Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Le presque candidat se rêve en représentant de la jeunesse et des catégories populaires. Pour le moment, son électorat est plutôt âgé, masculin et aisé. Une menace pour Marine Le Pen, un péril mortel pour LR.

Le presque candidat se rêve en représentant de la jeunesse et des catégories populaires. Pour le moment, son électorat est plutôt âgé, masculin et aisé. Une menace pour Marine Le Pen, un péril mortel pour LR.

Branle-bas de combat ! Selon un sondage publié par Harris Interactive pour Challenges le 6 octobre, Éric Zemmour, qui n’est pas officiellement candidat, pourrait se qualifier au second tour de la prochaine présidentielle. Dans le détail, il obtiendrait 17% des suffrages, loin derrière Emmanuel Macron (24%). Mais le polémiste devancerait de 2 points Marine Le Pen et de 4 points Xavier Bertrand, le mieux placé des LR. Sur les réseaux sociaux, les partisans d’Éric Zemmour ont aussitôt lancé une campagne de communication digitale vantant les mérites d’un "candidat du peuple" qui parle à la jeunesse et aux classes populaires. Vraiment ?

Electorat masculin

Quelles sont les caractéristiques de l’actuel électorat d’Éric Zemmour ? Le sondage Harris Interactive apporte quelques précieux éléments de réponse. Premier enseignement, le vote Zemmour est masculin (21%) plus que féminin (13%). Un écart probablement explicable par certains propos sexistes et machistes tenus par le polémiste pour qui, notamment, "les femmes ont une forme d’intelligence différente de celle des hommes ou n’incarnent pas le pouvoir". Éric Zemmour a également considéré que menotter DSK symbolise la "castration de tous les hommes français". Malgré ces sorties, soulignons toutefois que chez les femmes, il est estimé au même niveau que Xavier Bertrand. Mais il est loin derrière Marine Le Pen (17%).

Éric Zemmour ? "OK boomer"

En termes d’âge, Éric Zemmour s’inscrit dans la continuité de la droite classique. Pour dire les choses crûment, plus l’on vieillit, plus l’on vote Zemmour. Dans toutes les catégories mesurées, c’est chez les 18-24 ans que le polémiste est le plus bas : 9%. Chez les 25-34 ans, il fait seulement un point de mieux, soit bien en deçà de sa moyenne globale. En revanche, il culmine à 20% chez les 50-64 ans et chez les 65 ans et plus. En cela, il se démarque de Marine Le Pen qui est structurellement très faible chez les seniors (6% chez les plus de 65 ans) mais qui est (à égalité avec Jean-Luc Mélenchon) la meilleure chez les 25-34 ans (22%).

Pas vraiment le candidat du peuple

Selon l’étude Harris Interactive, Éric Zemmour est à 18% dans les milieux aisés soit 4 points de plus que dans les catégories populaires. Le baromètre Ifop confirme également que le vote Zemmour est pour le moment un vote plutôt "bourgeois" et "instruit". En somme, un vote réactionnaire plus que populiste. Le baromètre place l’ancien journaliste du Figaro à 12% au niveau national. Mais chez les diplômés du supérieur, il est à 16% contre 7% chez les non-diplômés. Il obtiendrait également 17% dans l’agglomération parisienne mais 7% dans les zones rurales.

En somme, si Éric Zemmour chasse sur les terres de l’extrême droite, il est avant tout un danger pour LR. Le portrait-robot du "zemmouriste" est plutôt un homme âgé, aisé, urbain et instruit. Soit le prototype de l’électeur de droite classique qui aurait pu voter François Fillon en 2017. Désormais, il semble lorgner vers un autre type d’offre politique. Ajoutons que 75% des électeurs de Zemmour se déclarent sûrs de leur choix contre seulement 56% pour Xavier Bertrand qui pourrait ne plus incarner le vote utile. Le scénario catastrophe pour le président de la région Hauts de France.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

La guerre en Ukraine oblige Moscou à se tourner vers Pékin. Un choix contrait qui pourrait pénaliser la Russie à moyen-terme

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Renouer avec les enseignants, relever le niveau des élèves, promouvoir l’enseignement républicain… Plusieurs chantiers majeurs attendent le nouveau mi...

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

L’accord noué avec LFI crée plus de remous que prévu au parti socialiste qui subit une fronde venue en grande partie du Sud-Ouest. La vieille maison n...

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Nommé ministre délégué au Budget, le trentenaire hérite d'un poste qui sert de tremplin.

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Peu connue du grand public, la nouvelle ministre des Affaires étrangères est pourtant l’une des diplomates les plus chevronnées de l’Hexagone. La chir...

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message