Rapport du Giec : le climat ou la guerre totale

Rapport du Giec : le climat ou la guerre totale

Le dernier rapport du Giec a fait l’effet d’une bombe, dont l’onde de choc a été diluée dans celles qui ébranlent actuellement l’Ukraine. "Nous sommes en guerre", disait-on face à la pandémie, dit-on aujourd’hui devant la Russie. Le Giec nous dit qu’au regard de la menace climatique, ces défis aussi majeurs soient-ils, sont à classer au rang de simples escarmouches.

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, pose le décor : "J’ai vu de nombreux rapports scientifiques dans ma vie, mais rien de comparable à celui-ci. Près de la moitié de l’humanité vit dans la zone de danger – maintenant. De nombreux écosystèmes ont atteint le point de non-retour – maintenant. Les faits sont indéniables." Nous ne pouvons plus regarder ailleurs, ce sont bien les fondements mêmes de la civilisation humaine dans son ensemble qui sont menacés, avec un risque concret d’effondrements en cascade. En clair : au-delà de +2°C, c’est notre capacité même à nous adapter au changement climatique qui sera compromise. "Tout délai supplémentaire dans l’atténuation ou l’adaptation compromet l’avenir", avertissent les experts du Giec.

Repli stratégique… ou Bérézina

Ainsi, à bien des égards, la partie est déjà perdue. Des espèces et des écosystèmes entiers disparaîtront, des villes côtières seront englouties sous les eaux, des centaines de millions de personnes seront déplacées, les sécheresses et événements climatiques extrêmes vont augmenter et avec eux la famine qui découlera de leur impact sur l’agriculture mondiale. Mais le repli stratégique est encore possible, la bérézina encore évitable. Car si, selon le Giec, 800 millions à 3 milliards de personnes subiront des pénuries d’eau chronique dans un scénario à +2°C, ce chiffre monte à 4 milliards si l’on atteint les +4°C. De la même manière, le risque d’extinction des espèces est 10 fois plus élevé dans un monde à +3°C, que dans l’objectif des 1,5°C fixé par l’Accord de Paris. Bref, nous y laisserons des plumes mais il est encore temps de sauver les meubles.

Enclencher un cercle vertueux

"En investissant dans l'adaptation maintenant, le monde évitera des investissements plus importants à l'avenir. De plus, l'adaptation peut générer de multiples avantages : assurer la productivité de la pêche, de l'agriculture et des entreprises, favoriser l'innovation, la santé et le bien-être, renforcer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations, et reconstruire et renforcer la nature, tout en réduisant les risques et les dommages climatiques", relèvent notamment les experts du Giec. "Les écosystèmes en bonne santé sont plus résilients au changement climatique et procurent des services vitaux comme la nourriture et l’eau potable", abonde Hans-Otto Pörtner, coprésident du Groupe de travail II du GIEC. "En restaurant les écosystèmes dégradés et en préservant efficacement et équitablement 30 à 50 % des habitats terrestres, océaniques et d’eau douce, la société profitera de la capacité qu’a la nature d’absorber et de stocker le carbone et nous accéderons plus vite à un développement durable, mais la volonté politique et un financement adéquat sont essentiels."

Guerre commune et totale

Le temps n’est plus aux demi-mesures, à repousser les choix difficiles à demain. Face à cette menace existentielle pour l’humanité dans son ensemble, c’est bien toutes les ressources, toutes les énergies, dans tous les secteurs d’activité et régions du monde qui doivent se tourner vers la transition écologique de nos modes de vie. "Notre évaluation montre clairement que, pour relever ces différents défis, tout le monde – gouvernements, secteur privé, société civile – doit œuvrer de concert et en priorité à la réduction des risques, de même qu’à l’équité et à la justice, dans le processus décisionnel et l’investissement. Cela permettra de concilier des intérêts, des valeurs et des visions du monde qui divergent. Les solutions seront plus efficaces si elles allient les connaissances scientifiques, les compétences technologiques et les savoirs autochtones et locaux", assure Debra Roberts, coprésidente du Groupe de travail II du GIEC.

Révolution copernicienne

Impossible ? On disait l’Europe faible, divisée, incapable de prendre des décisions fortes, unanimes, coordonnées. En quelques jours et face à la menace perçue comme existentielle que représentait l’invasion russe de l’Ukraine, elle a su se révéler puissance économique, politique, militaire et souveraine, enclenchant une véritable révolution copernicienne.

Preuve qu'au bord du gouffre, l’humanité peut mobiliser des sources de résilience insoupçonnées. Avec un pied et demi dans l'abîme, il s'agirait de ne plus trop tarder à se réveiller. 

Antoine Morlighem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message