Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

C’était officieux, c’est désormais officiel : Rachida Dati sera la candidate LR à la mairie de Paris. Le plus dur commence pour la maire du VIIe arrondissement.

C’était officieux, c’est désormais officiel : Rachida Dati sera la candidate LR à la mairie de Paris. Le plus dur commence pour la maire du VIIe arrondissement.

Le 6 octobre, LR a tranché: c’est Rachida Dati qui tentera de déloger Anne Hidalgo de son siège de maire de Paris. Elle a été préféré à Marie-Claire Carrère-Gée. Le maire du VIe arrondissement Jean-Pierre Lecoq a retiré sa candidature mi-octobre pour dénoncer « un choix déjà arrêté dès cet été ». Un choix par défaut pour certains, une candidature évidente pour d’autres. Et une ligne politique offensive.

Limiter la casse

À l’heure où les élus de droite en lice pour les municipales cherchent à masquer leur étiquette ou à passer des alliances, notamment avec LREM, il semblerait que la stratégie de Rachida Dati soit différente. L’ancienne ministre de la Justice revendique l’appartenance à son parti et insiste pour que celui-ci présente des candidatures autonomes dans chaque arrondissement.

À l'heure où les candidats masquent leurs étiquettes, Rachida Dati revendique l'appartenance à son parti

Un choix osé dans la mesure où LR recueille de moins en moins de voix dans la capitale. Ainsi, lors de l’élection présidentielle, François Fillon a été largement devancé par Emmanuel Macron. Aux élections européennes, François-Xavier Bellamy n’a recueilli que 10,2% des suffrages, tandis-que la liste macroniste écrasait la concurrence dans les quartiers de l’ouest parisien, bastions de LR (avec notamment 48% dans le VIIe arrondissement, fief de Rachida Dati).

Pour LR, l’enjeu principal sera de « limiter la casse » et de garder certaines mairies d’arrondissement. Selon les premières estimations, la victoire de la liste Dati semble improbable et réaliser un score similaire à celui des municipales de 2014 (35% pour Nathalie Kosciusko-Morizet) s’avérera difficile. Rachida Dati est pourtant prête à relever le défi. Ce qui suppose de rassembler au-delà de son propre camp.

Éparpillement ?

C’est donc logiquement que la première prise de parole de la candidate a pris la forme d’un appel à «une dynamique large de rassemblement comme nous avons su le faire à Paris du temps de Jacques Chirac ». Il lui faudra pour cela gommer une image clivante « d’ultra sarkozyste ». Son équipe de campagne prépare une alliance avec Libres, le mouvement de Valérie Pécresse. Celui-ci a investi Pierre Liscia comme tête de liste dans la capitale. Un candidat qui revendique « une proximité politique avec Rachida Dati » et qui « souhaite créer une relation de partenariat, un accord avec les Républicains ». En revanche, le député "Agir la droite constructive" Pierre-Yves Bournazel devrait garder son indépendance.

Autre chantier : rassembler dans son propre camp. Ainsi, le maire du Vie arrondissement Jean-Pierre Lecoq a marqué son désaccord avec Rachida Dati arguant que « des listes purement LR dans tous les arrondissements, c’est la défaite assurée à Paris ». L’équipe de campagne de Rachida Dati devra donc faire preuve de diplomatie pour éviter les défections telles que celles de Florence Berthout maire LR du Ve arrondissement de Paris qui a quitté le parti en juin,ou, Delphine Bürkli maire du IXe, qui fait désormais campagne sous les couleurs de Benjamin Griveaux, candidat LREM.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

L’édition 2019 du Forum pour la paix rebat les cartes de l’ordre international : quelles modalités de coopération économique sont-elles possibles entr...

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Présidents ou ministres ne rechignent pas à poser aux côtés d’animaux de toutes sortes. Réel amour ou stratégie de communication bien ficelée ? Il sem...

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Un Françoise Sagan surprenant, le dernier Stiglitz, une enquête sur le système Amazon, un roman historique et un livre politique. Voici les ouvrages q...

Rencontre avec Leïla Slimani

Rencontre avec Leïla Slimani

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Leïla Slimani a toujours été réfractaire aux injonctions. Celles des adultes, d’abord, celles de la société ensui...

Trump, la menace de la destitution

Trump, la menace de la destitution

Improbable il y a encore quelques mois, le scénario d’une possible condamnation d’impeachment elle-même susceptible de déboucher sur une procédure de...

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Considéré comme hors-norme en raison de l’ancienneté des faits et du nombre de victimes supposées, le procès du Mediator l’est également par ce qu’il...

Extrême droite et Russie, les affinités électives

Extrême droite et Russie, les affinités électives

En soutenant ouvertement la droite populiste du Vieux Continent, Vladimir Poutine agit dans l’intérêt de la Russie. De quoi trembler ? Pas vraiment pu...

Brexit : accord conclu ?

Brexit : accord conclu ?

La nouvelle fait l'effet d'une bombe. En fin de matinée Jean-Claude Juncker a annoncé qu'un accord sur le Brexit aurait été trouvé. Reste à l'adopter.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message