Quels enjeux pour les sénatoriales ?

Le 24 septembre, les grands électeurs sont appelés à renouveler la moitié du Sénat. L’arrivée de 170 nouveaux élus à la chambre haute aura-t-elle un impact sur la vie politique du pays ? Décryptage.

Le 24 septembre, les grands électeurs sont appelés à renouveler la moitié du Sénat. L’arrivée de 170 nouveaux élus à la chambre haute aura-t-elle un impact sur la vie politique du pays ? Décryptage.

C’est le dernier défis électoral de l’année pour Emmanuel Macron. Après avoir remporté la présidentielle, torpillé les législatives, bouleversé l’ordre établi par les partis « traditionnels », la République en marche espère remporter un maximum de sièges au palais du Luxembourg le 24 septembre prochain. L’objectif ? Se rapprocher de la majorité des trois cinquièmes du Congrès  ̶  soit 555 parlementaires. Un chiffre* qui permettrait au Président d’avoir les mains totalement libres pour mettre en oeuvre la révision constitutionnelle dont il aura besoin pour mener à bien le projet « pour la confiance dans notre vie démocratique », premier grand chantier de son quinquennat.

Pas de révolution de palais

Contrairement aux échéances électorales du printemps dernier, LREM aura cette fois plus de mal à tirer son épingle du jeu. D’abord parce que la cote de popularité d’Emmanuel Macron ne cesse de chuter depuis le début de l’été. Hausse de la CSG, coup de rabot sur les APL… La majorité multiplie les déclarations impopulaires. Ensuite, et surtout, parce que seuls les grands électeurs, élus pour la plupart en 2014 et 2015, alors que la droite avait le vent en poupe, sont appelés à voter. Les Républicains devraient ainsi conserver sans difficultés leur majorité à la chambre haute. « Avec le collège, nous sommes confrontés à la vieille politique », murmure-t-on dans les couloirs de LREM. « Il n’y aura pas de révolution de palais à Luxembourg », confirme Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement dans Paris Match. La majorité présidentielle – composée actuellement de vingt-neuf sénateurs – devrait néanmoins renforcer sensiblement ses rangs. La droite, comme la gauche, espèrent de leurs côtés conserver un maximum de sièges. Leur dernière chance de peser dans le débat public avant 2019, date des prochaines élections européennes.

@CapucineCoquand

* L’article 89 de la Constitution prévoit qu’un projet de révision constitutionnelle ne peut être approuvé que s’il réunit la majorité des trois cinquièmes du parlement réuni en Congrès.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Retour au multilatéralisme, changement de pied en matière de politique environnementale, priorité toujours accordée à la zone Asie-Pacifique au détrim...

Républicains : touchés mais pas coulés

Républicains : touchés mais pas coulés

Malgré la victoire de Joe Biden, tout n’est pas noir pour les républicains. Donald Trump laisse un héritage sur lequel son parti pourra bâtir des fond...

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

Journaliste et auteur, Alexandre Mendel a sillonné pendant plusieurs mois l’Amérique qui vote Trump. Il se penche sur l’avenir de l’ancien président e...

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Edito. Échec et maths

Edito. Échec et maths

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte