Quel avenir pour l’assurance-vie ?

Les taux bas remettent en cause le fonctionnement du placement préféré des Français. Pour rester compétitif, les assureurs ont su s’adapter en proposant des solutions sur mesure. La future hausse des taux, annoncée pour 2017, leur permettrait de retrouver leurs marges. À moins que la loi Sapin 2 n'effraie les épargnants.

Les taux bas remettent en cause le fonctionnement du placement préféré des Français. Pour rester compétitif, les assureurs ont su s’adapter en proposant des solutions sur mesure. La future hausse des taux, annoncée pour 2017, leur permettrait de retrouver leurs marges. À moins que la loi Sapin 2 n'effraie les épargnants.

Lancée en 1818, l’assurance-vie continuent de séduire. Selon un sondage réalisé par Odoxa-LinXea pour Le Parisien, 57 % des Français ont déjà souscrit à ce genre de placement. C’est même leur placement préféré puisqu’ils sont 43 % à le plébisciter, loin devant le livret A (27 %) et le PEL (22 %). À la question, « pour quelle raison principale avez-vous une assurance-vie ? », les participants ont répondu à 36 % pour « mettre de l'argent de côté en cas de coup dur », à 25 % pour « préparer sa retraite », à 19 % « pour préparer ma succession » et, seulement, à 18 % « pour disposer d'un placement rentable ». Une hiérarchie étonnante au vue des performances affichées par ce placement.

 

2,3 % de rendement en 2015

 

En 2015, le rendement moyen de ces contrats investis sur des fonds en euros s'élevait, d'après la Fédération française de l'assurance (FFA), à 2,30 %, frais de gestion déduits. Si l'on en retire encore les prélèvements sociaux (15,5 % depuis 2012) et une inflation de 0,2 % en 2015, l'assurance-vie a rapporté en moyenne 1,7 % d'intérêts l'an dernier. Bien mieux que le livret A et le PEL et aussi bien et beaucoup moins risqué que les placements en action.  

 

Mais les taux bas pourraient bien mettre fin à ces performances. En octobre, les taux à court terme s’établissaient à - 0,4 %, une première. Les fonds euros, qui promettent aux clients un taux garanti tout en le complétant le cas échéant par une prime au titre de la participation aux bénéfices, sont particulièrement touchés. Pour le moment, les assureurs se servent de leur réserve pour garantir des taux corrects. Mais pour combien de temps ? Aujourd’hui, avec son rendement, son capital garanti et ses avantages fiscaux, le contrat en euros est un produit rare, voire de luxe.

 

Résultat, de nombreuses sociétés arrêtent de commercialiser ces produits ou les réservent à leurs meilleurs clients. D'autres préfèrent baisser leur rémunération. Alors que le taux garanti pouvait s’élever à 3 % ou 4 %, celui-ci est désormais très souvent nul. Certains n’arrivent même plus à garantir le capital. Comment en est-on arrivé là ? Auparavant, grâce à des taux de rendement obligataires souverains de 4 %, les assureurs avaient les moyens de garantir le capital investi. Les seules retombées de coupon permettaient de compenser les éventuelles pertes sur les autres catégories d’investissement. Aujourd’hui, avec des taux nuls, le système ne fonctionne plus.  

 

Hausse des taux attendue

 

Pour sauver l'assurance-vie, il faut trouver un équilibre entre les engagements que l'assureur peut formellement prendre, nécessairement inférieurs au niveau des taux dits sans risque, et la gourmandise des épargnants. Ces derniers doivent être capable de raisonner en nominale et d’accepter des taux de rémunération proches de zéro. Bien sûr, il s'agit là d'un plancher et la participation aux bénéfices leur permettra très souvent de surperformer cet engagement. Pas sûr néanmoins que les particuliers soient séduits par cette nouvelle version. En fonction de leur aversion au risque, ils pourraient se tourner vers d’autres placements, comme les unités de compte, qui permettent d’investir en Bourse, ou l’euro-croissance, un produit qui offre une bonne espérance de rendement tout en garantissant le capital à terme.

 

Les professionnels de l’assurance-vie ne s’inquiètent pas pour autant. La hausse des taux, qui devrait intervenir au cours de prochains mois, leur redonnera une bouffée d’air. Pour eux, le principal risque est avant tout réglementaire. En effet, une des mesures de la loi Sapin 2 prévoit qu'en cas de crise financière grave les retraits sur les fonds euros soient bloqués. Si ce mécanisme a surtout pour objectif d’éviter aux gestionnaires de mettre la clé sous la porte en cas de choc majeur, les Français craignent que cela remettent en cause leur droit sur leur épargne. Ainsi, 70 % des Français sont opposés à cette mesure. En plus d’être performants, les assureurs devront désormais faire preuve de pédagogie pour rassurer leurs clients.

 

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte