R.Gomez (Groupe Proman) : "Il vaut mieux valoriser la capacité d'adaptation que de tout réinventer"

Le secteur du travail temporaire est bousculé par la crise. Roland Gomez, directeur général du Groupe Proman revient sur cette période inédite et sur la façon dont le groupe s'est adapté...

Le secteur du travail temporaire est bousculé par la crise. Roland Gomez, directeur général du Groupe Proman revient sur cette période inédite et sur la façon dont le groupe s'est adapté...

Décideurs. Comment le groupe Proman traverse-t-il la crise sanitaire ?

Roland Gomez. Nous avions démarré l’année de belle manière avant le premier confinement, qui a été d’une rare brutalité. Proman a reculé de 75-80% sur la première semaine alors que nous étions en plein démarrage d’activité et préparation de la saison. Ça a été un choc économique mais aussi psychologique. Je crois qu’on s’en est plutôt bien sortis humainement et économiquement, en restant très proches de nos collaborateurs intérimaires et de nos clients.

Cette crise tient un peu lieu de « crash test », non ?

Oui, absolument. Surtout dans la manière de garder le lien avec les collaborateurs et les clients. Chaque fois que nous prenions une décision, nous nous disions « on va faire de notre mieux ». Nous avons privilégié la gestion en bon père de famille, le bon sens, et avons envoyé des messages lucides mais optimistes. Proman est une entreprise familiale, à 100% indépendante. Elle n’a pas de compte à rendre à qui que ce soit et dans une crise comme celle que nous traversons, cela prend tout son sens. Et cela a fonctionné d’ailleurs. Je n’aime pas forcément me comparer aux autres acteurs de l’intérim car nous sommes très différents, mais sur notre marché de référence, les performances en cette année particulière sont une grande source de fierté.

Considérez-vous que le secteur de l’intérim détient une responsabilité sociale particulière ?

Une entreprise de travail temporaire est par nature au cœur de la cité. Elle a une empreinte dans la vie des entreprises bien sûr, mais aussi dans les clubs de sport, dans les municipalités… Elle a un rôle social essentiel, elle forme les collaborateurs, elle « fait le job ». Elle se doit d’être une entreprise citoyenne.

Que vous inspirent les réflexions sur le monde du travail « d’après » la crise sanitaire ?

Je me méfie de cette notion de « monde d’après »…Depuis un an, on entend qu’il faut se renouveler, se remettre en question. Certains sont allés jusqu’à parler de renaissance. De mon point de vue, chez Proman nous avons surtout visé l’agilité. Je préfère valoriser cette faculté d’adaptation que dire qu’il faut tout réinventer. Il n’y a rien à révolutionner, et je n’ai pas non plus de feuille de route toute tracée pour les mois à venir. Il vaut mieux s’efforcer de rester lucide mois après mois, trimestre après trimestre. Et de s’adapter.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Consacrée au droit du travail et au droit de la protection sociale, la structure propose à ses clients une approche transversale et pluridisciplinaire...

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entrepri...

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bie...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte