Quand les valeurs créent de la valeur

En se construisant autour de repères tels que la solidarité, la fidélité et le respect, les entreprises familiales séduisent les consommateurs. Quant aux salariés, ils s’investissent plus facilement dans la stratégie de la société.

En se construisant autour de repères tels que la solidarité, la fidélité et le respect, les entreprises familiales séduisent les consommateurs. Quant aux salariés, ils s’investissent plus facilement dans la stratégie de la société.

Le dernier baromètre du Reputation Institute confirme le ressenti général : les entreprises familiales trustent les premières places. En 2017, les consommateurs français ont ainsi placé six sociétés de ce type en tête. Dans l’ordre, on retrouve Michelin, Lego, Seb, Bic, Bosch et Decathlon. Au niveau mondial, le podium se compose de Rolex, Lego et The Walt Disney Company.

 

Confiance

« Les entreprises familiales ont une bonne réputation car elles véhiculent  des valeurs fortes comme la solidarité, la fidélité et le respect. Elles inspirent confiance », explique Jean-Pierre Piotet, président de l’Observatoire de la réputation. À tel point que, pour de nombreux dirigeants familiaux, il ne s’agit pas de transmettre une entreprise mais plutôt des valeurs. Pierre Bellon, le fondateur de Sodexo, a ainsi créé une charte des valeurs au cours des trois premières années d’existence de la société qui est toujours en vigueur aujourd’hui. C’est ce type de particularités qui ont permis à des marques comme Ford ou L’Oréal de survivre sans que la famille reste aux commandes. Car finalement, ce n’est pas le dirigeant qui est le patron mais la marque même. La notion d’indépendance constitue, elle aussi, une valeur essentielle. « Elle se retrouve au niveau de la stratégie et du capital. C’est pour cela que ce type d’entreprises peuvent privilégier le long terme », insiste Patrice Charlier, maître de conférences à l’EM Strasbourg Business School et responsable de la chaire Gouvernance et transmission d’entreprises. Autour de ces principes, la famille agit alors comme un clan. « Toutes menaces ou jugements négatifs venant de l’extérieur créent de la solidarité entre les membres », précise Norbert Chatillon, psychanalyste et consultant en entreprise.

 

Relations fusionnelles

Un mélange des genres qui n’est pas sans risque. « L’entreprise familiale est comme un château fort. Pour réussir, elle doit être capable d’abaisser les ponts-levis », résume-t-il. Sans cela, cette implication au quotidien peut être source de fragilité. « La fusion entre vie privée et vie professionnelle fait que la personne peut difficilement être totalement elle-même », poursuit Norbert Chatillon. « Pour le patriarche, léguer son entreprise, c’est comme renoncer à ce qui a fait son identité pendant de longues années », ajoute Olivier Pelleau, managing partner de Turningpoint, cabinet spécialisé dans le développement du leadership. Cette implication forte est néanmoins un point distinctif qui agit positivement sur le management. Les entreprises familiales traitent leurs collaborateurs comme un véritable « capital humain ». « Notre famille est très proche de ses collaborateurs qui sont la véritable richesse de l’entreprise », témoigne Thomas Derichebourg, président de la société familiale. Dans une étude récente réalisée par l’Asmep-ETI et l’Institut Montaigne, 70 % des dirigeants familiaux indiquent que la formation et les ressources humaines représentent les postes d’investissement prioritaires. Les salaires y sont en moyenne plus élevés et ce respect de la parole donnée inspire confiance aux salariés. « Ils ont une relation beaucoup plus fusionnelle avec la direction et leur entreprise, estime Jean-Pierre Piotet. Ils sont notamment plus indulgents en cas d’échec. Lorsque j’ai piloté la reprise de Tati en 2003, j’ai été très surpris par le soutien des collaborateurs à l’égard de Fabien Ouaki, le fils du fondateur, alors qu’il était pourtant à l’origine de ce naufrage. » Résultat, les salariés sont plus impliqués dans la stratégie et la vie de la société. « L’adoption des valeurs de l’entreprise familiale par les salariés dépend surtout de la taille de l’entreprise », nuance Patrice Charlier. Dans leur ensemble, elles affichent néanmoins un turn-over moyen de seulement 4,5 %.

V. P.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family business : la performance dans les gènes

Longtemps considérées comme relevant d’un modèle managérial et économique dépassé, les entreprises familiales séduisent de nouveau. Mal connues du grand public, elles génèrent pourtant au niveau mondial 70 % du produit intérieur brut (PIB) et représentent 83 % des sociétés françaises. Mais ce qui intéresse le plus les investisseurs et décideurs politiques, c’est la régularité de leur développement, leur force de résilience et leur ancrage territorial. Quels sont les secrets de cette réussite ?
Sommaire Family business : rêver plus grand « Anticiper les questions de gouvernance : une étape clé d’une transmission réussie » Vision à long terme et engagement quotidien « L’alignement entre la sphère privée et publique est la certitude d’une cohérence » « Donner de l’importance à la tradition familiale permet de pérenniser un modèle » S'ouvrir sans périr « Des négociations souvent plus ardues » « Des prises de décision plus rapides » Les multiples chemins de la transmission
Stratégies urbaines : les maires écologistes annoncent la couleur

Stratégies urbaines : les maires écologistes annoncent la couleur

Avec une vingtaine de villes remportées et plus de 2 millions d’administrés, les Verts peuvent désormais mettre en œuvre leurs idées. Disséquer les pr...

Agnès Pannier-Runacher : "La relance de l’industrie dépend de la situation sanitaire des autres pays"

Agnès Pannier-Runacher : "La relance de l’industrie dépend de la situation sanitaire des autres pays...

En proie à une crise sans précédent, l’industrie doit déjà se préparer à de nouvelles problématiques comme le Brexit. Pour l’aider à faire face à la s...

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Si l’argent est une garantie de victoire, Joe Biden semble très bien parti. Mais d’autres paramètres à prendre en compte rendent la présidentielle amé...

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

La terrible décapitation de Samuel Paty est un désaveu pour la politique "d’accommodement" d’une grande partie de la gauche qui risque probablement de...

Le paradoxe Yannick Jadot

Le paradoxe Yannick Jadot

Le député européen est probablement le meilleur candidat de la gauche pour la présidentielle de 2022. Seul hic, son camp n’est pas forcément de cet av...

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé à la Nation le 14 octobre au soir. Couvre-feu, reconfinement, appli, aides sociales...Voici les points importants de son...

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Le saviez-vous ? La première semaine d’octobre, autant de Français sont décédés du coronavirus que la semaine du 15 au 21 mars, celle où l’Hexagone es...

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités  de collaboration ?

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités de collaboration ?

Le groupe Décideurs a organisé, en partenariat avec le cabinet de conseil nordmann, une table ronde destinée à décrypter les nombreuses opportunités o...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte