Quentin Sannié (Devialet) : « La France est un paradis pour entrepreneurs »

P- DG de l’un des fleurons de la technologie française, Quentin Sannié ambitionne de devenir « le leader mondial du son » d’ici quelques années, grâce à sa vision singulière et sa « volonté permanente » de se différencier des autres acteurs du marché.

P- DG de l’un des fleurons de la technologie française, Quentin Sannié ambitionne de devenir « le leader mondial du son » d’ici quelques années, grâce à sa vision singulière et sa « volonté permanente » de se différencier des autres acteurs du marché.

Décideurs. Quels sont les ingrédients qui font le succès de Devialet ? 

Quentin Sannié. Je considère tout d’abord que, même si notre premier produit a vu le jour il y a maintenant sept ans, nous ne sommes qu’au début de notre projet. C’est néanmoins un début prometteur, car nous avons construit une base technologique unique au monde et avons une vision précise de ce que nous souhaitons faire : devenir le leader mondial du son et imposer notre technologie comme une référence dans tous les secteurs, grâce à notre savoir-faire. Celui-ci nous permet de délivrer un grand son avec des technologies plus petites (comme les smartphones).

Avoir une vision, le critère indispensable pour réussir selon vous ? 

Tout à fait. Dans notre secteur en tout cas, on ne peut se retrouver au sommet que si on l’a voulu. Il faut une volonté farouche et permanente de se différencier et vouloir bâtir une entreprise avec un projet singulier, dotée de ses propres règles et capable de construire son propre marché. Si nous nous organisons, produisons, levons de l’argent, d’une façon qui existe déjà, alors nous n’avons aucune chance de réussir.  

« Si nous nous organisons, produisons, levons de l’argent, d’une façon qui existe déjà, alors nous n’avons aucune chance de réussir. » 

Justement, quelle a été votre stratégie de financement ? 

Au départ, je discutais avec des fonds d’investissement. Ces derniers nous demandaient de résumer notre vision dans un business plan. Ce n’était pas adapté. Nous avons décidé de faire autrement en présentant notre projet global à des entrepreneurs. Je suis convaincu qu’ils sont les meilleurs investisseurs. En décembre 2016, nous avions levé au total 100 millions d’euros. Xavier Niel, Bernard Arnault, Jacques-Antoine Granjon et Marc Simoncini ont à eux quatre investi 42 millions d’euros dans notre entreprise. 

Serait-il, comme certains l’affirment, plus facile d’entreprendre aux États-Unis qu’en France ? 

Rien n’empêche une entreprise française de devenir un leader mondial. C’est vrai dans l’audio, mais c’est le cas dans n’importe quel domaine. Le principal problème français ? La barrière mentale. Pour ma part, j’ai créé une entreprise mondiale. Il se trouve que je la crée en France, mais aujourd’hui les technologies comme les marques sont globales. Je ne me suis jamais dit qu’il y avait un marché français et un marché à l’étranger, même s’il existe bien sûr des réalités réglementaires. La preuve : nous avons d’abord été reconnus à l’étranger. 

 « Le principal problème français ? La barrière mentale »

La France est donc propice à l’entrepreneuriat ? 

Mieux que ça, je crois qu’on vit dans un paradis pour entrepreneurs. La sécurité économique et juridique est loin d’être assurée partout dans le monde. Les crises financières qu’on a connues en France sont minimes comparé à ce que subissent d’autres pays. Il faut se rendre compte de notre chance, même si notre administration est perfectible et que nous avons des problèmes à résoudre. La situation est positive et les axes d’amélioration sont nombreux. Je pense que les Français s’en rendent compte. Sinon, ils n’auraient sinon pas choisi Emmanuel Macron comme Président. 

Vous l’avez d’ailleurs ouvertement soutenu lors de sa campagne, êtes-vous satisfait de ses premières décisions en tant que Président ? 

Je crois qu’il fait ce qu’il faut. Il porte un projet visant à libérer et à protéger. On sait qu’il est nécessaire de fluidifier le monde du travail, de faciliter à la fois l’embauche et le licenciement tout en protégeant les plus fragiles. La politique d’Emmanuel Macron est à mon sens équilibrée et modérée. 

 

Propos recueillis par @CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies de croissance : les secrets de la licorne

Ces sociétés non cotées et valorisées à plus d’un milliard de dollar ne représentent qu’une infime part des start-up. Sur les 60 000 jeunes pousses américaines créées au cours des dix dernières années, seulement 0,1 % sont devenues des licornes. Quels sont les ingrédients pour réussir ?
Sommaire Les licornes : entre mythe et réalité Licornes : sous le soleil des fonds Maïlys Ferrere (Bpifrance) : « On recense déjà 37 levées de plus de quinze millions d'eruos » Les États-Unis : passage obligé vers le statut de licorne ? Benoît Fouilland (Criteo) : « Être une licorne, c’est une conséquence, pas un but » La plate-forme, l'outil indispensable pour devenir une licorne Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice Jean-David Chamboredon (France Digitale) : « Aller là où les Américains ne sont pas » Quelles seront les futures licornes made in France ?
SmartRH BI et SmartCare,  les solutions de BI dédiées  aux Ressources Humaines

SmartRH BI et SmartCare, les solutions de BI dédiées aux Ressources Humaines

En 2015, 28 % des décideurs interrogés par Markess déclarent utiliser au moins une solution en mode SaaS dans les domaines du reporting social. En eff...

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Natacha Bouchart (Les Républicains) : « À Calais, nous devons écrire une nouvelle page »

Pleinement engagée pour sa ville, la maire de Calais veut définitivement tourner la page de la crise migratoire, afin de rendre au territoire son attr...

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

ESN : Idinvest au soutien de Blue Soft

Le spécialiste français du conseil en service numérique compte dépasser la barre de 100 M€ de revenus dès 2019.

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

Éolien en mer : coupes drastiques dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière dans les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation conce...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message