Programmation pluriannuelle de l’énergie: un compromis entre énergie et écologie

Le gouvernement a présenté, le 27 novembre dernier, la programmation pluriannuelle de l’énergie. Cette nouvelle version tente de réconcilier impératifs écologiques et besoins énergétiques.

Le gouvernement a présenté, le 27 novembre dernier, la programmation pluriannuelle de l’énergie. Cette nouvelle version tente de réconcilier impératifs écologiques et besoins énergétiques.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) portant sur les périodes 2018-2023 et 2024-2028 a été dévoilée par le gouvernement le 27 novembre dernier. Dans les faits, la PPE fixe deux grands objectifs : la baisse de la part du nucléaire à 50 % du mix  énergétique en 2035 et le doublement de la part des énergies renouvelables d'ici à 2028. Elle s’aligne aussi sur le Plan climat de l’Union européenne visant à se doter de 32 % d'énergies renouvelables en 2030. Une initiative qui a pour but de s’assurer que les pays membres aient des politiques visant à respecter les objectifs de l'accord de Paris de 2015. Le gouvernement affiche d’ailleurs des ambitions majeures pour tous les types d’énergies renouvelables. À terme, le triplement de la production éolienne terrestre est prévu. La production photovoltaïque sera multipliée par cinq et le premier parc éolien en mer sera mis en service d’ici à 2020.

Équilibre

Du côté des énergies fossiles, le gouvernement s’attaque à plusieurs sources polluantes. Par exemple, aucun nouveau chauffage au fioul ne sera installé et un million de chaudières à condensation seront remplacées d’ici à 2023. De manière générale, l’exécutif vise une baisse de 35 % de la consommation d’énergies fossiles avant 2028. En ce qui concerne la réduction de la part du nucléaire, quatorze réacteurs fermeront leurs portes d’ici à 2035, portant alors à 50 % la part de l'atome dans le mix énergétique français. Emmanuel Macron n’a tout de même pas écarté la possibilité de construire d’autres réacteurs, il a même expliqué l’importance du nucléaire qui permet à la France « d’avoir une énergie fiable et à bas coût ». Toujours soucieux de maintenir un équilibre entre contraintes énergétiques et urgences écologiques, le Président a expliqué qu’une sortie trop brusque du nucléaire empêcherait le gouvernement de réduire l’utilisation du charbon. Une situation qui celle de l’Allemagne, qui après avoir abandonné l’atome, a dû recourir massivement au charbon. En France, quatre usines de ce type seront fermées d’ici à 2022. 

Vieux Monde

Les réactions à cette feuille de route ne se sont pas fait attendre. Les associations écologistes ont critiqué ce qu’elles voient comme un attachement du gouvernement à l’énergie nucléaire. Pour Corinne Lepage, le discours du Président « est  bien décevant »  et « sonne vieux monde ». Même son de cloche pour Greenpeace France, son président, Jean-François Julliard estimant que « la France persiste à présenter le nucléaire comme une alternative aux énergies fossiles alors qu'elle n'est ni propre ni peu coûteuse ». Les entreprises semblent, quant à elles, plus satisfaites par les différentes annonces. Engie, par l’intermédiaire de son directeur général adjoint, Didier Holleaux, a salué une programmation qui « rejoint très largement la stratégie qu'Engie a développée en matière de transition énergétique ». Le groupe a annoncé en novembre un plan d’investissement sur cinq ans à hauteur de 800 millions d’euros pour le développement des gaz renouvelables. La déception est néanmoins marquée du côté des professionnels de l’éolien maritime. L’association France Énergie éolienne allant jusqu’à dire que « le déploiement de l’éolien en mer est sabordé ! ». Giles Dickson, le représentant de WindEurope, qui regroupe les entreprises de la filière au niveau européen, estime que le gouvernement « laisse la France en bas de tableau sur l’éolien offshore, ce qui risque de lui faire rater des perspectives d’investissement et d’emploi ».

Jérémie Amsallem 
 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille immo du 24 avril 2019

La veille immo du 24 avril 2019

L’ouverture en open data des données foncières par l’administration, le recrutement d’Assia Oudni par Atream, la Société de la Tour Eiffel qui acquier...

Pictet Alternative Advisors lance un nouveau fonds immobilier

Pictet Alternative Advisors lance un nouveau fonds immobilier

Pictet Alternative Advisors, société du groupe Pictet spécialisée dans la gestion alternative, annonce la création d’un nouveau fonds baptisé Pictet R...

B. Faure–Jarrosson (Invest Securities) : "Les titres des foncières de commerce ne flamberont pas dans les 12 prochains mois"

B. Faure–Jarrosson (Invest Securities) : "Les titres des foncières de commerce ne flamberont pas dan...

En pré-ouverture de la deuxième édition du REITS Event by Allinvest début avril, Invest Securities a présenté une revue du marché immobilier en France...

La veille immo du 23 avril 2019

La veille immo du 23 avril 2019

Nathalie Charles qui rejoint BNP Paribas Real Estate, WeMaintain qui lève 7 millions d’euros, La Poste qui loue 22 000 m² à Wissous… Décideurs vous pr...

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Un incendie ravageait en avril 2019 une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dépourvue d’assurance, la charge de la reconstruction reviendra à...

Ivanhoé Cambridge, un investisseur qui se veut « smart »

Ivanhoé Cambridge, un investisseur qui se veut « smart »

La filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec aurait signé un partenariat global avec WeWork selon nos informations. Un accord q...

Casino cède 32 murs de magasins supplémentaires

Casino cède 32 murs de magasins supplémentaires

Le groupe a signé un accord avec des fonds gérés par des sociétés affiliées à Apollo Global Management en vue de la cession de 32 murs de magasins val...

La veille immo du 19 avril 2019

La veille immo du 19 avril 2019

CNP Assurances qui acquiert son futur siège social dans l’opération « Issy Coeur de Ville », la signature de la convention de dévolution sur le patrim...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message