Qui secoue les marchés ?

Selon le porte-parole de la gestion chez DNCA, Igor de Maack, un certain nombre de faits viennent animer actuellement l’état des marchés.

© DR

Selon le porte-parole de la gestion chez DNCA, Igor de Maack, un certain nombre de faits viennent animer actuellement l’état des marchés.

Bien que le résultat final des élections italiennes était anticipé par les sondages, une inconnue subsistait quant à la gouvernance qui serait mise en place par la suite. Néanmoins, cette incertitude n’a visiblement pas été néfaste. Les élections n’ont pas eu pour corollaire un apport de volatilité comme le marché aurait pu le croire. De plus, la situation économique actuelle de l’Italie n’est en rien semblable à la crise qu’elle a pu connaître en 2011 (les excédents commerciaux sont positifs et la croissance est revue en hausse) ce qui pourrait expliquer l’absence de contrecoup. Finalement, le manque de stabilité et l’impossible coalition des partis gagnants laissent penser que l’élection italienne n’a eu pour effet que la démission du secrétaire du parti démocrate Matteo Renzi.

Du coté de la BCE, l’annonce récente de la fixation définitive des montants de rachat d’actifs à 30 milliards d’euros mensuel, sans augmentation, permettait d’anticiper une fin ultérieure de cette politique. Ce régime prévu jusqu’en septembre 2018 n’empêche pas, selon DNCA, un prolongement de trois mois dépendant « essentiellement des titres obligataires disponibles ». La banque du Japon qui a également réalisé le même type d’opération connaît les mêmes contraintes. Ces éléments ont permis d’anticiper, selon le gérant, une hausse des taux dès 2019 sans savoir encore dans quel trimestre elle s’inscrira. À ce titre l’objectif d’indice de l’inflation à 2 %, ainsi que le niveau de la croissance économique en zone euro seront des indicateurs de choix.

Par ailleurs, l’actualité joue également son rôle. Le président Donald Trump a un impact significatif sur les marchés. L’annonce concernant les mesures protectionnistes en ont été la preuve concrète même si certaines exemptions sont mises en place, notamment pour les partenaires de l’ALENA. La potentielle entrevue entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un est également l’une des raisons pour lesquelles les marchés devront rester attentifs à la politique américaine.

Mardochée Heymann

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ces entreprises russes peu connues à très forte croissance

Ces entreprises russes peu connues à très forte croissance

Non, l’économie russe ne doit pas uniquement sa prospérité aux géants de l’énergie ou autres conglomérats industriels bâtis sur les ruines de l’URSS....

Warren Buffett : l'alchimiste

Warren Buffett : l'alchimiste

Maître à penser de nombreux gérants d’actifs, Warren Buffett a élaboré une méthodologie d’investissement d’une grande efficacité. À tel point qu’il es...

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Les fusions continuent dans le secteur de la gestion de patrimoine avec l’alliance entre la société de gestion de portefeuille Acer Finance et le cab...

P. Chabrol (Trésor) : "Treize fonds ont obtenu à date le nouveau label ISR immobilier"

P. Chabrol (Trésor) : "Treize fonds ont obtenu à date le nouveau label ISR immobilier"

Après deux ans de travail, le label ISR immobilier est entré en vigueur fin octobre 2020. Pierre Chabrol, chef du bureau épargne et marché financier à...

Un webinaire pour mettre en avant le rôle de la finance dans la politique RSE

Un webinaire pour mettre en avant le rôle de la finance dans la politique RSE

À l’occasion du webinaire "Engagement RSE et performance : le rôle de la direction financière", organisé par le cabinet PMP, Christophe Babule et Fran...

Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

De même que les marchés financiers ont subi de plein fouet la crise sanitaire, l’immobilier n’a pas été davantage épargné. Certains secteurs ont néanm...

Carrefour-Couche-Tard,  pas de sitôt

Carrefour-Couche-Tard, pas de sitôt

Bercy s’oppose au rapprochement entre Carrefour et le canadien Couche-Tard, brandissant l’argument de la sécurité alimentaire française. Un droit de v...

Quatre dispositifs non bancaires pour sauver son entreprise

Quatre dispositifs non bancaires pour sauver son entreprise

Alors que la fermeture des commerces dits non essentiels et le ralentissement de l’activité économique se ressentent dans les bilans financiers, la tr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte