Référendum sur l’environnement, la botte secrète d’Emmanuel Macron

Que le référendum sur l’environnement ait lieu ou non, le président réalise un très beau coup politique et met l’opposition dans l’embarras. Tout en plaçant l’écologie au centre du jeu.

Que le référendum sur l’environnement ait lieu ou non, le président réalise un très beau coup politique et met l’opposition dans l’embarras. Tout en plaçant l’écologie au centre du jeu.

Que retenir de la rencontre de trois heures entre Emmanuel Macron et les représentants de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) le 14 décembre ? Sûrement la volonté du président de la République de lancer un référendum pour intégrer dans l’article 1er de la Constitution les notions de défense du climat et de préservation de l’environnement. Elles seront donc mises sur le même plan que des valeurs fondamentales telles la laïcité, l’indivisibilité de la République ou encore l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Pour le moment, aucune date de consultation n’est fixée.

Le Sénat au pied du mur

Comme l’a précisé le Président, le projet doit "d’abord passer par l’Assemblée nationale puis le Sénat et être voté en termes identiques". L’article 89 de la Constitution précise que "le projet de révision n’est approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés".

Du côté de l’Assemblée nationale, l’adoption ne devrait pas poser trop de difficulté. En revanche, pour le Sénat, la situation est différente. Majoritairement à droite, il pourrait tenter de mettre des bâtons dans les roues de l’exécutif en avançant plusieurs prétextes. Le plus probable est d’arguer que la Charte de l’environnement est intégrée à la Constitution depuis quinze ans. Bruno Retailleau, président du groupe LR majoritaire au Sénat s’est montré réservé sur l’annonce du président de la République : "Si c’est un coup politique, nous n’y prêterons pas la main. Si c’est utile, nous l’étudierons. Il faudra apprécier quelle est l’étendue, notamment des conséquences".

Dilemme pour l’opposition

Pour l’opposition, cette proposition de référendum a tout du cadeau empoisonné. Soutenir l’initiative revient à approuver Emmanuel Macron, notamment sur sa politique environnementale. Plutôt ennuyeux pour une gauche qui cherche à discréditer le bilan écologique du gouvernement et faire de l’écologie un axe de campagne centrale pour la présidentielle de 2022. Pour la droite qui essaie de se démarquer de la Macronie, approuver sans réserve le projet de référendum reviendrait, en partie, à abandonner son rôle d’alternative.

Si tous les partis soutiennent ce projet, Emmanuel Macron a toutes les raisons de se frotter les mains : son action en faveur de l’environnement sera reconnue, il ôte un angle d’attaque à ses adversaires, joue le rôle de rassembleur et se place plus que jamais au centre du jeu politique. D’autant plus que la probabilité que les Français votent « oui » est très forte. Après tout, qui peut s’opposer à une meilleure prise en compte de l’environnement ?

Les partis peuvent, scénario le plus probable, s’opposer au projet. Les arguments ne manquent pas : "cela ne va pas assez loin" diront les uns, "c’est une manœuvre politicienne" assèneront les autres. Peut-être. Ce qui est certain, c’est que rejeter le projet de référendum fera les affaires d’Emmanuel Macron qui pourra légitiment dire : "Au moins j’agis", "Personne n’est allé aussi loin", "l’opposition est dans l’obstruction politicienne". Et il est probable que l’opinion publique le soutienne. Que le référendum ait lieu ou pas, il y a deux gagnants : l’environnement plus que jamais mis au centre des politiques publiques et Emmanuel Macron qui réalise un très beau coup politique.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Puisqu’aucun présidentiable ne se dégage au PS et chez EELV, la maire de Paris semble de plus en plus décidée à se lancer dans la course. Une initiati...

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Le départ du Royaume-Uni renforce le poids du moteur franco-allemand et devrait permettre à l'UE de sortir plus forte de la crise sanitaire estime Syl...

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Retour au multilatéralisme, changement de pied en matière de politique environnementale, priorité toujours accordée à la zone Asie-Pacifique au détrim...

Républicains : touchés mais pas coulés

Républicains : touchés mais pas coulés

Malgré la victoire de Joe Biden, tout n’est pas noir pour les républicains. Donald Trump laisse un héritage sur lequel son parti pourra bâtir des fond...

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

Journaliste et auteur, Alexandre Mendel a sillonné pendant plusieurs mois l’Amérique qui vote Trump. Il se penche sur l’avenir de l’ancien président e...

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte