R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein des acteurs immobiliers"

Conseil dédié aux utilisateurs, Bluebird Immobilier est particulièrement sollicité par ses clients en cette période. Raphaële Garrigoux, associée fondatrice, partage avec Décideurs sa lecture du marché.
Raphaële Garrigoux

Conseil dédié aux utilisateurs, Bluebird Immobilier est particulièrement sollicité par ses clients en cette période. Raphaële Garrigoux, associée fondatrice, partage avec Décideurs sa lecture du marché.

Décideurs. La solidarité est le leitmotiv des professionnels de la fabrique de la ville depuis le début du confinement. Comment cela se matérialise chez Bluebird Immobilier ?

Raphaële Garrigoux. L’interne a constitué notre première préoccupation. Dès l’annonce par le gouvernement de la fermeture des écoles, nous avons proposé le télé-travail à nos collaborateurs. Puis nous l’avons systématisé quand le confinement a été décidé. Nous avons l’habitude de recourir au télé-travail, son déploiement a donc été simple. Nous avons porté une attention particulière à nos collaborateurs juniors qui vivent dans des espaces souvent exigus. Ils ont tous été autorisés à rejoindre des habitations plus confortables et spacieuses hors de Paris. Nous avons aussi pris le parti de ne rien imposer à personne. Nous n’avons pas recours au chômage partiel sur nos activités de conseil et ne demandons pas à nos collaborateurs de poser des jours de congés car notre activité reste soutenue. Bluebird Immobilier étant un conseil dédié aux utilisateurs, nos clients ont encore plus besoin de nous en période de crise pour leur permettre de continuer à avancer. Beaucoup sont revenus vers nous pour savoir s’ils pouvaient passer à un paiement mensuel, geler les loyers, négocier des franchises… Nous avons étudié ces sujets avec des cabinets d’avocats et recommandons à nos clients la prudence car les mesures prises dans l’urgence ne sont pas les meilleures et engager un contentieux n’est pas judicieux sur le long terme. En parallèle, nous aidons des acteurs à saisir des opportunités sur des actifs pour lesquels les bailleurs sont prêts à faire des efforts en cette période de crise sanitaire. Nous avons même proposé à certains utilisateurs de mener ces missions à risque, c’est-à-dire sans contrat validé, pour faciliter leur prise de décision et leur permettre de ne pas boquer leur processus.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement dans cette situation de crise sanitaire ?

Nous avons trouvé l’action du gouvernement claire et rapide. Nous avons vite pu déclencher les arrêts de travail ponctuels liés à la garde des enfants de moins de 16 ans quand cela était indispensable, déclencher des congés par anticipation pour ceux qui le souhaitaient, payer nos collaborateurs dans les délais habituels…

Quelles sont vos propositions pour solutionner les problèmes immobiliers posés par cette situation de confinement ?

L’accès aux immeubles constitue notre principal problème. Nous avions quelques missions en phase de visites qui ont été arrêtées pour cette raison. Les agents et les propriétaires ne sont pas suffisamment structurés pour offrir une alternative dans cette situation de confinement. Le recours aux visites virtuelles et aux présentations interactives permettrait de pallier en grande partie à ce problème.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie et les grands principes de fonctionnement du secteur immobilier ?

Nous étions au bord de l’éclatement d’une bulle au niveau du marché de bureaux avec des valeurs locatives élevées, des taux de rendement très bas… Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein des acteurs immobiliers et, par extension, chez les utilisateurs qui se retrouvaient à devoir prendre des décisions en quelques heures ces derniers mois. Concernant l’après-crise, je n’anticipe pas de grands changements au niveau des principes de fonctionnement du marché immobilier. Les structures qui s’en sortiront le mieux seront les plus agiles. C’est un des enseignements que nous avons tiré de la crise de 2008 et qui nous a conduit à garder une taille humaine chez Bluebird Immobilier et une disponibilité totale aux côtés de nos clients.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire P. Colomer : "Je travaille sur un moyen de quantifier la baisse des valeurs locatives à partir des flux de personnes" C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société"
La veille urbaine du 22 mai 2020

La veille urbaine du 22 mai 2020

Les déménagements et visites immobilières désormais autorisés en dehors de son département et à plus de 100km de sa résidence, Damien Nerkowski nommé...

La veille urbaine du 20 mai 2020

La veille urbaine du 20 mai 2020

Les AG de copropriété qui pourront se tenir de manière dématérialisée, l'usage du vélo en forte hausse, le lancement du fonds M Capital en France, Mey...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entreprise"

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entrep...

Alors que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont au cœur de l’attention, Gilles Allard, président de l’Association des directeurs imm...

La veille urbaine du 19 mai 2020

La veille urbaine du 19 mai 2020

Le CNCC, Procos et l’Alliance du commerce qui demandent la réouverture des centres de plus de 40 000 m², Beaugrenelle autorisé à ouvrir, Panhard qui r...

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

La Justice donne du poids aux revendications des partisans de la réouverture des grands centres

Le centre commercial Beaugrenelle a obtenu du Tribunal administratif de Paris la suspension immédiate de l’arrêté de fermeture dont il faisait l’objet...

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Régulation des activités économiques : la protection du climat devient centrale

Huit autorités administratives ou publiques indépendantes profitent de cette période inédite de crise sanitaire pour faire évoluer leurs actions en fa...

N. Charles (ULI France) : "Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise sanitaire"

N. Charles (ULI France) : "Des fondamentaux comme la mixité vont sortir renforcés de cette crise san...

Alors que chacun s’interroge sur les conséquences de la crise sanitaire et du confinement sur la fabrique de la ville, Nathalie Charles, présidente d’...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message