Qui seront les licornes européennes de demain ?

Qui seront les licornes européennes de demain ?

La publication du top 100 annuel des potentielles futures licornes européennes réalisé par la banque d’affaires GP Bullhound et Viva Tech, l’événement phare de l’écosystème tech en Europe, révèle ce qu’il faut comprendre pour identifier les scale-up de demain.

Si l’on en croit le Top 100, la scale-up du futur aurait plus de probabilité d’être britannique, de proposer une solution de SaaS – un logiciel applicatif hébergé sur le cloud – et de lever en moyenne 112 millions d’euros pour inscrire son nom dans la liste des entreprises valorisées à plus de 1 milliard. Et pourtant, pour Joy Sioufi, partner chez GP Bullhound, là n’est pas le secret pour devenir une licorne : "Les prochaines scale-up seront celles qui auront un réseau solide, il faut pouvoir s’appuyer sur un conseil d’administration impliqué, qui comprend l’ADN de l’entreprise, et c’est évidemment une question de maturité, car il faut une dizaine d’années pour changer d’échelle. Enfin, pour devenir un acteur incontournable, il faut aussi répondre à un besoin et à des problématiques dans l’air du temps, Ecovadis, qui apparaît dans le Top 100, s’est positionné en leader sur l’évaluation des performances RSE ; c’est sur cet aspect inédit qu’il faut capitaliser par sur un secteur".

Une analyse qui fait écho à l'actualité de l’écosystème des licornes: Doctolib, la start-up créé il y 9 ans, dont le service est devenu clé pendant la pandémie de Covid, a passé la barre des 5,8 milliards de valorisation la semaine dernière à la suite d’un tour de table de 500 millions d’euros réalisé exclusivement avec ses investisseurs historiques, Bpifrance, Eurazeo et General Atlantic.

"L’attente du milliard n’est pas la fin d’un cycle mais le début d’un nouveau"

Le piège de la valorisation

Si la capacité de dépasser le milliard de valorisation est le critère pour intégrer le Top 100 next Unicorns, et que les montants de valorisation records font la une, cela n’en fait pas le critère central pour devenir une des licornes européennes. Joy Sioufi précise : "Il ne faut pas accorder autant d’importance à la valorisation, certes elle est synonyme de plus de liquidité, de capitaux et donc de plus d’indépendance mais il faut avant tout un axe de croissance clair ; l’attente du milliard n’est pas la fin d’un cycle mais le début d’un nouveau".

Enfin, il faut aussi noter qu’en 2021 les valeurs des start-up à forte croissance ont doublé grâce au contexte très attractif des marchés pour les capitaux privés européens et américains qui ont flèché leurs investissements sur les valeurs tech, notamment sur le marché français. 

"La réussite tricolore s'explique par la prise en charge de la dynamisation de l'écosystème par l’État comme ce fut le cas au Royaume-Uni"

La France s’impose à la deuxième place du podium

Parmi les 14 pays présentés dans le classement, le Royaume-Uni est en tête avec 24 scale-up, suivi, pour la première fois, de la France avec 18 potentielles licornes, et 16 pour l’Allemagne. Un signal fort pour la maturité de l’écosystème français qui a dépassé l’objectif des "25 licornes en 2025" fixé par le président de la République en atteignant les 27 l début 2022. Parmi les futures élues françaises, citons Ecovadis, Brut, Luko ou encore Sendinblue.

Joy Sioufi explique cette réussite tricolore en insistant sur "la prise en charge de la dynamisation de l'écosystème par l’État comme ce fut le cas au Royaume-Uni. Un pays qui, en plus bénéficie de forts liens avec le marché américain, ce qui justifie sa première place". Ailleurs, sur le Vieux Continent, l’Italie ressort comme le marché en devenir, Scalapay étant devenue la première licorne du pays en 2022.

Pour ce top 100, il faudra suivre l’actualité dans les mois à venir. Les valorisations de plus en plus élevées sont le signal d’une attractivité constante pour ces entreprises à forte croissance, un bon point pour Joy Sioufi qui ajoute néanmoins que l’on assiste à une correction naturelle des valeurs tech depuis le début de l’année. Enfin, si certaines entrées en Bourse seront décalées en raison du contexte incertain dû au conflit, le marché de l’investissement dans les sociétés tech privées resterait une valeur refuge. 

Céline Toni

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message