R.Gomez (Groupe Proman) : "Il vaut mieux valoriser la capacité d'adaptation que de tout réinventer"

Le secteur du travail temporaire est bousculé par la crise. Roland Gomez, directeur général du Groupe Proman revient sur cette période inédite et sur la façon dont le groupe s'est adapté...

Le secteur du travail temporaire est bousculé par la crise. Roland Gomez, directeur général du Groupe Proman revient sur cette période inédite et sur la façon dont le groupe s'est adapté...

Décideurs. Comment le groupe Proman traverse-t-il la crise sanitaire ?

Roland Gomez. Nous avions démarré l’année de belle manière avant le premier confinement, qui a été d’une rare brutalité. Proman a reculé de 75-80% sur la première semaine alors que nous étions en plein démarrage d’activité et préparation de la saison. Ça a été un choc économique mais aussi psychologique. Je crois qu’on s’en est plutôt bien sortis humainement et économiquement, en restant très proches de nos collaborateurs intérimaires et de nos clients.

Cette crise tient un peu lieu de « crash test », non ?

Oui, absolument. Surtout dans la manière de garder le lien avec les collaborateurs et les clients. Chaque fois que nous prenions une décision, nous nous disions « on va faire de notre mieux ». Nous avons privilégié la gestion en bon père de famille, le bon sens, et avons envoyé des messages lucides mais optimistes. Proman est une entreprise familiale, à 100% indépendante. Elle n’a pas de compte à rendre à qui que ce soit et dans une crise comme celle que nous traversons, cela prend tout son sens. Et cela a fonctionné d’ailleurs. Je n’aime pas forcément me comparer aux autres acteurs de l’intérim car nous sommes très différents, mais sur notre marché de référence, les performances en cette année particulière sont une grande source de fierté.

Considérez-vous que le secteur de l’intérim détient une responsabilité sociale particulière ?

Une entreprise de travail temporaire est par nature au cœur de la cité. Elle a une empreinte dans la vie des entreprises bien sûr, mais aussi dans les clubs de sport, dans les municipalités… Elle a un rôle social essentiel, elle forme les collaborateurs, elle « fait le job ». Elle se doit d’être une entreprise citoyenne.

Que vous inspirent les réflexions sur le monde du travail « d’après » la crise sanitaire ?

Je me méfie de cette notion de « monde d’après »…Depuis un an, on entend qu’il faut se renouveler, se remettre en question. Certains sont allés jusqu’à parler de renaissance. De mon point de vue, chez Proman nous avons surtout visé l’agilité. Je préfère valoriser cette faculté d’adaptation que dire qu’il faut tout réinventer. Il n’y a rien à révolutionner, et je n’ai pas non plus de feuille de route toute tracée pour les mois à venir. Il vaut mieux s’efforcer de rester lucide mois après mois, trimestre après trimestre. Et de s’adapter.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

Experte en digitalisation des entreprises, l’entreprise Fujitsu a durant la crise repensé la collaboration au sein de ses équipes. Benjamin Revcolevsc...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est toujours une bonne recette"

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est t...

À l’heure où l'univers du SIRH se trouve en pleine mutation, la nécessité d'innover et de proposer des solutions toujours plus performantes est une év...

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

La crise sanitaire a mobilisé nombre d’avocats, cabinets de conseil et directeurs juridiques autour du télétravail. La pandémie a sans commune mesure...

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

Présidente du cabinet de conseil BearingPoint pour la France, Axelle Paquer veut promouvoir l’égalité femmes-hommes. Elle revient, pour Décideurs Maga...

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Rentrée, retour sur site, modèle hybride : la crise a mis à mal la santé mentale des collaborateurs. Alors que l’activité reprend son cours, une vigil...

V. Lecerf  (groupe Imerys) :  "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateur de tendance"

V. Lecerf (groupe Imerys) : "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateu...

Leader mondial dans la production et la transformation des minéraux industriels, Imerys est implanté sur cinq continents et génère un chiffre d’affair...

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

Les Petits Chaperons Rouges (groupe Grandir) gère en France 450 crèches et près de 1400 crèches partenaires. Détenant la première place des crèches pr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte