcul de la retraite, mais également en matière de droits proposés aux assurés (ex. chômage, maladie) provoquant ainsi des inégalités entre les actifs français.  

Quels sont les principaux changements portés par cette réforme ?

Jean-Paul Delevoye, haut commissaire à la réforme des retraites, a remis au Premier ministre le 18 juillet 2019 un rapport censé inspirer un projet de loi attendu en Conseil des ministres, pour une entrée en vigueur en 2025. La réforme envisagée consiste en un seul et même système remplaçant les 42 régimes de retraite existants.

Des règles communes seront donc imposées à tous les actifs, donnant ainsi lieu à une harmonisation des régimes et des caisses de retraite et donc la fermeture des régimes spéciaux.

De plus, il s’agit d’un système unique dans lequel chaque jour travaillé permettra d’acquérir des points. Par conséquent, un euro cotisé permettra d’acquérir le même nombre de points, quel que soit le statut professionnel ou le moment où il a été cotisé. À terme, ces points cumulés se transformeront en rente.

Concernant les taux de cotisation, les salariés du privé, des régimes spéciaux et les fonctionnaires cotiseront à hauteur de 28,12% (60% pour l’employeur et 40% pour le salarié) et 100% de leurs primes seront prises en compte dans le calcul de la retraite.

Il en ira de même pour les indépendants (28,12%) mais jusqu’à un plafond de 40 000€ de revenus annuels, puis abaissé à 12,94% pour les revenus compris entre 40 000€ et 120 000€.

S’agissant du niveau de protection sociale, précisons également que 100% des actifs seront couverts par le système universel, s’ouvriront également des droits sur la totalité de leur rémunération.

Le système étant désormais uniformisé et sa compréhension simplifiée, il n’en demeure pas moins que la problématique de maintien du niveau de revenus au moment du départ à la retraite n’est pas traitée.

"Ceux n’ayant pas anticipé la diminution de leurs revenus ont des difficultés à maintenir leur niveau de vie" 

Est-ce une réelle source de préoccupation pour vos clients ?

Nous notons une certaine prise de conscience de la part de nos clients et ce, de plus en plus en plus jeunes ; probablement lié au fait que leurs propres parents sont confrontés à une baisse significative de leurs revenus au moment de la retraite.

Nul n’est épargné par cette importante dépréciation des revenus lors du départ à la retraite, quelle que soit la profession (cadres d’entreprises, commerçants, chefs d’entreprises, professions libérales, etc.).

Nous constatons quotidiennement auprès de nos clients, n’ayant pas anticipé cette diminution de revenus, une certaine difficulté à maintenir un niveau de vie leur permettant de profiter pleinement de leurs retraites, voire parfois des difficultés à faire face à des charges toujours présentent (crédits, financement d’études supérieures pour les enfants…).

Il est essentiel d’anticiper cette échéance et de mettre en place des solutions de préparation à la retraite dès les premières années d’activité professionnelle, afin de limiter l’effort d’épargne nécessaire à cet effet.

Quelles sont vos conseils pour préparer au mieux sa retraite ? Quelles sont pour vous les solutions efficaces pour préparer cet objectif ?

Il n’existe pas une seule solution miracle, il convient de combiner au sein d’une même stratégie différentes solutions en accordant à la fois flexibilité et efficacité dans la redistribution des revenus futurs. Nous recommandons à nos clients la mise en place de solutions basées sur des supports d’investissements financiers prenant en considération les opportunités conjoncturelles tout en favorisant une certaine souplesse dans la constitution de leur épargne. L’assurance vie est à ce titre un support attractif fiscalement, souple et qui offre de la diversité, le Perp et loi Madelin permettent également de se constituer un revenu complémentaire au moment de la retraite, tout en bénéficiant de sérieuses réductions d’impôt.

L’ensemble de ces supports doit s’intégrer dans une logique de gestion intelligente et dégressive du risque ; l’objectif étant de sécuriser au maximum le capital à l’approche de la retraite. Conscient de cette nécessité d’une gestion adaptée à l’objectif, nous avons créé des fonds flexibles, offrant une grande réactivité et une parfaite évaluation du risque. Cette gestion à été mise en place en partenariat avec la banque Rothschild, afin de bénéficier de la qualité d’expertise dans le domaine de la gestion d’actifs, que nous offre cette institution de la finance, tout en conservant, bien évidemment, notre indépendance qui constitue pour nos clients notre principale valeur ajoutée.

"Combiner différentes solutions en accordant à la fois flexibilité et efficacité dans la redistribution des revenus futurs" 

Avez-vous d’autres solutions d’investissement à proposer à vos clients ?

L’immobilier d’investissement nous semble particulièrement intéressant en cette période où les taux d’intérêt sont historiquement au plus bas. Nos clients profitent ainsi pleinement de l’effet de levier du crédit pour se constituer plus aisément un patrimoine immobilier locatif grâce à un effort d’épargne réduit, qui leur permettra, au moment de la retraite, de percevoir des revenus complémentaires avec la possibilité très souvent de profiter d’avantages fiscaux.

Chez Élysée Consulting, nous avons un process de sélection interne particulièrement strict nous permettant de retenir en toute indépendance les meilleures solutions immobilières auprès des plus grandes signatures de ce secteur. Il se trouve que les investisseurs en France ont une très forte appétence pour l’immobilier en général. À juste titre, car cette solution d’investissement est sans aucun doute l’une des plus efficaces pour répondre à cet objectif de compléments de revenus futurs, à condition bien évidement d’investir sur des supports pérennes et donc de qualité à l’origine.

En conclusion, quels sont les points essentiels à retenir ?

Il est important de considérer qu’au-delà de la reforme actuelle, les retraites vont continuer à subir de forts ajustements dans les années futures. Par conséquent il est selon nous primordial de préparer cette grande étape de la vie en anticipant le plus tôt possible cette baisse de revenus et donc du pouvoir d’achat. Nous conseillons à nos clients de rester très actif dans la constitution de solutions adaptées à cet objectif. En mot de la fin, les trois idées à retenir sont les suivantes : L’anticipation ; la diversification et la rigueur apportée dans le choix des solutions.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

Aux yeux de Matias Möttölä 2018 aura été une année décevante mais pas désastreuse pour les fonds long/short Actions Europe. En moyenne, ils ont perdu...

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

Cette acquisition, valorisée à 27 milliards de dollars, permettra à la LSE de concurrencer l’américain Bloomberg, le géant des données financières.

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des personnes vulnérables"

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des per...

L’Association française des conseils en gestion de patrimoine certifiés (CGPC) compte près de 1 700 membres et a certifié plus de 2 600 professionnels...

Taxe Gafa : Amazon contre-attaque

Taxe Gafa : Amazon contre-attaque

Explicitement visé par l’adoption de la taxe Gafa, Amazon a choisi de riposter. En prévoyant de répercuter le coût du nouvel impôt sur les vendeurs fr...

F. Puzin (Corum AM) : "L’immobilier n’est en rien une valeur refuge"

F. Puzin (Corum AM) : "L’immobilier n’est en rien une valeur refuge"

Les prix de l’immobilier de bureaux parisiens s’envolent tandis que les SCPI collectent toujours plus. Une situation qui inquiète Frédéric Puzin, le p...

E. Préaubert (Sycomore AM) : "Nous allons lancer des fonds plus globaux, sans contraintes géographiques"

E. Préaubert (Sycomore AM) : "Nous allons lancer des fonds plus globaux, sans contraintes géographiq...

Depuis dix ans, Sycomore AM a largement fait évoluer sa gamme d’OPCVM avec le lancement de fonds flexibles, long/short et thématiques. La société de g...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message