PSA - Fiat Chrysler, le mariage du siècle

PSA et Fiat Chrysler Automobiles officialisent leur projet de fusion pour créer le quatrième groupe automobile mondial. L’opération devrait permettre d’atteindre progressivement 3,7 milliards d’euros de synergies.

PSA et Fiat Chrysler Automobiles officialisent leur projet de fusion pour créer le quatrième groupe automobile mondial. L’opération devrait permettre d’atteindre progressivement 3,7 milliards d’euros de synergies.

Les discussions entre Fiat Chrysler Automobiles et le groupe PSA avancent. Après acceptation par leurs conseils d’administration respectifs, les deux constructeurs européens communiquent leur projet de fusion, applaudi par les pouvoirs publics des deux côtés des Alpes. L’action Peugeot perd 5 % à la Bourse de Paris pendant la nuit à la suite de l’annonce et continue à baisser tout au long de la journée. Outre-Atlantique, l’accueil est plus enthousiaste puisque Fiat Chrysler s’échange entre 3 % et 4 % plus haut que la veille.

PSA obtient un avis favorable à la poursuite de discussions exclusives de la part des organisations syndicales lors du comité économique et social extraordinaire. Du côté de FCA, les autorités américaines examineront l’affaire de près, du fait de la présence du chinois Donfeng au capital. Il faudra encore attendre les autorisations des autorités de la concurrence dans plusieurs pays et notamment celle de l’Union européenne. Carlos Tavares se veut rassurant en affirmant être « prêt à faire toutes les concessions nécessaires ».

Une histoire de familles

Ce rapprochement n’est pas une surprise. Les premiers pourparlers entre Fiat et Peugeot remontent à 2009, mais les familles propriétaires refusaient de céder le contrôle. Depuis 2014, le groupe turinois, à l’époque dirigé par Sergio Marchionne, ne cesse d’évoquer sa volonté de nouer des alliances. À l’été 2018, PSA annonce être « ouvert à toutes les propositions (…) mais il faut être deux pour faire un deal ». Pourtant en mai 2019, c’est Renault qui semble avoir les faveurs de FCA, jusqu’à ce que cette dernière retire son offre quelques semaines plus tard.

Si le projet de fusion entre Fiat Chrysler Automobiles et la marque au Lion s’officialise aujourd’hui, c’est bien parce que les familles Peugeot et Agnelli sont parvenues à s’entendre sur la gouvernance et sur le capital. Après la fusion, la participation des Italiens serait supérieure à celle des Français, à 14,5 % contre 6 %, mais le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, assurerait le rôle de directeur général du futur groupe européen pendant au moins cinq ans. Côté FCA, le président actuel et petit-fils de Gianni Agnelli, John Elkann, conserverait la présidence. Les deux hommes rejoindraient le conseil d’administration auprès de cinq membres nommés par PSA et quatre par FCA. Le siège se situerait en territoire neutre, aux Pays-Bas.

Égalité et complémentarité

Les discussions mèneraient à une fusion entre égaux où chacune des sociétés détiendrait 50 % de la nouvelle entité. Le rapprochement déboucherait sur la formation du numéro 4 mondial avec 8,7 millions de véhicules vendus chaque année. À terme, les synergies devraient s’élever à 3,7 milliards d’euros par an, sans prendre en compte la fermeture d’usines.


Le rapprochement  déboucherait sur la formation du numéro 4 mondial avec 8,7 millions  de véhicules vendus  chaque année

Avec quatorze marques, Fiat, Chrysler, Alfa Romeo, Jeep, Abarth, Lancia, Maserati et Dodge en provenance de FCA et Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall pour l’Hexagone, le groupe automobile disposerait de toute la gamme de véhicules. Pour PSA, ce mariage lui ouvrirait les portes de l’Amérique et lui permettrait d’atteindre un volume plus important. De son côté, Fiat bénéficierait des avancées technologiques en matière de véhicule propre de Peugeot, et se renforcerait en Europe.

Anne-Gabrielle Mangeret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier 2019 : les deals de l'année

Annoncée comme une année morose, 2019 n'en a pas moins été marquée par des deals colossaux. Fusions-acquisitions, IPO, levées de fonds... Voici les opérations à retenir.
Sommaire Didier Fontaine (Verallia) : "Nous sommes là où nous voulions être à l’issue de l’IPO" Deals, rachats, M&A : l’économie en mutation permanente Meero impose sa vision Avec Gatwick, Vinci Airports décolle Swiss Life AM France, coup de maître à Paris Capgemini – Altran, se diront-ils oui ? Bristol-Myers Squibb et Celgene, naissance d’un géant contre le cancer Rallye-Casino : les jeux sont-ils faits ? Takeda-Shire, l’innovateur de la pharmacie
Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte