Réchauffement climatique : notre santé sur le grill

Menace pour la biodiversité ou les populations du littoral, le réchauffement climatique est aussi une question de santé publique ! La hausse des températures accroît notre vulnérabilité aux maladies et aux épidémies. Alors que l’OMS chiffre entre 2 et 4 milliards de dollars d’ici 2030 le coût de l’inaction, les premières actions d’ampleur se font attendre.

Menace pour la biodiversité ou les populations du littoral, le réchauffement climatique est aussi une question de santé publique ! La hausse des températures accroît notre vulnérabilité aux maladies et aux épidémies. Alors que l’OMS chiffre entre 2 et 4 milliards de dollars d’ici 2030 le coût de l’inaction, les premières actions d’ampleur se font attendre.

 

Kvikkjokk, Makkaur, Rovanimi, ces villes de Scandinavie ont toutes un point commun, elles ont battu leur record de température, à l’été 2018, dépassant allègrement les 30°C. Cette énième manifestation du réchauffement climatique s’ajoute à une longue liste d'événements climatiques extraordinaires, à l’image des incendies qui ont ravagé le Canada en 2018 ou la disparition de pans entiers de la biodiversité. Moins visibles et moins étudiés, les effets du réchauffement soulèvent également d’immenses menaces pour la santé publique.

Le corps à l’épreuve des changements

Le simple réchauffement de l’atmosphère a déjà un impact sur notre santé. Entre 2000 et 2016, le nombre de victimes d’une vague de chaleur a atteint 175 millions de personnes dans le monde selon une étude de la revue médicale britannique The Lancet. En éprouvant les corps, le réchauffement aggrave notamment les insuffisances cardiaques. Et la concentration des pollens et autres aéroallergènes augmente notre vulnérabilité aux maladies respiratoires comme l'asthme. Or compte tenu de la hausse à venir des températures, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) prévoit une augmentation de +1,5°C entre 2031 et 2052. Si l’on n’agit pas, l’OMS s’attend à ce que le changement climatique entraîne près de 250 000 décès supplémentaires par an entre 2030 et 2050.

La hausse des températures ne se contentera pas seulement d’une progression de la mortalité. Elle entraînera également une détérioration de notre environnement. Car l’augmentation du mercure a un impact sur la qualité de l’air, de l’eau mais aussi sur notre système alimentaire, entraînant à leur tour des conséquences d'ordre sanitaire. Les périodes de transmission des épidémies seront par exemple allongées. L’OMC cite ainsi une possible extension des épidémies de paludisme ou de dengue dans le monde. Près de 2 milliards de personnes pourraient être exposées à la dengue d’ici 2080. La dégradation de l’air est aussi une importante menace, en provoquant une hausse des maladies cardio-vasculaires, de l’asthme et des maladies des voies respiratoires. Des chercheurs estiment qu’en 2017, 5,5 millions de personnes - l’équivalent de la population de la Norvège - sont déjà décédées prématurément des suites de maladies liées à la pollution.

"Si nous ne trouvons pas un moyen d'atténuer le changement climatique il y aura une forte augmentation des décès liés à la canicule."

Inégaux devant le réchauffement

Les conséquences du réchauffement climatique sur notre santé ne se feront pas ressentir de la même manière et avec la même intensité partout dans le monde. Ainsi les zones les plus exposées aux vagues de chaleur seront mécaniquement les plus touchées. "Si nous ne trouvons pas un moyen d'atténuer le changement climatique et d’aider les personnes à s'adapter aux vagues de chaleur, il y aura une forte augmentation des décès liés à la canicule, en particulier dans les pays pauvres situés autour de l'équateur", prévient le professeur Yuming Guo de la Monash University en Australie, et auteur d’une étude sur les vagues de chaleur liées au réchauffement climatique.

Un effet, moins souvent évoqué, menace encore ces populations défavorisées : la dégradation des rendements agricoles, liés au changement climatique. Plusieurs études ont montré que la concentration en CO2 dans l’atmosphère réduit significativement la productivité agricole, en amenuisant notamment les teneurs en fer et en zinc des plantes. Selon The Lancet, un degré de hausse des températures provoquerait une baisse de 6% des rendements du blé, et de 10% ceux du riz. Cet appauvrissement des plantes sera une catastrophe pour les populations dont il s’agit souvent de la principale source de revenu et/ou d’alimentation. À plus long terme, cette baisse pourrait engendrer une aggravation de la malnutrition et des épidémies chez ces populations.

Retour aux années1970

Si rien n’est entrepris en matière de santé publique, le monde pourrait faire un grand bond en arrière de 50 ans, rappelle l’étude de The Lancet. Avec un retour en arrière encore plus brutal pour les populations les moins favorisées, puisque l’OMS souligne que les pays qui possèdent des systèmes de santé développés seront les plus résistants face à la montée des risques sanitaires.

Afin de préserver notre santé, un effort collectif visant à réduire les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, s’impose. « L’accord de Paris », signé en 2015, projetait de tout faire pour maintenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C, par rapport aux niveaux préindustriels. Un objectif de 1,5°C apporterait même des gains importants en matière sanitaire. D’après Priyadarshi Shukla, coprésident du Groupe de travail III du GIEC, « la limitation du réchauffement planétaire à 1,5 °C et non à 2 °C minimiserait les effets, lourds de conséquences, sur les écosystèmes, la santé et le bien-être des populations ».

L’accord ayant été mis à mal par le premier pollueur du monde, les États-Unis, il est probable que les accords internationaux ne suffiront pas à réduire suffisamment les émissions de CO2 pour respecter le plafond de réduction de 1,5°C. Le monde doit désormais penser aux solutions d’adaptation à cette hausse des températures devenue, semble-t-il, inéluctable. Le Programme des Nations Unies pour le développement (le PNUD) et l’OMS testent ainsi depuis 2010 des programmes d’acclimatation au réchauffement spécifiquement centrés sur la santé.  Dans sept pays particulièrement vulnérables, la Barbade, le Bhoutan, la Chine, les îles Fidji, le Kenya, la Jordanie etl’Ouzbékistan, ces programmes améliorent les mécanismes d’alerte aux événements climatiques, et expérimentent des solutions de réduction des risques sanitaires. Des enseignements qui devraient aider les pays du monde entier à trouver des solutions face au dérèglement climatique.

Laura Breut (@laurabreut)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Game of Thrones, money is coming

Game of Thrones, money is coming

Après huit saisons, la série Game of Thrones s’achèvera le 19 mai prochain. Phénomène culturel et de société, la série est aussi un monstre économique...

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Coface met à la disposition de ses clients une analyse des risques pour les aider à prendre les bonnes décisions et à prévenir les risques de crédit....

Lancement officiel du Cercle « Talent Management & Formation »

Lancement officiel du Cercle « Talent Management & Formation »

Plus de trente directeurs des ressources humaines et directeurs spécialisés RH se sont retrouvés mardi 16 avril au Ritz pour le lancement du Cercle «...

Les échéances importantes du CSE sont à la fois 2019 et 2027

Les échéances importantes du CSE sont à la fois 2019 et 2027

Cofondateur de Lusis, cabinet d’avocats spécialisé en droit social, Frédéric Leclercq invite les entreprises à se saisir des opportunités créées par...

Alexandre Poupard arrive chez Mayer Brown

Alexandre Poupard arrive chez Mayer Brown

Nouvelle recrue chez Mayer Brown : Alexandre Poupard intègre le département immobilier en qualité d’associé. Il arrive, accompagné de son équipe.

Affaire Fillon : le juge Serge Tournaire, la force de l’ombre

Affaire Fillon : le juge Serge Tournaire, la force de l’ombre

Serge Tournaire est en charge de l'instruction du dossier visant François Fillon. Alors que l'ancien premier ministre et Pénélope Fillon sont renvoyés...

Transformation managériale : les RH en première ligne

Transformation managériale : les RH en première ligne

Il ne se passe pas une année sans qu’une nouvelle tendance liée au management ne fasse son apparition. Ce besoin de faire évoluer les modes de managem...

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Un incendie ravageait en avril 2019 une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dépourvue d’assurance, la charge de la reconstruction reviendra à...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message