M.Juglar : "Quand je plaide, je suis à égalité avec les autres"

M.Juglar : "Quand je plaide, je suis à égalité avec les autres"

Aveugle de naissance, Matthieu Juglar, avocat au barreau de Paris et ancien Secrétaire de la Conférence, exerce le métier dont il rêvait adolescent. À 33 ans, il a ouvert son propre cabinet. Un nouveau challenge qui le booste au quotidien.

Il y a deux ans, Matthieu Juglar, alors avocat chez ­Clifford Chance, décide de créer son propre cabinet. « Les débuts ont été difficiles. Il fallait rentrer très vite des dossiers. À 33 ans, on a le handicap de la jeunesse ! », lance avec humour l’avocat. Installé dans le 17e arrondissement et spécialisé en droit pénal, de la propriété intellectuelle et des contrats, il avoue devoir « affronter des challenges au quotidien » notamment pour gagner la confiance des clients : « Au vu de mon handicap, ils s’interrogent sur la rapidité et la qualité du traitement de leur dossier par rapport à d’autres avocats. »

« Matthieu est un surhomme »

Pour développer sa clientèle et gérer les gros dossiers, Matthieu Juglar peut compter sur sa nouvelle collaboratrice, Claire Fornacciari. Elle n’a pas hésité une seconde à rejoindre le cabinet : « Nous nous connaissons depuis plusieurs années. Je suis ravie de travailler avec lui. C’est un surhomme ! Il lit beaucoup plus vite que moi par exemple », confie en souriant la jeune femme. L’avocat précise : « Je l’ai très vite mise dans le bain. La semaine dernière, nous avions trois jours pour bosser sur un gros dossier avec 2 000 pages à lire. »

Au quotidien, Matthieu Juglar utilise un ordinateur avec une plage tactile munie d’un afficheur braille d’une quarantaine de caractères avec reconnaissance vocale. Il a aussi accès aux bases de données juridiques. « Il est très à jour sur les nouvelles technologies », précise sa collaboratrice. Grâce à ces nouveaux outils de travail, l’avocat pénaliste peut ainsi consulter les documents, rédiger ses actes et constituer son dossier avant une audience. « Une bonne plaidoirie se prépare, vous devez connaître par cœur votre dossier. Quand je plaide, je suis à égalité avec les autres. Il faut convaincre l’auditoire. Tout le monde est soumis au même rythme. C’est très confortable. J’adore cet exercice ! »

De la Sorbonne à EY

Aujourd’hui, en plaidant avec autant de plaisir, Matthieu Juglar réalise son rêve d’adolescence. « Au début des années 2000, des avocats comme Jean-Marc Varaut ou Jacques Vergès m’ont donné l’envie d’embrasser cette profession. L’actualité judiciaire était très riche : l’affaire de la Josacine, Elf Aquitaine… Cela me tenait en haleine ! » Après le lycée, il intègre donc l’université Paris-1 Panthéon-­Sorbonne pour un cursus en droit. Il se souvient de ces années de fac où les livres n’étaient pas numérisés. Mais son handicap n’a jamais été un frein pendant ses études « car la fac était prête à faire quelques concessions ». Matthieu Juglar bénéficiait ainsi d’un tiers-temps accordé lors des examens, d’un ordinateur avec plage tactile, d’un relais handicap. Après son M1, il passe un an à l’université de Kent. Il y apprécie l’attitude des Anglais vis-à-vis du handicap : « Ils n’ont pas ce regard d’apitoiement très gênant qu’ont les Français. Leur approche est plus fonctionnelle. » De retour en France, il décroche un M2 en propriété industrielle et artistique, part en stage en Colombie pendant six mois et prête serment en mars 2011. Après divers stages, il intègre EY au département contrats et distribution. Il devient en 2015 le septième Secrétaire de la Conférence des avocats du barreau puis ouvre son cabinet en 2017. 

Aujourd’hui, vous pouvez croiser Matthieu Juglar dans les couloirs du palais de justice, guidé par son fidèle labrador Groove. Pour l’avocat, ce nouveau tribunal est « un vrai casse-tête. Les normes handicap ne sont pas respectées. Groove est paumé. Même les voyants s’y perdent ! » Matthieu avoue que cela lui faciliterait vraiment la vie si au moins l’ascenseur était équipé d’une signalétique Braille…

Séverine Tavennec

Pour en savoir plus sur le droit et le handicap
https://www.magazine-decideurs.com/news/des-professionnels-comme-les-autres

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message